08 FAM mariages forcés civilisation européenne 2013 07

1. Pendant que nous discutions du “mariage pour tous”, une autre réalité, autrement plus grave, échappait à nos esprits enfiévrés. Car elle pose un véritable problème de civilisation. Il s’agit des mariages forcés. J’emprunte à un article de Luc Ferry “La civilisation européenne et les mariages forcés” (Le Figaro du 25 octobre 2012) l’essentiel de mon argumentation.

2. Les mariages arrangés, disent certains,  seraient supérieurs aux mariages choisis, lesquels se finissent six fois sur dix par une séparation. Mais les premiers peuvent se terminer par une répudiation.  D’après le Fonds des Nations Unies pour la Population 158 pays dans le monde ont opté pour un mariage légal à 18 ans mais près de 150  les autorisent de facto bien plus tôt s’ils ont l’accord des parents. C’est le cas de 75 % des petites filles au Nigéria qui sont mariées sans aucun consentement de leur part. Au Yemen des fillettes de 8 – 10 ans sont quelquefois unies à des hommes adultes. Or ces pratiques sont en pleine expansion. On estime qu’elles vont augmenter d’environ 15 % au cours des vingt prochaines années : ce sont 130 millions de jeunes filles qui, d’ici 2030,  vont subir cette privation de liberté, selon le docteur Osotimehin, l’auteur du rapport.  Ces petites mariées trop jeunes, souvent déflorées avant leur puberté, connaissent de graves problèmes sanitaires et psychologiques. Elles n’ont plus aucune perspective en matière d’études ou de vie professionnelle. Selon le docteur Osotimehin : “le mariage d’enfants constitue une violation effroyable de leurs droits fondamentaux, il vole aux filles leur éducation, leur santé et toute perspective à long terme.

Les parents veulent ainsi renforcer les liens entre les familles en gérant plus facilement des parcelles de terre. Le plus souvent cette vente de filles assure une rentrée substantielle d’argent. Avant de nous indigner, songeons que nous avons connu cette situation en Occident au Moyen-Age et sous l’Ancien Régime. Avec le mariage d’amour nous avons mis fin à cette pratique des mariages forcés qui est une variante de l’esclavage.

L’Eglise a joué un rôle important dans cette évolution. Le mariage est devenu au XIII° siècle un sacrement qui repose sur le libre consentement des jeunes gens. La civilisation européenne passa ainsi du mariage de raison au mariage d’amour. La liberté de choix fut complète avec, en 1884, l’institution du divorce en France.

Luc Ferry conclut ainsi son propos : “Fonder la famille sur l’amour, c’était en effet prendre un risque, celui de la liberté. Certains en ont conclu que le mariage d’amour avait échoué. Quand on voit ce qui se passe ailleurs, on me permettra de juger cette conclusion absurde. 

En quoi je persiste et signe : oui, malgré toutes ses tares, la civilisation européenne, parce qu’elle est celle de l’autonomie, marque à cet égard, comme à bien d’autres un immense progrès.”

3. Notons que Luc Ferry était favorable au mariage homo (“Mariage gay : réponse à mes amis chrétiens”, le Figaro, 14 février 2013). Il notait alors qu’en trois mois, au moment de son vote par l’Assemblée nationale, il était passé de 60 à 66 % d’opinions favorables. Bien que non croyant, il emporterait, sur une île déserte, l’Evangile de Jean. Ceci dit, il juge que la condamnation de l’homosexualité par l’Eglise repose sur une conception de la nature qui n’a plus cours. La notion d’un “cosmos” ordonné, divin, harmonieux, juste, beau et bon excluait tout “désordre” notamment sexuel. C’est ce que sous-tend des slogans comme “Un père, une mère, un enfant, c’est la nature” ou “Pas d’ovules dans les testicules.” Mais, selon Ferry, la nature n’offre ni un code, ni une norme. La nature n’est ni juste, ni harmonieuse comme le pensait saint Thomas après Aristote et nous savons, depuis Newton et Darwin, qu’elle est soumise à la loi du plus fort : “Les gros poissons mangent les petits” dit Spinoza. Les microbes, les virus et les tsunamis nous incitent à lutter contre eux pour être plus forts qu’eux autant que nous le pouvons. Le mariage gay relève de la volonté et de la liberté, non de la nature et de l’ordre. Luc Ferry poursuit : “Toute l’histoire du mariage d’amour est celle d’une rupture avec la nature et la tradition. Dans une société laïque, il n’est pas une donnée divine ni narurelle, mais il est ce qu’en dit la volonté générale.” Les homosexuels peuvent accéder au mariage. “Ça ne me retire rien, ne me nuit en rien, ne m’empêchera en rien de me marier à l’église si je le veux.” (…) “Des dizaines de milliers d’enfants vivent avec des couples homos et, dns leur intérêt, il vaut évidemment mieux deux parents légaux qu’un seul.” Le mariage gay rend d’ailleurs à la famille un hommage paradoxal mais réel en la renforçant.

4. Luc Ferry n’évoquait pas la civilisation occidentale au sujet du mariage gay mais il le fait à propos des mariages forcés. Les mariages forcés sont souvent liés à la polygamie.

Je reproduis ici ce que j’évoquais dans un autre article, 23 POL islamisation France Grand Remplacement 2013_06  Convergences 2013_07 : 

. Ibrahim Yakoub Goma, polygame à la Courneuve, quatre femmes et quatorze enfants (2008)

Dans les réunions “classiques” on invite les femmes à faire preuve d’obéissance à l’aide de prêches qui peuvent durer plusieurs heures. Un iman présente le Coran pour lui faire dire ce qui arrange les hommes.

Mais lorsque les hommes “de confiance” se retrouvent seuls entre eux, pour des réunions plus informelles, ils abordent les buts cachés de cette organisation, parmi lesquels le combat contre la justice française et contre ceux qui veulent voir appliquée la loi française dans les affaires familiales. L’organisation a recruté des hommes influents dont le rôle est de faciliter la résolution des problèmes, moyennant finances, bien entendu. Les moye,s utilisés sont divers, allant de l’intimidation des épouses pour les remettre dans le droit chemin à l’intervention auprès d’élus pour leur demander des “services”. Et cela fonctionne ! De nombreuses femmes ont ainsi été forcées à abandonner des procédures contre leur mari polygame, menacées physiquement par ces hommes. L’une d’entre elles, par exemple, a été contrainte, accompagnée par un avocat de l’organisation, de retirer sa plainte auprès du procureur. Puis l’affaire a été “jugée” clandestinement dans l’appartement d’un des membres du réseau.  La femme a été battue pour sa désobéissance, et menacée de mort. Depuis, elle rentre la tête dans les épaules et ne cherche plus à faire valoir ses droits.

Certaines personnalités influentes de Seine-Saint-Denis ont assisté à des réunions “classiques”, invitées par des amis proches, ignorant que leur participation allait financer une organisation de soutien à la polygamie. Tout cela est fait sous le couvert d’associations à vocations sociale ou culturelle, dont les intentions sont suffisamment bonnes pour endormir toute méfiance : construction d’écoles au pays, projets d’électrification… C’est ainsi que les pouvoirs publics apportent  parfois leur aide, au bout du compte, à des hommes dont le but est d’asservir les femmes.

(Ibrahim Yakoub avec la collaboration de Caroline Sers, Goma, polygame à la Courneuve, quatre femmes et quatorze enfants Buchet – Chastel, 2008, 190 pages, 14 €, pp 172 – 173)

La polygamie est la clé de voute de l’islam politique, lequel s’accommode fort bien des mariages forcés, des pratiques pédophiles et de l’esclavage car l’asservissement des plus faibles est pour lui la règle essentielle. Voici un éclairage historique intéressant. Lors des débats qui se conclurent sur le décret Crémieux (1870) les autorités  proposèrent aux Algériens juifs et musulmans la nationalité française. La seule condition était de refuser la polygamie. Les Juifs acceptèrent et devinrent de ce fait citoyens français. Les musulmans, sous l’impulsion de leurs autorités religieuses, refusèrent pour des raisons autant politiques que doctrinales. A lire “Goma, polygame à la Courneuve” (voir plus haut)  on comprend que la lutte contre la polygamie signifie la libération juridique des femmes. A mon avis c’est l’arme absolue contre le Grand Remplacement. Il y en a d’autres bien entendu  A partir du moment où les immigrés se convertissent à l’égalité des hommes et des femmes l’intégration, pas l’assimilation, est possible et il n’y a pas de Remplacement.

C’est pourquoi lutter contre les mariages forcés c’est défendre la civilisation occidentale que nous aimons.

08 FAM mariages forcés civilisation européenne 2013_07 réactions 

1. Roland (11 juil) : Je suis d’accord

Olivier (11 juil) : intéressant. Je classe dans mon dossier Islam

2. Luc (12 juil) : Dites, vous faites vôtres les concepts de Renaud Camus, maintenant ?

D’après ce que je viens de lire, avec en conclusion référence au « Grand Remplacement », il n’y a guère de doute.

Je ne suis ni islamo-complaisant, ni forcené du politiquement correct, mais voilà une information qui me navre et qui en attristera d’autres : un ancien responsable du mouvement Freinet rejoint la mouvances des « identitaires » (Renaud Camus, avec un discours hallucinant, participait il y 2 ans à une réunion publique Riposte laïque/Bloc identitaire).

Dites-moi si je me trompe…

Roger (12 juil) : Je suis heureux de pouvoir vous rassurer.

1. Mes informations n’ont pas pour origine l’extrême-droite française.  Elles proviennent  des milieux islamistes à travers les dépêches transmises par le site Memri. J’ai évoqué ce site dans un article précédent où Bernard et moi-même nous interrogions sur sa fiabilité.

Seulement voilà, la teneur de ces dépêches rejoint totalement le Grand Remplacement évoqué par Jean Raspail et ses amis.

Il ne s’agit pas de céder à la panique mais d’examiner froidement un phénomène qui ne touche qu’une faible minorité des musulmans français (5 % ?). Pour l’instant ceux-ci sont plus en danger que les « Gaulois » ou les « souchiens ».

2.  Dalil Boubakeur, de nouveau à la tête du Conseil français du culte musulman, a été très net : « On a droit à notre identité, à notre pratique de la religion, mais on se doit aussi de respecter une éthique morale et non violente. Pour lutter contre l’islamophobie, pour dissiper la suspicion, notre communauté doit, par son exemplarité, par son authenticité, montrer qu’elle est ambassadrice d’un islam de paix, de convivialité, de respect de l’autre. » (Le Parisien, 3 juillet 2013).  C’est beau comme l’antique mais insuffisant quand on pense aux mariages forcés et au fonctionnement de certains milieux musulmans comme la communauté comorienne évoquée par Ibrahim Yakoub. Boubakeur dirait : « Il va de soi que nous condamnons ces agissements. » On pourrait lui rétorquer : « Cela irait mieux  s’ils étaient ouvertement et fermement condamnés avec signalements aux autorités françaises. »  Mais les salafistes français sont là pour faire payer cher de tels propos pourtant indispensables.

3. Reste naturellement l’évocation du Grand Remplacement lui-même, expression  qui, en connotation, n’est pas innocente. Le terme vient en effet de l’extrême droite. Certains de mes correspondants en font partie. Je pratique la double maxime : « Je m’avance vers celui qui me contredit qui m’instruit » (Montaigne) et « Suivre pour conduire » (règle de la p.n.).  Leur avis m’intéresse quans il s’agit des rapports entre la démocratie et la dictature. Je me souviens d’avoir entendu Pierre Mendes-France déclarer en 1962 « La démocratie est une méthode de consultation pas de gouvernement. » Et voici un mot étrange de Louis de Bonald : “Quand la monarchie pure est dans la constitution, la démocratie pure peut et doit être dans l’administration ; car il y aurait trop de démocratie, si elle était à la fois dans l’une et dans l’autre.”

3. Cédric (12 juil) : J’ai découvert aujourd’hui votre texte sur le mariage forcé sur le forum facebook d’Evangile & Liberté. Un très bel article.

Aussi je serais intéressé de le diffuser via le forum facebook du Protestantisme Libéral de Belgique, mais pas sans votre accord préalable.

Ce bref courriel afin de vous demander cette autorisation.

Roger (12 juil) : Je suis très surpris et heureux de voir que ce texte circule.

Vous pouvez le diffuser à votre convenance.

Je vous ai inscrit sur la liste Retorica.

Vous pouvez vous désabonner quand vous voulez.

4. Annie (11 juil) : je viens de l’apprendre au cours de recherches pour l’identification d’un tableau de retable, et ça n’est pas  hors sujet pour autant.

La mère de François de Sales a été mariée à 14 ans.

C’était au XVIe siècle.

« À 16 ans elle était maman, comme la Vierge Marie » ai-je lu sur un site bien-pensant on ne peut plus contemporain

(dommage, je n’ai pas noté lequel)

D’autres sources disent qu’elle a accouché de François, le 1er d’une longue série d’enfants, à 15 ans.

Roger (15 juil) : Très intéressant.

Soyons prudents dans nos analyses. La civilisation européenne s’est aussi construite à travers ces exemples où la recherche de la sainteté justifiait une absence délibérée de contrôle des naissances  : « Croissez  et multipliez, peuplez en abondance la terre » (Gen 9, 7). Cette prescription venait après le Déluge. Il est probable que cet ordre luttait  contre un découragement compréhensible : « Pourquoi faire des enfants s’ils doivent ainsi disparaître ? » Le contrôle des naissances dut apparaître très tôt dans l’histoire de l’humanité mais c’était un secret de sorcières.  Du temps de Rousseau on appelait cela joliment « les funestes secrets ». Pendant très longtemps, tous les ans, les curés irlandais (et d’autres lieux) vérifiaient que leurs ouailles féminines étaient bien enceintes et morigénaient celles qui auraient pu l’être et ne l’étaient pas.

Les grossesses précoces et multiples sont encore fréquentes dans les pays émergents malgré la volonté des femmes de les réduire. Les islamistes y voient l’arme démographique absolue : « Je te noierai sous mes gosses« .

Selon le Fonds des Nations unies pour la population les inégalités s’accentuent en matière de maternité précoces et multiples malgré son mot d’ordre : « Oui au choix, non au hasard.” Son rapport de novembre 2012 est signification. Le taux de fécondité chez les filles de 15 à 19 ans  est en moyenne de 49/1000 naissances  dans le monde mais 12 en France, 14 au Canada, 39 aux Etats-Unis, 96 en Amérique latine, 58 au Moyen-Orient et en Algérie, 53 en Europe centrale et orientale, Asie centrale. Trois chiffres sont significatifs : 130 en Afrique subsaharienne, 107 en Asie du Sud et 42 en Asie de l’Est

Que dire de plus ?

Roger et Alii

Retorica

(2 350 mots, 14 600 caractères)

Laisser un commentaire ?