06 EDU Auxilia Méthode Mellerio – Sanglier oct 2014

Cette méthode de travail par correspondance  doit vous permettre de développer et canaliser vos capacités de création personnelle en français. Cette méthode difficile exige beaucoup d’attention et de ténacité. Je suis là pour vous encourager, vous soutenir et vous aider à réussir. Cette méthode demande cinq travaux à effectuer dans l’ordre : A. Le quarante-mots, B. le commentaire littéraire C. Le deux-cents-mots, D. La discussion, E. La lettre d’accompagnement.

Je vous demande de vous procurer un classeur protège-documents transparent. Je possède exactement le même classeur ce qui nous permet de faire des révisions. Conservez ce classeur. Il peut vous servir dans l’avenir. Chaque envoi corrigé reçoit un n° de page et un mot clé. Le rythme de vos travaux, donc de nos courriers, peut être variable en fonction de vos disponibilités : disons un par mois en moyenne..

Pour la prochaine fois vous m’envoyez :

A. Un quarante mots : fil rouge de trois mots (voir plus loin)

B. Un commentaire littéraire (voir plus loin)

C. Un deux-cents mots : sujet libre à votre choix (voir plus loin)

D. Une discussion : sujet libre sur une question de votre choix (voir plus loin)

E. Une lettre d’accompagnement : vos lectures, vos questions, vos difficultés. (voir plus loin)

Tout cela est bien présenté, au stylo-bille noir, sur des feuilles format A4 séparées. Me laisser une marge à droite de 7cm pour faciliter mes annotations. Merci.

Le cadre que je vous propose ne change jamais. Je reconnais qu’au début c’est très pénible mais ce cadre stable nous permet de mieux évaluer vos progrès et surtout il vous oblige à chercher par vous même les informations qui vous intéressent. Vous les trouvez un peu partout et notamment dans les médias.

A. Le quarante-mots

1. Vous prenez au hasard trois mots dans un dictionnaire. C’est ce que j’appelle le fil rougeMais vous pouvez préférer un autre fil rouge  que m’a communiqué Philippe. Il s’agit des trois mots proposés à des candidats lors du concours d’entrée à la Femis (ex IDHEC) pour établir leur dossier personnel d’enquête. Chaque année le fil rouge est différent. En voici la liste chronologique. Vous pouvez vous en inspirer.

rite – outil – invisible (2014)

organisation – quotidien – mur (2013)

jeu – attente – trace (2012)

fenêtre – jamais – épisode (2011)

attention – lit – fragment (2010)

constance – arbre – classer (2009)

geste – miniature – repas (2008)

voisin – incident – main (2007)

blanc – chantier – second (2006)

papier – gourmandise – frontière (2005)

arme – vitesse – caché (2004)

milieu – machine – reste (2003)

boîte – feuille – unique (2002)

marche – étoffe – instrument (2001)

noir – vide – parfum (2000)

jardin – ombre – spirale (1999)

pli – racine – chute (1998)

secret – cri – table (1997)

ligne – système – sable (1996)

déchet – transparence – colère (1995)

mosaïque – horizon – doute (1994)

peau – vent – intrus (1993)

empreinte – monstre – vibration (1992)

écho – modèle – deuxième (1991)

preuve – retard – rumeur (1990)

fête –  transports – lieu(x) de culte (1989)

chaux – rupture – honte (1988)

harmonie – commencement – poison (1987)

porte – argent – perspective (1986)

Mais vous gardez le même fil rouge tout au long de l’exercice.

2. Avec ces trois mots vous rédigez un premier texte qui doit tourner aux environs de quarante mots. Vous essayez de le rédiger en un français correct. Si vous n’y parvenez pas, ce n’est pas très grave. Je serai là ensuite pour vous aider dans la correction et les explications.  Vous indiquez le nombre de mots utilisés et le temps passé. Ces indications sont très importantes pour moi. Vous essayez aussi de définir le genre de ce texte. C’est soit un récit, soit un essai, soit un dialogue, soit un poème. Un récit raconte ou décrit une situation. Un essai est une analyse de la situation. Il est quelquefois difficile de distinguer le récit de l’essai.

3. Vous rédigez ensuite trois autres textes en suivant la même méthode et en vous efforçant de bien travailler le choix des mots, leur disposition, le rythme etc. Vous essayez de faire en sorte que les quatre textes correspondent aux quatre genres indiqués : récit, essai, dialogue, poème.

4. A chaque version vous vous en tenez à 40 mots (entre 36 et 44). Vous notez à chaque fois le nombre de mots et le temps passé. Vous notez aussi le temps passé au total. 

5. Vous recopiez au propre, sur une feuille séparée intitulée “Quarante mots”  l’ensemble de travail.

Chacun de vos quatre textes a en quelque sorte, créé une réalité comme s’il s’agissait d’un hologramme, cette photographie en relief qui donne l’impression qu’on voit la réalité à travers une fenêtre. Ici la fenêtre, ce sont les trois mots que vous avez choisis au hasard. Quand le texte est bien rédigé cette impression est vraiment saisissante et nous sommes déjà dans la littérature. Il suffit quelquefois d’un mot situé au bon endroit pour que l’effet d’hologramme soit plus ou moins net. Ma tâche est de vous aider à mettre en bon français vos textes et d’en indiquer les potentialités littéraires le cas échéant. La règle fondamentale de tout ce travail est la suivante :

Un texte intelligent rédigé en mauvais français est jugé par le lecteur comme un texte stupide.

Un texte stupide rédigé en bon français est jugé par le lecteur comme un texte intelligent

Le contenu du quarante-mots est moins important que la manière de le rédiger. Vous faites très attention à l’orthographe et à la grammaire qui relèvent du patrimoine national. 80 % des erreurs viennent de l’inattention et 20 % de l’ignorance. Si vous en corrigez 4 sur 5 c’est déjà bien et pour moi c’est très bien. En cas de difficulté le Bled reste une ressource intéressante. Le Bled Orthographe-Grammaire (Hachette), auteur Daniel Berlion, 8,10 €, offre 400 exercice auto-correctifs. On peut progresser avec cet ouvrage à condition d’en avoir envie.

B. Commentaire littéraire

Vous choisissez quarante mots dans un texte littéraire et vous en faites le commentaire en deux-cents mots. Vous repérez essentiellement les procédés stylistiques utilisés par l’auteur. Et donc mentalement vous faites le va-et-vient entre vos productions et ce texte d’auteur. Je vous recommande chaudement l’ouvrage suivant : « Demain dès l’aube… Les cent plus beaux poèmes pour la jeunesse choisis par les poètes d’aujourd’hui » (Le Livre de poche jeunesse n° 121, 1990). Pourquoi ce choix ? Parce que le poème est la forme littéraire la plus importante et qu’elle est la base de notre patrimoine national. Vous feuilletez l’ouvrage. Vous prenez un poème qui vous plaît et vous en commentez les quarante premiers mots. Vous limitez votre commentaire à deux cents mots. Ce n’est pas facile. Vous faites un brouillon que vous retouchez avant de le mettre au propre.

C. Le deux-cents-mots essai

Lorsqu’on prend la parole on a intérêt à avoir rédigé son texte et à le connaître presque par cœur. La prise de parole la plus courte est souvent la meilleure. Elle dure 3 minutes ou 180 secondes. C’est le temps qu’il faut pour lire c’est à dire dire lentement un deux-cents-mots en regardant son auditoire dans les yeux. C’est ce que j’appelle la pp3 (prise de parole en 3mn) et même la pp33 (pp3 avec un jeu de scène dans 3 mètres cubiques) A partir de là je distingue le deux-cents-mots essai et le deux-cents mots discussion.

Le deux-cents mots essai est un travail de création ou de réflexion. On peut le considérer comme l’amplification d’un quarante mots qui serait cinq fois plus long.

1. Le thème est libre. Ce peut être un essai sur un livre, un film, un téléfilm, un documentaire etc. vu à la télévision. Si vous préférez rédiger un dialogue, un récit ou un poème, c’est aussi possible. 

2. Vous rédigez une première version en 200 mots (180 à 220). Vous veillez à faire des paragraphes que vous numérotez (de 1 à 9 au maximum)

3. Vous inventez un titre explicite et dynamique : il doit bien coller au contenu.

4. Ensuite vous examinez attentivement le plan que vous avez suivi, souvent d’une manière intuitive. S’il ne vous satisfait pas, vous le modifiez en changeant l’ordre des paragraphes. Révision attentive du choix des mots, de leur disposition et du rythme Vous faites ainsi votre deuxième version. Noter le nombre de mots et le temps total passé.

5. Vous recopiez au propre, sur une feuille séparée, votre deux-cents mots avec titre, paragraphes numérotés, nombre de mots et temps passé

Le deux-cents-mots peut être une brève dissertation à sujet énumératif, c’est-à-dire que cet essai va énumérer des solutions. Exemple : “Comment peut-on améliorer les prisons ?” ou plus généralement “Pour résoudre tel problème que faut-il faire ?Le sujet énumératif propose un catalogue. Au contraire le sujet délibératif propose un conflit, un débat. Exemple : “Faut-il améliorer les prisons ? Voià une vraie discussion !

D. Le deux-cents-mots discussion

Ce que j’appelle ici discussion c’est un bref débat écrit mené par vous-même avec vous-même, sur un sujet que vous avez construit. Si nous étions à l’oral ce serait une prise de parole d’environ trois minutes (180 secondes). Sa longueur est d’environ 200 – 240 mots. Indiquez le nombre de mots et le temps passé.

La discussion est une petite dissertation qui demande de choisir entre deux options. C’est un sujet délibératif qui propose un conflit, un débat.  Exemple : “Faut-il améliorer les prisons ? ou plus généralement :  “Etes-vous pour ou contre tel choix ?”.Le problème c’est que dans un conflit vous avez évidemment une préférence et qu’on vous demande d’examiner aussi l’opinion que vous ne partagez pas et de trouver des arguments en sa faveur !

1. La formulation doit être très simple pour qu’on voit clairement le conflit. Je ne vous demande pas de le rédiger entièrement, simplement d’en dégager les grandes lignes. 

2. Le mouvement général d’un sujet délibératif est donc le suivant :  thèse, antithèse et synthèse avec une introduction et une conclusion. La thèse présente les arguments pour, l’antithèse les arguments contre et la synthèse votre choix personnel. Quand le sujet est simple le plan est en deux points (thèse – antithèse) et la synthèse est dans la conclusion. Quand le sujet est complexe le plan est en trois points (thèse – antithèse – synthèse pour examiner la validité des deux premiers) et la conclusion donne votre avis personnel. On aura donc le mouvement pour / contre, oui / non ou non / si

3. Par commodité je demande de trouver trois arguments pour et trois arguments contre.

La difficulté essentielle, c’est le “plafond de verre” c’est-à-dire l’impossibilité psychologique à développer une thèse contraire à ce que l’on pense. Je crois avoir trouvé le moyen d’y remédier avec la consigne suivante.

4. Au brouillon vous écrivez le titre du sujet que vous avez choisi. C’est  toujours une formulation simple du type : “Etes-vous pour ou contre telle chose ?”  

  5. Vous notez au brouillon la grille suivante sans la remplir :

Introduction  : présentation du problème

I. _______________ (présentation des arguments pour)

I.a ______________ (premier argument)

I.b_______________ (deuxième argument)

I.c ______________ (troisième argument

II. _______________ (présentation des arguments contre)

II.a ______________ (premier argument)

II.b ______________ (deuxième argument)

II.c ______________ (troisième argument)

Conclusion : arguments qui me paraissent pertinents pour résoudre le problème posé. 

Vous remplissez la grille avec les arguments que vous trouvez ou que vous inventez. Les arguments sont progressifs,  et vont du plus faible au plus fort. Inutile de tout remplir. mais il faut souvent corriger à l’aide de la gomme et du crayon. J’ai volontairement limité les arguments à trois « pour »  et trois « contre ».

Le meilleur sujet est celui que vous inventez. C’est pourquoi je ne vous en propose pas mais je vous aiderai à progresser dans ce domaine passionnant et difficile. Les débats sont partout, à la radio et à la télévision. Vous n’avez que l’embarras du choix. Il vous suffit d’être attentif..

E. La lettre d’accompagnement.

Ce cinquième travail me paraît indispensable dans un enseignement par correspondance.

Votre lettre d’accompagnement  est rédigée après vos autres travaux. 

1. Son contenu est simple : vous y évoquez vos lectures, vos réussites et vos difficultés ;  vous me dites ce que vous souhaitez de ma part etc… 

2. Cette lettre fait partie des travaux et demande autant de soin. Elle est rédigée sur une feuille séparée avec notamment un en-tête et une formule finale. 

3. C’est un bon entraînement au courrier administratif car la compétence en français concerne tous les domaines où vous devez écrire, même et surtout par internet. Les mails doivent être rédigés avec beaucoup de soin.

4. Ma propre lettre d’accompagnement évoque l’avancée de vos travaux et vos problèmes éventuels d’orthographe, de grammaire, de style, de materiau et de construction. J’utilise pour chacune de ces cinq catégories un système emprunté au code de la route : feu rouge (trop d’erreurs), feu orange (encore pas mal d’erreurs), feu vert (très peu ou pas d’erreurs). Cette évaluation concerne l’ensemble des travaux.

F. Compléments d’informations.

Je passe autant de temps à corriger vos travaux que vous-même à les rédiger.

La vie vous a déjà beaucoup appris y compris en français, en grammaire et en style. Mais vous ne le savez pas. Il suffit que vous preniez conscience de ces connaissances enfouies en vous et que vous les fassiez émerger grâce à votre attention et votre ténacité. Pas besoin d’exercices de grammaire. Comme je le disais plus haut vous pouvez utiliser le Bled Orthographe-Grammaire chez Hachette, auteur Daniel Berlion, 8,10 €, et qui offre 400 exercices auto-correctifs

Il faut  s’ouvrir largement au monde extérieur, lire des récits (polars, thriller, romans divers, nouvelles), des essais (j’y inclus les articles de journaux), des dialogues (sous forme de pièces de théâtre, plus rares) et des poèmes. L’essentiel est de lire lentement pour bien assimiler la grammaire, le rythme, le style et, bien sûr, le contenu. Quand c’est possible lire quelquefois le texte à haute voix, en respirant bien. Il y a un lien fort entre la respiration, la grammaire et le style. 

Il s’agit là de tremplins élémentaires qui permettent de mieux rebondir et de mieux  aborder des sujets du type baccalauréat ou DAEU qui se traitent en 600 ou 800 mots. 

Cette méthode est en constante évolution. Vos questions et remarques sont les bienvenues. Je signe :  Pierre Sanglier et Alii (“et les autres” en latin, qui m’ont beaucoup aidé.) Mellerio avait été le professeur de français du futur grand romancier Roger Martin du Gard (1881 – 1958) , prix Nobel de littérature en 1937. Celui-ci lui a attribué tout le mérite de sa formation. C’est à partir de Mellerio et de ce qu’en disait Martin du Gard que j’ai construit ma propre méthode. Un vieux sage juif disait au Moyen-Age : « J’ai beaucoup appris de mes maîtres et plus encore de mes élèves ». C’est exactement mon cas. Je sais que j’apprendrai beaucoup avec vous et grâce à vous.

Pierre Sanglier et Alii

octobre 2014

2.480 mots

15.000 caractères

Laisser un commentaire ?