09 FRA Nuit debout Macron 2016 04

« Nuit debout » Macron… alliance bizarre ? Non. « Nuit debout » prétend « faire peur » à l’oligarchie… dont Emmanuel est apparemment le plus bel espoir. Remontons à l’origine.

« … une nouvelle pratique voit le jour : « Nuit debout ». Au commencement fut le verbe de François Ruffin et de Frédéric Lordon. Lors de l’avant-première du film « Merci Patron » réalisé par Ruffin, fondateur du journal Fakir, à la salle Olympe de Gouges à Paris, c’est Lordon, qui fixa un premier rendez-vous à la Bourse du travail le 23 mars pour débattre de ce qui pourrait « faire peur » à l’oligarchie. Plusieurs réunions se sont alors succédé au même endroit. La décision fut alors prise de ne pas se coucher après la manifestation du 31 mars contre la loi El Khomri à Paris. Le mouvement « Nuit debout » sur la place de la République est alors lancé.

Deux semaines après, le mouvement s’est prolongé et amplifié. Il fait des émules sur d’autres places en province. Assez vite, de nombreuses petites associations thématiques toutes contradictoires les unes avec les autres se mettent à participer aux débats improvisés sur la place. » (Evariste, Respublica n° 810, 18 avril 2016)

Des échos divers, certains défavorables , nous sont parvenus de ces manifestations quelquefois faussement tolérantes. C’était la même chose en mai 1968. A mon avis « Nuit debout » est plutôt, du moins pour nous, Retorica, l’occasion de réfléchir à des problèmes que nous connaissons déjà et d’approfondir des solutions possibles et concrètes.

Voici les apports que j’ai reçus : Philippe, Robert, Serge et Bernard L. Comme cet ensemble est assez lourd, je le place directement sur site.

Roger

09 FRA Nuit debout Philippe 2016-04-13

Très beau poème que je communique à tous nos amis de la liste-forum retorica. Je le prolonge par des réflexions venues au politique par le poétique. Cela part un peu dans tous les sens dans cette démarche trampoline qui nous est familière.  

Roger

(I) Philippe (13 avr 2016) :  J’habite à 12’ de République, et je passe régulièrement le soir un peu de temps aux Nuits Debout. Voici un texte qu’elles m’ont rapidement inspiré et sur lequel j’ai plusieurs retours positifs. Bien sûr tu peux le publier sur ton site éou par mail éou sur papier pour l’avoir toujours avec toi et pouvoir le lire à tes amis éou tu veux. (…)

Nous sommes comme l’eau

Nous sommes comme l’eau. Nous sommes légers, nous sommes fluides. Ici une rivière, là un lac, là une source, là un océan. Nous avons un cap, celui de notre âme. Nous avons un horizon, celui d’être ensemble. Nous partageons, nous échangeons, nous pensons, nous parlons, nous inventons. Nous ne croyons plus vos politiciens. Nous pouvons travailler en coopérant, en coopératives. Nous n’avons plus besoin de vos « capitaines d’industries », qui n’ont pas de boussole, qui n’ont pas de carte de la terre qu’ils détruisent, qui n’ont pas de rêve, qui ne veulent pas voyager mais seulement mettre le bateau en pièces pour les revendre au plus cher. Nous ne voulons plus soutenir la pyramide, nous n’avons plus besoin de hiérarchies verticales. Nous n’avons pas de Dieu de recours ou de consolation, nous n’avons pas de vie au-delà de notre amour pour la vie. Nous sommes comme l’eau. Nous ne sommes pas les premiers, nous ne sommes pas les derniers. Nous avançons. Nous n’avons pas besoin de vos partis, qu’ils partent. Nous n’avons plus besoin de vos combats marchands, de vos guerres de pouvoirs et de territoires. Nous ne voulons plus de vos formatages, nous sommes singuliers. Nous construisons autrement. Nous sommes chacun, nous sommes des gouttes d’eau, nous sommes l’océan. Nous noierons votre violence permanente, votre terrorisme financier, votre faillite immense et frauduleuse dans l’histoire du monde. Nous n’avons plus besoin de vous. Nous vous inonderons de nos rêves, nous ferons autre chose, nous ferons autrement, nous nous ferons les uns les autres. Notre intelligence vaut mieux que votre cupidité. Notre bienveillance vaut mieux que vos armes. N’importe quel enfant affamé vaut mieux que votre argent qui le tue. Les justes font avancer l’humanité que vous avez écrasée, même en vous. Nous pensons par nous-mêmes, nous décidons par nous-mêmes. Nous ne cesserons plus de revenir. Nous sommes la pluie de ce monde que vous avez asséché. Nous sommes les femmes et les hommes debout.

Philippe

http://www.docteurduchmoll.com/index.php?post/2016/04/07/Nous-sommes-comme-l-eau

09 FRA Nuit debout Robert 2016-04-17

Eh bien moi, je n’aime pas du tout ce poème qui reprend les vieilles rengaines haineuses: « C’est nous les bons, c’est eux les salauds », au lieu de dire que les contradictions et les erreurs et même les horreurs sont en chacun de nous.

On ne dit pas qu’il faut aller les pendre mais ça en donne envie.

Je préfère la chanson « La Bastille » de Jacques Brel:

On a détruit la Bastille

Et ça n’a rien arrangé…

Si tu crois encore au rêve du grand soir

Et que nos ennemis, il faut aller les pendre…

Texte intégral ici: http://fr.lyrics.wikia.com/wiki/Jacques_Brel/La_Bastille

A écouter ici:  https://www.youtube.com/watch?v=TMsO_idnXAI

09 FRA Nuit debout Serge 2016 04

Serge (16 avril 2016) : Merci pour ces textes et réflexions Je me permets d’y ajouter des (contre) propositions dans l’esprit bien compris de Montaigne que je partage avec vous. « Je m’avance vers celui qui me contredit, qui m’instruit. » Roger (17 avril) : Il s’agit des propositions de la Maison des potes. Je les note en italique et entre guillemets.

« 1. Dix propositions (2012) :« Parce que nous voulons faire de l’égalité une réalité, nous voulons des mesures concrètes pour lutter contre l’école à deux vitesses, l’exploitation des travailleurs immigrés, la ségrégation urbaine, les discriminations, les violences faites aux femmes, les inégalités d’accès à la justice, le chômage des jeunes sans qualification. Nous voulons renforcer la laïcité, les associations d’éducation populaire, la création culturelle et audiovisuelle des quartiers. Nous formulons 10 propositions concrètes pour faire de l’égalité une réalité.

(1) Régularisons les travailleurs sans papiers ! »

Serge : 1 – Rendons public et consultable en ligne, chaque dossier de demandeur de nationalité. 

Avec les raisons des refus et des accès..

Autorisons les commentaires avec un régulateur.

« (2) Rajoutons 30% de professeurs dans les ZEP ! »

Serge : La louche est par trop imprécise.  2 – Demandons à l’Education Nationale avec des associations de quartier, des entreprises motivées par l’Etat, des professeurs, des éducateurs, des chercheurs, tous volontaires, de concevoir des centres d’enseignement, d’apprentissage et de recherche permettant aux entrants de se lancer dans des directions évolutives adaptées aux niveaux et de déboucher directement sur la création de petite structures d’entreprise. Rendons consultables et publics tous les projets. Autorisons les commentaires avec un régulateur.

« (3) Anonymisons les candidatures de logement HLM »

Serge : 3 – Rendons public et consultable en ligne, chaque dossier de demandeur et les comptes rendus de décisions.

« (4) Impliquons les entreprises dans la formation professionnelle des jeunes des quartiers ! »

Serge : Oui mais… On ne décrète pas ça ! Il faut un terrain de jeu avec la balle au centre pour commencer. voir r2

« (5) Titularisons 100 000 éducateurs et animateurs pour la jeunesse des quartiers populaires et finançons les associations d’éducation populaire avec 10% des taxes sur le PMU et le loto ! »

Serge : La louche a grossi ! 5 – L’argent de l’Etat, ses sources et la répartition des dépenses devraient être plus pédagogiquement et simplement expliqués à tous, c’est absolument certain…(combien de gens pensent que nos dirigeants trichent et s’enrichissent sous une forme ou une autre ?). Une fois de plus, il faut rendre consultables et transparentes toutes nos dépenses d’Etat pour redonner confiance dans l’Etat, dans l’impôt et dans le bien commun. Et cela, tout en permettant à chacun d’en consulter précisément chaque détail, à des fins d’étude ou d’enquête.

Je ne pense pas qu’il soit judicieux de préciser les sources PMU ou Loto, c’est finalement les faire apparaître comme les bienfaiteurs des associations.. (de la famille que : « Jetez vos papiers dans la rue, pour préserver un emploi de balayeur »..)

« (6) Soutenons la création culturelle et audiovisuelle dans les quartiers avec 10% de la redevance TV ! »

Serge : 6 – Le budget culturel d’un quartier, d’une ville, d’un site particulier ou d’une manifestation nationale doit être pensé d’abord par des acteurs locaux et comme un bien commun pour en défendre les valeurs les plus larges et ouvertes à tous.

C’est au plus petit niveau, souvent sur un modèle associatif, qu’un projet naît et qu’il a besoin d’être aidé. Peu nous importe de savoir d’ou vient l’argent commun de l’Etat. C’est le nôtre. Réinvestir sur le droit de savoir ce qu’on va en faire et comment on s’entend pour mettre en œuvre un projet culturel, c’est ce pouvoir que l’on cherche.

Le % du budget culturel, comme celui de la justice, ou de l’éducation, c’est comme un œil qui regarde dans votre œil, et qui vous questionne ; alors, ça va, on rigole, en bonne santé, un avenir ? ..

Et pourtant, il nous semble que ce n’est plus là que ça se passe…

La culture maintenant, elle se partage directement entre personnes. Autorisons, la création de télévisions publiques locales avec une nouvelle réglementation adaptée aux fréquences.

Autorisons la parole publique libre et respectueuse de l’autre. Partageons nos données librement, changeons de logiciel chaque fois que c’est possible pour des logiciels libres d’utilisation.

Echangeons ensemble nos regards ou nos circonstances par tous moyens si cela est utile.

Radios et webradios, Podcasts sont des moyens peut couteux de libérer la parole, les initiatives et les échanges sans rester devant un écran. (Une solution d’avenir la radio..)

« (7) Ouvrons les emplois publics aux étrangers sans discriminations ! »

Serge : 7 – Autorisons et rendons public et consultable en ligne, chaque dossier d’étranger demandeur d’emplois publics. Avec les raisons des refus et des accès..

« (8) Construisons des centres d’hébergement d’urgence pour les femmes victimes de violence ! »

Serge : 8 – Créons un réseau reconnu et aidé par l’Etat permettant à des familles volontaires d’accueillir des femmes victimes de violence (sur le principe des familles d’accueil actuelles (enfants et ados en maltraitance)

« (9) Doublons le montant de l’aide juridictionnelle ! »

Serge : 9 – Revoyons notre budget justice à la hausse, dans un moment très important. Dans notre vie démocratique, la justice doit avoir les moyens de préserver nos droits autant que nos libertés.

Demandons plus de contrôle direct des tribunaux européens et internationaux. (CI de La Haye)

« (10) Enseignons la laïcité ! »

Serge : 10 – La Laïcité ! Il me semble que ce n’est pas un alphabet ou une table de multiplication.  

Enseigner ? Est-ce suffisant ? Est-ce l’objectif ? Est-ce la méthode ?

Je suis bien d’accord que plusieurs louches et même un tombereau n’y suffirait pas..

Si nous sommes comme l’eau qui coule et s’adapte à ce qu’elle rencontre, … elle a quand même déjà beaucoup coulé..

« Partagez nos Savoirs » me semble un peu plus équitable et respectueux comme formule.

L’opinion publique se rassemblera sur des valeurs simples, évoluera dans un mouvement, vers une direction qui lui semble porteuse d’avenir à court, moyen et long terme.

La Dette. Tout le monde a bien compris que le citron avait rendu tout son jus. Chercher dans vos paradis fiscaux.

Le Nucléaire. Restons les meilleurs spécialistes du .. désengagement progressif , du démantèlement bien organisé de centrales, des installations de protections d’anciennes centrales à décontaminer et ce pour des milliers d’années d’heures de boulot de spécialiste à venir..

Le Renouvelable. Autant remettre tout dans l’axe du long terme, on est sûr que ce sera très utile dans une société tournée vers la préservation de ses ressources pour vivre. 

Isolation puissance 100 avec toute la suite durable et locale disponible (tva réduite, crédit d’impôt imbattable et proportionnel). Encore un gros réservoir d’emploi sur du court, moyen et long terme.

Le Bio. + 20%/an , AMAP, marchés bios, plein d’initiatives, des tas de redécouvertes. Pas assez d’accompagnement des agriculteurs. Des tas de symbioses possibles entre les jeunes agros diplômés et les agriculteurs sans aide pour les six années de transition. Des structures de soutien et d’aide à la transition vers une agriculture plus raisonnée redécouvrant les valeurs de la biodiversité alimentaire et la prévention des problèmes de santé.

Le Tourisme. Le pays ne changera pas de place. C’est le plus visité.  4% des plus riches humains au monde y habitent, nous, les Français, ouverts d’esprit et de cœur, enfin… tant qu’on veut bien partager.

Prompts à sauter des ailes, comme un coq au combat , et partir coloniser un pays, nous sentons désormais, qu’il nous faudra séduire mieux que personne, pour instruire et développer de vraies relations durables avec tous les pays émergents. 

La Santé. Un système envié qui n’est pas encore équilibré et qu’il faut arbitrer démocratiquement en visualisant la répartition des dépenses. Encore des accès transparents qui manquent… et le poids des Labos pharmaceutiques qui pèse sur tout.

Autorisons les développements des cultures médicinales (en particulier locales) et organisons nos moyens de distribution en plantes médicinales de prévention (web). Développons la recherche dans notre biodiversité avec l’aide de l’Etat.

Le Soin. A tous, pour tous, un état d’attention qui nous parle. Des milliers d’emplois qu’un robot ne fera jamais. Des structures ouvertes, des domiciles… des chances, des richesses, des connaissances, une culture.

On nous sonde, on nous piste, on nous téléphone, on nous anticipe, alors que nous attendons simplement de pouvoir cocher des boites à cocher, démocratiquement et ainsi dire oui ou non, d’accord, pas d’accord …

On sait bien nous forcer à remplir nos feuilles d’impôts, et on ne saurait pas comment faire pour nous donner accès aux votes à distance ? A tous les types de votes...Des centaines de lignes qui n’attendent que d’être ajoutées, confrontées ou partagées..

Serge : 11 – Pour un immense débat démocratique..

Pour que l’essaim d’humains se décide à partir vers son nouvel emplacement que lui faut-il ?

Voilà plusieurs jours que les plus anciennes, les plus expérimentées des meilleures butineuses de la ruche (quelques dizaines sur des milliers), ont repéré un nouvel emplacement à 4 Kms de la ruche, dans le creux d’un chêne. 

Il doit être assez haut du sol pour ne pas risquer de prédateur terrestre  mais pas trop haut pour se protéger du froid l’hiver et assez épais quand il fera 6 ou 8° degrés dans la ruche. Il faudra tenir sur ses réserves en bougeant lentement du centre vers l’extérieur pour créer une petite source de chaleur. Près d’une branche cassée, l’ouverture est mince dans l’écorce réparée. Elle sera facile à défendre et l’intérieur est spacieux. . .

Chaque fois qu’elles sont rentrées, leur enthousiasme à raconter la distance, le lieu, la qualité de l’emplacement, a enchanté des centaines d’abeilles alentour, enthousiastes à leur tour répercutant la nouvelle et cela dans l’obscurité totale de la ruche. 

D’autres propositions, d’autres lieux, d’autres arbres et d’autres dangers. 

Nous en avons parlé, toutes et toutes pendants plusieurs heures et jours..

C’est seulement après ce débat et cette acceptation qu’une majorité d’environ 70% de volontaires prennent le départ, embarquent la reine dans l’aventure et s’envolent vers leur nouvelle destination. 

30% restent avec 30% des réserves et feront éclore une future reine aussitôt l’essaim parti.

Dans les bagages des voyageuses, chacune embarque une goutte de miel sur chaque patte; 70% des réserves. 

C’est le carburant pour le voyage et les premières heures de boulot. Il faudra faire vite pour reconstruire des alvéoles en cire et boucher immédiatement tous les accès et mettre la reine en situation de pondre dans les chambres nuptiales et repartir servir et partager la nature, en symbiose avec les plantes. 

Objectif. Survie de l’Espèce. 

L’abeille ne produit pas ce qui peut la détruire.

Dans les essaims d’humains, il y a les pesticides des humains…

Et, ils coulent dans l’eau, que nous buvons.

Nous ne sommes pas des abeilles. Nous produisons ce qui nous détruit.

Nous attendons notre guide, notre petit dieu, notre petit maitre, le plus séducteur, le plus télégénique, le meilleur de tous les acteurs, celui qui dira qu’il sait. 

Nous le verrons bientôt, qui lèvera un doigt dans le ciel, et qui nous dira « c’est par là !.. » 

Roger (16 avril) : Oui. Je retiens votre mail. Il est très intéressant. Les consultations ouvertes en ligne bien gérées seront, comme vous le proposez, un outil fondamental pour améliorer notre société.

Certaines propositions de la Maison des Potes sont effectivement « à la louche » : ce n’était pas le lieu de les affiner. Ce sont des pistes à approfondir.

Dans le bouillonnement actuel (« Nuit debout ») des lignes de force vont se dégager progressivement, du moins je le souhaite.

09 FRA Nuit debout Bernard L 2016 04

Bernard (14 avr 2016) : Monsieur Macron vient de la banque. Il a ét coopté, comme un certain nombre de nos dirigeants par la Fondation des Young Leaders qui formate sur le modèle des financiers de Wall Sreet un certain nombre de jeunes diplômés que l’on pense devoir intégrer les équipes dirigeantes de l’Etat….en passant par cette Fondation dont le siège est aux USA, dont le moteur est celui du capitalisme financier. Nota: Hollande, Moscovici et d’autres,et une bonne partie de l’équipe de Sarkozy sont passés par le même moule. On ne risque pas la révolution quand de telles équipes se relaient au pouvoir.

Roger (17 avr) : Nous avons affaire à un banquier-philosophe, assistant en son temps de Paul Ricœur. Il dialogue volontiers avec Raphael Einthoven : voir les liens 

http://www.europe1.fr/societe/macron-face-a-enthoven-cest-par-la-liberte-individuelle-quon-emancipe-2618043

ou

https://www.youtube.com/watch?v=_Co-uNOYPxQ

Emmanuel Macron est un esprit agile et déterminé. Il a connu un seul échec, à l’ENS, échec qui l’a passablement affecté. Sa fortune est venue d’une très grosse commission sur une transaction internationale de haut niveau : « En 2012, il est nommé gérant et dirige l’une des plus grosses négociations de l’année (le rachat par Nestlé d’une filiale de Pfizer). Cette transaction évaluée à plus de neuf milliards d’euros lui permet de devenir millionnaire. François Henrot dira de lui qu’« il aurait été, s’il était resté dans le métier, un des meilleurs en France, sans doute même en Europe »31. Entre décembre 2010, date de sa nomination comme associé-gérant, et mai 2012, celle de son arrivée à l’Élysée, Emmanuel Macron indique avoir gagné 2 millions d’euros brut. » (Wikipédia).   Ainsi gavé financièrement, il sera, à mon avis, moins que d’autres, sujet à la corruption.

Reste à voir le plus important, la hiérarchie sociale, au sommet de laquelle Emmanuel Macron, peut se retrouver et auquel il aspire, soyons-en sûrs, légitimement. J’ai relu un fichier Retorica qui avait retenu toute mon attention, en son temps :

http://www.retorica.fr/Retorica/31-soc-hierarchie-et-harmonie-2011-04/ 

J’y écrivais alors :

«  La complexité des sociétés humaines se devine à travers les objets manufacturés que nous utilisons quotidiennement. Leur conception, leur production, leur transport supposent des hiérarchies sociales très complexes. Leur écheveau est quasiment impossible à démêler. Ces hiérarchies créent de multiples injustices et donc s’éloignent d’une harmonie souhaitable. Nous voudrions que les droits humains soient respectés à tous les échelons car c’est la seule égalité possible. Toutes les autres composantes revenus, talents, volontés, relations sont profondément inégalitaires. Ces hiérarchies finissent par se rencontrer au sommet.Les élites politiques, économiques, intellectuelles, sportives et médiatiques se connaissent et s’apprécient mutuellement. Ainsi se constituent des oligarchies puissantes et souvent peu respectueuses des droits humains concernant les petites gens. Le respect de ces droits devrait être fondamental. Nous, qui sommes placés presque en bas de cette pyramide sociale, pouvons construire plus de droits humains et plus d’harmonie. Ces hiérarchies sont traversées par des lignes de force que nous pouvons rejoindre individuellement et collectivement. C’est le propre des actions politiques, syndicales, culturelles etc. Pour reprendre l’expression de Lénine qu’il emploie au sujet de la littérature, nous sommes autant de petites vis dans le grand mécanisme de la Révolution. C’est quelque chose de vraiment stimulant et qui peut donner sens à nos vies en dépit des désillusions et des échecs apparents. A dire vrai dans cette optique il n’y a pas vraiment d’échecs ni même de succès clairement identifiables. Il faut une trentaine d’années pour qu’une idée s’impose et alors on a quelquefois du mal à la reconnaître. On vise une chose et on en atteint une autre. La sérendipité, positive, est constamment à l’œuvre. Les effets pervers aussi. » Je poursuivais avec des considérations empruntées à Louis Dumont : « … selon Louis Dumont, toute l’histoire de l’Occident est marquée par l’effort constant pour arracher la personne à la globalité et à la hiérarchie. Cette “idéologie moderne” de l’individualisme est en racine dans le christianisme où chaque individu est en relation avec Dieu, ce qui affaiblit les relations avec le monde réel. (…) Devenu seul maître de ses décisions et de son destin, l’homme est singulièrement démuni car il doit trouver en lui-même les références et les repères que l”organisation sociale ne lui fournit plus. Il doit donc retrouver des valeurs “non modernes” : la hiérarchie, la transcendance, l’interdépendance, la complexité. (…) » Je poursuivais avec le revenu universel mais ceci nous éloigne d’Emmanuel Macron qui était notre sujet.

Bernard (17 avr) : Merci de cet envoi. Je connaissais ses relations avec Paul Ricoeur. Le libéralisme qu’il affiche est aussi individualisme sans contre-partie qui ne fait jamais référence au collectif. C’est, comme ill’a d’ailleurs dit, l’appel à l’enrichissement individuel.

C’est aussi autre chose: Il a fait partie de la promotion 2002 des stagiaires de la Fondation des Young Leaders. Il en parle beaucoup moins que sa proximité avec Paul Ricœur. Une façon de rassurer. la formation de Young Leaders visait à « améliorer « les relations personnelles entre nos « élites » et celle des USA.

Une autre façon d’expliquer son social-libéralisme. Pour comprendre ce dont il s’agit, je suggère la lecture du livre de Kissinger, « Democracy » et notamment le premier paragraphe du premier chapitre où il explique que les USA représentent la nation élue du ciel pour diriger la planète ! Ceci dit, ce bouquin est passionnant.

Roger (17 avr) : Très juste. Qui se ressemble s’assemble. Y compris chez les « élites ». D’où les oligarchies (Siècle etc).  Comment lutter contre ou avec ? Comment jouer collectivement ? Vaste problème. 

Votre remarque très intéressante sur le social-libéralisme d’Emmanuel Macron m’a incité, pour en savoir plus, à consulter l’article « Social-libéralisme » de Wikipédia. Ce fichier m’a paru bien fait. Comment faire la jonction avec « Nuits debout » ?

Roger et Alii

Retorica

3 770 mots, 23 400 caractères, 2016-04-18

Laisser un commentaire ?