06 EDU Freinet Auxilia Mellerio Sanglier 2016 03

ou

06 EDU Auxilia Mellerio Sanglier au-delà 2016-03-08

 

1. D’abord le rappel de la méthode Mellerio Sanglier :

http://www.retorica.fr/Retorica/06-edu-auxilia-methode-mellerio-sanglier-oct-2014/

 

Mais il y a un en-deçà du 40-mots puis un au-delà du 200-mots de telle sorte qu’il existe un continuum de la forme la plus brève (le 6-mots) à la plus longue (les romans d’Elizabeth George).  Ce faisant nous rejoignons l’expression libre chère à la Pédagogie Freinet.

 

2. Le « 6-mots » est illustré par le célèbre texte d’Hemingway rédigé, paraît-il,  dans les années 1920, dans un bar,  suite à un défi lancé par des amis d’écrire la nouvelle la plus courte possible :  « For sale: baby shoes, never worn » (« A vendre : chaussures bébé, jamais portées »).

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/vous/article/2012/08/16/ecrire-un-roman-en-six-mots_1746786_3238.html#7chLbb3iZiQZYHUK.99 Une autre hypothèse veut qu’Hemingway ait fait sienne une petite annonce véritable dont il déclara ensuite que c’était sa meilleure œuvre.

Dans la même veine  on retiendra l’’Espagnol Luis Felipe Lomeli dont le texte de L’Emigrante, est composé de quatre mots ( « ¿Olvida usted algo? -¡Ojalá! », « Oubliez-vous quelque chose ? – Pourvu que oui ! ») a supplanté, en 2005, El Dinausorio, du Guatémaltèque Augusto Monterroso, qui en comportait deux de plus (« Cuando despertó, el dinosaurio todavía estaba allí », « Quand il se réveilla, le dinosaure était encore là. »)

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/vous/article/2012/08/16/ecrire-un-roman-en-six-mots_1746786_3238.html#7chLbb3iZiQZYHUK.99

 

Entre le « 6-mots » et le « 40-mots) on trouve le haïku et aujourd’hui le tweet en 140 signes. Le haïku est très littéraire et le tweet peut le devenir.

 

3. Le « 40-mots » et le « 200-mots » présentent l’inconvénient d’être des lits de Procuste bien utiles dans un enseignement traditionnel mais sans plus.  Mais la pédagogie Freinet propose l’expression libre et Paul Le Bohec parlait d’« expression libre libre »

http://www.amisdefreinet.org/lebohec/

 

Vous pouvez avoir une bonne idée qui tient en cent mots mais qu’il faut retravailler pour viser à un texte d’une bonne tenue qui peut faire date dans les réseaux sociaux que vous fréquentez.  Soumettez-nous vos essais sans vous préoccuper de la longueur. Mais respectez les consignes suivantes :

 

– comptez les mots utilisés.

– indiquez le temps passé

– définissez le genre de votre texte : récit, essai, dialogue, poème, genre mixte.

 

Il faut compter au moins une heure (y compris le temps de la réflexion en plus de celui de la rédaction) pour un texte de 100 mots. Si vous rédigez un cent mots en une demi-heure il est probable qu’il manque une demi-heure pour travailler le style. Nous sommes à votre disposition pour vous aider. Votre travail servira à tous les correspondants de Retorica (liste-forum et site).

 

4. L’au-delà du « 200 mots » est très intéressant. Souvent des lecteurs demandent comment progresser pour rédiger des contes ou des nouvelles. J’étais bien embarrassé pour y répondre. Et puis j’ai découvert un écrivain prodigieux : Elizabeth George dont la vingtaine de romans d’environ 600 pages chacun se présentent dans une continuité impressionnante autour d’un duo explosif Thomas Lynley et son adjoint Barbara Havers. Mais pour s’y retrouver il faut commencer impérativement par le n° 1 « Enquête dans le brouillard » (2001, Pocket). Elizabeth George dirige également des ateliers d’écriture et elle a rédigé un extraordinaire « Mes secrets d’écrivain. Ecrire un roman, ça s’apprend ! » (2004, Pocket).

 

5. Voici les principaux conseils d’Elizabeth George :

– trouver un personnage : lui donner un nom qui convienne bien à sa personnalité ;

– établir sa fiche signalétique très précise qu’on enrichira en cours de rédaction ;

– en faire de même pour les autres personnages ;

– soignez les décors ;

– soignez les paysages ;

– soignez les paysages intérieurs ( à quoi pensent les personnages) ;

– soignez l’intrigue pour qu’elle soit cohérente ;

– pendant la rédaction employer des CAMAP (Combine Anti Moulins à Paroles) : les personnages parlent mais ce qu’ils disent a du sens et fait avancer l’intrigue ;

– ceci est valable pour les intrigues secondaires autant que pour l’intrigue principale… dont le lecteur ne sait pas qu’elle est principale ! ;

– changez de point de vue et changez de voix ;

– soignez le ton et l’attitude pour chaque voix ;

-soignez les dialogues pour les adapter aux personnages et aux situations.

– comme au cinéma soigner les rapports son/image et les retours en arrière (flash-back) ;

– nouez les fils épars grâce aux indices et aux fausses pistes ;

– pour les paysages allez faire de vrais repérages avec photos ;

– une recette magique : la bum glue, la colle-à-cul, qui colle le lecteur sur sa chaise ;

– autres conseils : diviser l’intrigue en sept étapes, le voyage du héros, une structure en trois actes, changer des endroits en décors ;

– une fois que tout cela est prévu on peut attaquer la rédaction…

 

Roger et Alii

Retorica

800 mots, 5 100 caractères, 2016-03-08

 

 

 

Laisser un commentaire ?