07 ESS Eric Zemmour polémiste et historien 2018-10

07 ESS Eric Zemmour polémiste et historien 2018-10-03 –

 

(1)« Zemmour contre Sy. Eric vs. Hapsatou. Le duel a éclaté le 12 septembre sur le plateau de Thierry Ardisson. A la jeune chroniqueuse qui l’accusait d’être une « insulte à la France »par ses prises de position droitières, le journaliste du Figaroa répondu tout aussi vertement : « C’est votre prénom qui est insulte à la France ! »La polémique sur les prénomsétait née. Depuis, Hapsatou Sy se répand sur les réseaux sociaux pour dire son traumatisme et a lancé une pétition(signée par 200 000 démocrates !) exigeant le bannissement médiatique de Zemmour. Notre société, qui ne supporte plus quoi que ce soit qui choque ou qui blesse, s’accommode fort bien de cette censure. » (Causeur 2018-10-02)

 

(2) 07 ESS Eric Zemmour polémiste, journaliste et historien

 

Eric Zemmour est polémiste, journaliste et historien.Ces trois aspects sont liés entre eux. Il aime la polémique. Les bons mots assassins, injustes ou révoltants sont sa marque : elle alimente des haines inexpiables au point que certains veulent le priver de tout moyen d’expression.

 

On connaît la formule célèbre « Je ne suis pas d’accord avec vous mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

https://www.projet-voltaire.fr/culture-generale/voltaire-citation-apocryphe-je-ne-suis-pas-d-accord-avec-vous/

Personne ne pratique cette tolérance et Zemmour moins que quiconque. Mais vouloir le priver de tout moyen d’expression est révoltant. Cela juge qui le proclame. C’est la marque d’un esprit faux tenté par la dictature.

 

La polémique fait partie du journalisme. Mais on n’est pas forcé de lire les journaux, ni de lire ou écouter Eric Zemmour. Si on le fait, c’est qu’on admet que cet esprit apparemment libre nous aide à réfléchir. Réfléchissons donc.

 

Son travail d’historien est considérable et semble-t-il indiscutable. Il est traversé à la fois de journalisme et de polémique. Le dernier ouvrage de Zemmour « Destin français » (Albin Michel, 600 pages) fournit des preuves peut-être irréfutables d’un phénomène accablant : « C’est le grand effacement de l’Histoire pour correspondre au grand Remplacement du monde. » (Entretien avec Boulevard Voltaire 2018-09-27)

 

Roger, 214 mots, 1 500 caractères, 2 heures, 2018-09-29

 

 

 (3) (…)

 

Michel  (5 oct. 2018) à 16:03, Relis les étapes précédentes de notre dialogue:

(Michel)  « Eric Zemmour : polémiste, c’est sûr; journaliste, sans doute; mais « historien » ? à la rigueur « historien engagé ».

(Roger)  » Tu commences par dénier à Zemmour la qualité d’historien … »

 

Par quels mots , ce déni ?  C’est pourquoi je t’écris en réponse que mon « ? » exprime une interrogation, pas un déni. Une interrogation équivaut à une invite à la réflexion.

 

Roger (6 oct 2018) Tu ne donnais pas le contexte et je ne pouvais pas savoir que tu évoquais cette partie de notre dialogue sur Eric Zemmour.

 

Dans ce contexte « ? » évoque, à mon avis, moins l’interrogation que le doute à valeur négative, d’autant qu’il est précisé par un ravageur « à la rigueur ».

 

Il y a en effet deux sortes d’historiens dans le langage courant

– les historiens sérieux quoique engagés avec ou sans guillemets

– et tous les autres  (les historiens amateurs, les historiens du dimanche etc.) Le « à la rigueur » fait passer Zemmour de la seconde catégorie à la première. Mais de justesse !

 

Les adversaires de Zemmour qui ne l’ont pas lu sont toujours surpris de découvrir qu’il est aussi un historien sérieux mais d’un autre bord qu’eux. Là serait, à mon sens, le début de la réflexion que tu appelles de tes vœux.  Elle tient en une question  : « La Révolution française a-t-elle été la matrice des totalitarismes modernes ? »

 

Roger et Alii – Retorica – 610 mots – 3 700 caractères – 2018-11-03

 

Laisser un commentaire ?