14 INF Charlie Continuum 7/7 (§ 23  à 44)

23 Nous avions six continuums, six comme les six jours de la création du monde. Le 7° est donc le jour du repos, de la réflexion. Ce continuum 7 clôt pour un temps notre réflexion mais elle peut se poursuivre sous l’objet « 14 INF Charlie » qui est  au carrefour de trois sections : 23 POL, 26 REL et surtout 28 RHE. L’information  c’est d’abord de la rhétorique.

Roger

24 Piero avait rédigé ce nouveau texte à ma demande, comme résumé de sa réflexion.  (18 jan).

Je reprends la plume pour rappeler qu’il ne faut pas confondre l’islam en tant qu’idéologie tirée directement du Coran et les musulmans. Cet amalgame est préjudiciable pour tout le monde (c’est portant le plus répandu avec l’assimilation musulman = arabe qui est encore moins vrai puisque la majorité des musulmans sont maintenant indonésiens). J’insiste : il serait absurde de prétendre que l’Oumma (la mythique Communauté des croyants) soit un ensemble parfaitement homogène, en faisant fi de la dispersion géographique, des nombreuses dissensions et différents courants ethnico-religieux. Tous les musulmans ne se ressemblent pas. Les adorateurs d’Allah du Nigeria n’ont pas la même culture ni les mêmes aspirations que les musulmans Bengalis, Allemands, Chinois ou Indonésiens. Un musulman richissime ne saurait être le même qu’un bédouin du désert ou un banlieusard de la Grande-Borne. Et comme le rappelle Roger il y a divers courants même si le sunnisme représente plus de 90 % des musulmans (les autres courants sont considérés comme hérétiques, en-dehors de l’islam véritable). Reste que chaque courant, sunnisme compris, est aussi divisé en plusieurs écoles, elles-mêmes divisées en diverses branches, elles-mêmes avec diverses interprétations suivant les périodes, les lieux, les individus. Ce qui est unique, c’est Dieu, le Coran, le Prophète, et non les croyants. Il est donc indispensable de ne pas confondre la pièce, le texte d’un côté, et, de l’autre, le spectacle vivant (et en général les acteurs-croyants connaissent assez peu la pièce et jouent uniquement ce qui les arrange). Pour moi, l’islam sunnite reste la référence.

1. « On ne peut pas dire […] que les musulmans trouvent normal de tuer les autres » ? Qui a voulu dire cela ? Pas moi en tout cas. Et c’est quelque peu insultant si on me prête ce genre de propos. Ça doit être un malentendu… Passons. Quant à la possibilité de tuer, elle existe bien évidemment dans le Coran mais sous certaines conditions que je n’ai pas ici le temps de vous expliciter.

2. On parle de réformer l’islam, mais d’une part l’islam n’est pas structuré en Église, d’autre part qui peut prétendre changer le Coran (qui est la parole d’Allah lui-même ! Chaque verset est un « miracle » !) ? Ce n’est pas l’islam qui changera mais les musulmans. Malek Chebel, dans son Dictionnaire amoureux de l’islam (Ed. Plon, 2004), lui aussi plein de bonnes intentions, écrit  : « l’islam attend son MLF ! ». Amalgame qui souligne une incapacité à raisonner véritablement sans référence religieuse. L’islam est un dogme basé sur le Coran incorruptible, ce n’est donc pas la religion qui « attend son MLF », mais la société civile. Les hommes et les femmes d’Algérie, d’Arabie Saoudite ou d’Iran attendent leur MLF, mais l’islam n’attend rien. L’islam est. Les Hommes changeront, du moins on peut l’espérer, mais le Coran non. Cela dit c’est vrai, seuls les musulmans pourront faire évoluer leur pratique « de l’intérieur ». Bonne chance.

3. « De nombreux spécialistes et penseurs musulmans, notamment égyptiens, sont d’avis de rendre caduc « le Coran de Médine », qui viole les droits de l’homme, et de ne retenir que « le Coran de la Mecque » ». En effet, certains, mais en réalité peu nombreux en pourcentage font cette distinction (elle n’existe que chez les modérés qui veulent absolument éviter de se plier au texte et espèrent que le texte se pliera à eux, quelle arrogance !). Evidemment, avec 1,3 milliards de musulmans dans le monde, il en existe pour défendre tout et n’importe quoi, quel que soit le sujet. D’autre part, si cette différence existe dans le réel (les révélations se sont étalées sur une vingtaine d’années donc pas toujours au même endroit ni dans les mêmes conditions ni avec les mêmes objectifs), rien n’indique dans le Coran une quelconque distinction (bien au contraire le Coran est à l’image de Dieu et son unité absolue est rabâchée jusqu’à l’écœurement). Bref, de quel droit diviser, de quel droit écarter tels ou tels versets ? Qui peut prétendre « corriger » Dieu ? (670 mots 3700 caractères, 15 mn)

25. Pierre  (19 jan) : Sur le plateau du Grand journal de Canal +, la jeune actrice du film « la famille Bélier » déclarait avoir eu « mal à la France » lors des attentats à Charlie hebdo; phrase belle et vraie, ressentie par énormément de gens sans doute ,et largement libérée par l’unanimité historique du rassemblement.. ;

pensée pourtant ressentie à nouveau depuis quelques jours par des millions de Français,et des dizaines de millions d’étrangers face aux accès de violence dans le monde à l’égard de la publication du nouveau numéro de l’hebdomadaire sauvé de ses cendres par le soutien populaire;et la joie de se retrouver, toutes catégories confondues, derrière le drapeau national, accompagné de beaucoup d’autres, a été lourdement ternie par le spectacle de ce même drapeau conspué et brûlé devant des foules en colère de plusieurs pays d’Afrique et du Moyen-Orient,même si souvent la spontanéité des manifestations peut être soumise à caution…on a l’impression qu’en quelques heures le capital d’autorité et de sympathie dont le pays bénéficiait pour son action étrangère récente autant que pour la symbolique de ses valeurs, a été durablement ébranlé et remis en cause..!

et cela parce que, sous l’effet d’une émotion et d’une fierté compréhensible, la nouvelle équipe de cette petite publication s’est laissée emporter, de manière sympathique mais peu responsable,par la tentation de renouer avec la provocation par là où elle en avait fait le plus mal, à commencer par sa propre sécurité, confondant ainsi (ou feignant de confondre ) l’affirmation ferme de la liberté de dire (et de vivre),et un chèque en blanc à ses propos, ce qui n’a jamais été le cas ni des pouvoirs publics ni de la majorité de la population envers un journal anarchisant de 50 000 lecteurs, fait que ne doit pas faire oublier son achat ponctuel à des millions d’exemplaires, dicté probablement par autant de snobisme et de jeu que de soutien

mais il vient un moment ou un élan spontané, et d’une qualité unique, doit se prolonger de manière concrète dans une réalité non réductible à de seuls principes pas toujours compris comme tels par la masse de ceux qui n’en ont ni l’éducation ni les conditions de vie concrète, ici et ailleurs…

il serait grave et désolant que faute de prendre la mesure de cet enjeu à long terme,notre pays et sa société se privent d’un rôle qui lui reviendrait de façon privilégiée, celui d’un médiateur ferme et patient entre des valeurs incontournables et les attentes, incompréhensions ou angoisses de peuples entiers qui seraient disposés à nous entendre si nous ne nous complaisons pas outre mesure dans le sectarisme à rebours de la laïcité

26 André (15 jan) : Je te joins un texte de J-M-G Le Clezio que j’ai trouvé aujourd’hui dans Le Monde des Livres et  que j’aime bien en même temps qu’il apporte un point de vue incitateur et serein au débat. Au cas où tu ne l’aurais pas encore lu. Peut-être pourras-tu l’insérer à ton « Continuum  » que je suis avec grand intérêt. Roger : Bien. Merci. Je le garde sous forme de lien :

http://www.lemonde.fr/livres/article/2015/01/14/lettre-a-ma-fille-au-lendemain-du-11-janvier-2015-par-jmg-le-clezio_4556225_3260.html

27. Pour protester contre la présence de Netanyaou en tête du défilé  pour la défense de la liberté d’expression, Christiane m’envoie (11 janv) un extrait tronqué d’un article Wikipédia qui attribue aux seuls Israéliens la responsabilité de 500 enfants morts à Gaza pendant la guerre de  l’été 2014. Mais l’article complet (« Guerre de Gaza de 2014 ») évoque la responsabilité du Hamas et de sa politique des boucliers humains dans cette tragédie.  Il y a bien sûr les boucliers humains et la volonté du Hamas d’avoir le maximum de pertes humaines pour les brandir aux yeux du monde. Opération de communication efficace s’il en est. Les secours arrivent à Gaza mais une très faible partie est consacrée à la reconstruction. Le reste va à l’achat de missiles, à la construction de nouveaux tunnels et à la corruption. Il y a aussi quelques beaux quartiers semble-t-il. Mais on ne les montre pas.  Voici ce que je pense en 200 mots :

L’hommage du vice à la vertu

1. Sur la cinquantaine de chefs d’Etat présents à la grande manifestation du dimanche 11 janvier 2015 on en comptait presque la moitié de despotes opposés à la liberté de la presse. En somme c’était l’hommage du vice à la vertu.

2. Netanyahou et Abbas étaient là. Netanyahou a le soutien de 80 % des Israéliens, lesquels ont une bonne expérience du terrorisme et des moyens d’y faire face. En ce sens il était à sa place dans la manifestation. 

3. Abbas aussi. Outre les exactions et la corruption dont il faudra bien parler un jour, le chef de l’Autorité palestinienne est pris au piège. En anglais il dit vouloir négocier et en arabe il dit vouloir jeter les Israéliens à la mer. Mais négocier ce serait connaître le sort de Sadate.

4. Golda Meïr disait autrefois : « Je peux vous pardonner d’avoir tué mes enfants mais je ne vous pardonnerai jamais de m’avoir forcé à tuer les vôtres. » On ne peut pas dire que le Hamas avec ses boucliers humains de toute nature épargne ses enfants.

5. Seule une collaboration franche et loyale comparable à celle du monde gallo-romain permettra aux Israéliens et aux Palestiniens de sortir de l’impasse. Vœu pieux.

Roger   (210 mots, 1170 caractères, 2 heures)

Colette (17 jan) :  « GAZA (Reuters) – Le mouvement islamiste palestinien Hamas et le Hezbollah libanais ont condamné l’attaque par deux djihadistes du siège de l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo qui avait publié des caricatures du prophète. Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, « condamne les agressions contre le magazine Charlie Hebdo et insiste que le différend d’opinion et de pensée ne saurait justifier le meurtre », écrit le mouvement dans un communiqué publié samedi en français et en arabe. (…) Vendredi, le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah, le cheikh Hassan Nasrallah, a également condamné les attentats de Paris, affirmant qu’ils faisaient plus de mal à l’islam que des caricatures ou des livres contre le prophète Mahomet. (…)» Roger (18 jan) : OK.

28. Jany signale (16 jan) :  Olivier Roy « La communauté musulmane n’existe pas ». Roger (16 jan) : L’article est réservé aux abonnés de Médiapart. Mais il est accessible librement sur le site : http://www.millebabords.org/spip.php?article27307 Il y a des communautés musulmanes. Certains musulmans s’en sortent bien ou très bien, sans faire de bruit. On peut penser que beaucoup d’autres le feront, à condition que l’égalité des droits devienne effectif en France.

29. Pape François. Liberté d’expression « Si M. Gasbarri (responsable des voyages pontificaux, assis à côté du Pape pendant l’interview), qui est un grand ami, dit un gros mot sur ma mère, il doit s’attendre à recevoir un coup de poing ! C’est normal… On ne peut pas provoquer, on ne peut pas insulter la foi des autres, on ne peut pas se moquer de la foi ! ». Et le Pape de rajouter : « J’ai pris exemple de la limite pour dire qu’en matière de liberté d’expression, il y a des limites, d’où l’exemple choisi de ma mère». Beau sujet de discussion en deux-cents-mots : « La liberté d’expression a-t-elle des limites ? »

30. Serge  (12 jan) propose cette citation : « Toute religion, quelle qu’elle soit ou fut, sécrète ses propres égarements. Bien sûr qu’il ne faut pas limiter la religion à ses seuls dévoiements mais la religion c’est aussi cela. L’islamisme et les djihadistes font bien partie de l’Islam à l’instar des intégristes de l’Opus Dei, de Saint-Nicolas du Chardonnet ou autres Civitas, factions activistes du catholicisme actuel. Certes, aujourd’hui, Jésus déchaîne moins de violence que Mahomet mais la roue tourne continuellement.  Imaginez la civilisation musulmane, au sommet de son rayonnement, entre les Xe et XVIe siècles, et son regard porté sur notre civilisation chrétienne et les exactions de notre église catholique (croisades, inquisition, conquistadors, massacres protestants,…). Les chrétiens que nous étions alors étaient perçus comme de furieux et sanguinaires prosélytes. Nous portons dans nos gènes le souvenir de nos propres barbaries. Les leçons que nous donnons et le regard que nous portons sur l’Islam se nourrissent, certes, aux sources de notre propre maturation historique mais doivent être humblement relativisés. Quatre cents ans d’évolution, depuis la Saint-Barthélemy, n’ont pas suffi à gommer totalement nos travers et nous possédons toujours quelques îlots d’extrémistes enragés. »  extrait de http://sismiose.blogspot.fr

Roger (14 jan) :  N’imaginons rien. Lisons Amin Maalouf « Les croisades vues par les Arabes » (1983, puis éd J’ai lu)  :Consulter  http://sismiose.blogspot.fr pour découvrir ce que le professeur Choron pense de l’amalgame.

31. André de Laval (19 jan)  «(…)  Roger, profondément ému par l’acte barbare qui vient d’être commis, pense qu’il serait utile d’échanger nos appréciations. Le discours confié à un ami militant comme nous de la libre pensée et auquel Claudine et moi avons collaboré ainsi que d’autres amis libres penseurs, par nos échanges d’idées, traduit bien notre dégoût, notre colère et nos inquiétudes. Gérard aura été notre très bon interprète. (…) »  Roger (24 jan) : Il ne s’agit pas d’échanger des « appréciations » mais des informations. (…) voici un lien qui peut aider à réfléchir :

http://www.la-croix.com/Articles-du-Forum/L-islam-radical-et-le-regne-de-la-quantite-2015-01-22-1271282

Ne pas mettre tous les croyants dans le même sac métonymique. « L’homme ne vit pas seulement de pain… » (Matthieu 4,4).

Voir aussi pour un éloge intelligent de l’incroyance :  http://tenoua.org/hommage-elsa-cayat/

De la longue intervention de Gérard Prioul pour la Libre Pensée 53 (Laval 24 jan) je retiens ceci :

« (…) La réaction populaire de millions de citoyens dans les rues de France le 11 janvier, avait cela de noble et remarquable, qu’au-delà de sa spontanéité et de l’émotion qu’elle exprimait en partage, elle incarnait l’attachement du peuple à la démocratie et aux libertés, principalement la liberté d’expression sans laquelle il n’est pas de démocratie. Sitôt connu le premier carnage, caméras et micros, y compris ceux des services publics, ont fait tourner le manège médiatique des pleureuses de tous bords et des chefs religieux, principalement ceux du culte musulman. Quant à la LIBRE PENSEE et tous les courants les plus laïcs du pays, ils ont été systématiquement et scandaleusement réduits à la portion congrue des accès aux antennes et à la presse. (…)  »

32.   Serge (30 jan) : Charlie m’a inspiré des extractions spéciales:

1- J’ai bien aimé « On est tous des frères! » rappelé dans le discours de John Kerry et ce qu’il a dit; Je n’ai gardé que l’audio, (la video est laide) en tout cas, je remarque que son hommage à Lassana Bathily est construit avec des remarques simples que personne ne sait reprendre à son compte en France chez nos dirigeants, alors même qu’ils ont besoin de symboles et d’exemples clairs!

https://drive.google.com/file/d/0B5GaUtAw_cHxbGlGQWJuVEFvZ0E/view?usp=sharing

2 – Contre-Courant Badiou-Wahnich:

Après les attentats, après la réaction des manifestants du 11 janvier, quel regard portent-ils sur ces événements ?

Sophie Wahnich est historienne de la révolution, chercheuse au CNRS, membre de la revue Vacarme. Elle apporte un excellent éclairage sur les trous de nos livres d’histoires..

https://drive.google.com/file/d/0B5GaUtAw_cHxOWlVTjhjei16TTA/view?usp=sharing

3 – La République l’Islam et la Laïcité:

Jocelyne Dakhlia, historienne et anthropologue, directrice d’études à l’EHESS, spécialiste de l’histoire du monde musulman et de la Méditerranée. Régis Debray, écrivain, philosophe, Edgar Morin, sociologue et philosophe et Benjamin Stora, historien, spécialiste de l’histoire du Maghreb contemporain, dirige le Musée de l’histoire de l’immigration.

– part 1: 15 jours après les attentats, premières leçons:

https://drive.google.com/file/d/0B5GaUtAw_cHxVXNlY1ItX3Awb1k/view?usp=sharing

– part 2: Rééduquer les éducateurs:

https://drive.google.com/file/d/0B5GaUtAw_cHxZDE4SHJoSzhRbDQ/view?usp=sharing

– part 3:Modernité et archaïsmes:

https://drive.google.com/file/d/0B5GaUtAw_cHxRkpIVDBreEdLMW8/view?usp=sharing

33.  Emmanuel (16 jan) : Philippe Watrelot, sur Facebook, a mis un lien sur le blog « Sacré Charlemagne » (j’ignore de qui il s’agit), mais son texte est très émouvant. Je crois que tu peux le garder . Roger (30 jan) : Oui.  Il s’agit de « La question qui fait pleurer ». Voici le lien :

http://www.sacrecharlemagne.com/la-question-qui-fait-pleurer

On comparera avec le lien suivant dont le contenu est proprement scandaleux :

http://www.les-crises.fr/ahmed-8-ans-convoque-pour-apologie-du-terrorisme/

34. Marie-Françoise (16 jan) : Merci à Piero pour son article très documenté sur les musulmans le coran et l’islam mais je persiste à penser que l’on ne peut dire à une enfant de six ans élevée (sans son consentement d’ailleurs) dans la religion musulmane d’un père algérien musulman convaincu et d’une mère athée qui s’est convertie, que les musulmans trouvent normal de tuer les autres.

Cette enfant a déjà de la difficulté à accepter sa double appartenance est-ce le moment de la troubler un peu plus ?

 Ne faut il pas attendre qu’elle ait un peu plus grandi et soit capable d’analyser tout cela par elle même pour discuter de tout cela avec elle.

Elle n’est pas un cas isolé tous les enfants de son âge élevés dans cette croyance doivent percevoir cela aussi pour peu qu’on leur laisse la liberté de penser… Ce dont je ne suis pas certaine.

Comment appréhender le vivre ensemble dans ce contexte terrible ? Par le rire ? Je ne m’en sens pas vraiment capable !

Marie-Françoise transmet (23 jan) « Après les attentats : le triomphe du parti de l’ordre » d’Olivier Le Cour Grandmaison.

URL source: http://blogs.mediapart.fr/blog/olivier-le-cour-grandmaison/240115/apres-les-attentats-le-triomphe-du-parti-de-l-ordre

Roger (24 jan) : Cet article est peu satisfaisant. Et je ne sais pas quel bout le prendre. Quelques remarques éparses.

1. Il y a évidemment du désordre. Il y a quelques années déjà Mireille Delmas-Marty expliquait que la notion de « terroriste » n’était pas une notion juridique car le « terroriste »   de l’un est le « résistant »  ou le «  martyr »  de l’autre. Comment remédier au désordre en restant dans le droit ? Ou quels contre-pouvoirs, quels contrôles instaurer ? où  ? et quand ? L’auteur de l’article ne se pose même pas la question. Heureusement que d’autres le font… (je pense aux experts israéliens) mais avec de la casse pour les libertés publiques et individuelles, casse qu’il faut limiter.

2. Gilles Kepel a eu raison de parler d’un « 11 septembre culturel » . Peu de morts comparés au 11 septembre 2001 et surtout aux massacres de Boko Haram mais une charge culturelle et mondiale énorme. Il y a évidemment un choc de civilisations. Les djihadistes le disent : «   Il faut venger Poitiers 732 » même et surtout  si c’est une date mythique. Ce qui m’étonne ce n’est pas l’avancée musulmane qui combinait quatre éléments : tuer les plus décidés, mettre en esclavage les femmes et les enfants, convertir les mous, réserver le statut payant de dhimmis aux juifs et aux chrétiens. Ce qui m’étonne c’est qu’on ait pu les arrêter et les faire reculer (Grenade 1492) les bloquer à Vienne (1685)  mais avec la perte irréparable de Constantinople (1453) et la naissance d’un empire Ottoman puis d’une Turquie moderne au comportement ambigu.  Ce qu’on a fait alors il faut le refaire et pour le refaire il faut le connaître et le faire connaître. Je parle comme un Identitaire bien que je ne sois pas un Identitaire !

3. Le 11 septembre 2001 a coûté finalement moins cher que l’évaluation proposée mais Daesch dispose de ressources infiniment plus importantes que Ben Laden. Inversement parler de « citoyens français fanatisés » c’est un peu court pour évoquer des gens bien armés, surentraînés et décidés à mourir pour des raisons qui relèvent de la métaphysique et d’une spiritualité dévoyées certes mais auxquelles il faut rendre hommage si on veut comprendre et lutter efficacement contre elles.

4. On ne saura jamais combien la défense américaine, pout discutable qu’elle soit, a épargné de  vies humaines. L’attentat de Boston n’a pu être évité et il faut peut-être recourir à cette phrase de Pascal : « Je ne crois que les témoins qui se font égorger » … ajoutons « après avoir égorgé leurs ennemis » . Un accès d’enthousiasme métaphysique, une nécessité intérieure suicidaire peut expliquer cet élan. Enthousiasme = être possédé par un dieu. Les Israéliens estiment que le mur a évité 90 % des attentats, pas les 10 % restants…

5.  L’auteur a raison d’évoquer un élan « politico-médiatique » inquiétant. Déjà la grande manif a vu coïncider les chiffres de la police et ceux des organisateurs. L’élan populaire était indéniable mais il y a eu aussi une manipulation souhaitée par le pouvoir et les médias. Et cela va continuer… Ceci dit dans mes réflexions je ne me demande plus si « je suis Charlie » ou pas. Il y a un phénomène général politico-médiatique que je nomme simplement « Charlie » (14 INF Charlie)

6. La « rétention de sûreté » pose problème. Prenons un détenu qui fait ses cinq ans de prison sans remise de peine et avec un accompagnement sérieux de « re-conversion » comment être sûr qu’il n’a pas simulé pendant ces années ? comment établir une mise à l’épreuve efficace ? sinon par une «  rétention de sûreté » avec un accompagnement social sérieux qui signifie que toute la population est partie prenante dans cette reconquête des esprits…

Marie-Françoise (25 jan) : Merci pour ton analyse. Cet article pose en effet bien des questions mais c’est en cela qu’il me semble intéressant et son analyse ne me paraît pas si mauvaise : une hâte a prendre des mesures de répressions plutôt que de rechercher un moyen de diminuer les causes de ce radicalisme croissant dans les quartiers populaires et d’en donner les moyens à ceux qui agissent depuis toujours dans ces quartiers.

Dénoncer les mesurettes prises pour faire croire que le fait de chanter la marseillaise ou des cours de morale éradiqueront les problèmes de fond ne me semble pas si mal.Il brosse un tableau bien noir de tous ceux qui veulent tout dramatiser tout en les critiquant.  Il oublie de faire de réelles propositions cela je te l’accorde mais c’est un bavard comme beaucoup non ?

35. Colette (31 jan) :  Oui Piero a raison mais seulement en partie car il n’y a pas que le Coran qui régit la vie des musulmans, il y a aussi la SUNNA, la vie du prophète, les Hadiths, actes et paroles de Mahomet et de ses compagnons  et l’interprétation laissée aux docteurs de la loi…tout cela étant aussi important que le Coran. Parler du coran seul reviendrait, pour le christianisme, à ne parler que des évangiles…et idem dans la religion juive si on ne parlait que de la Bible.

ce qui explique les grandes différences entre pays musulmans.

Roger (3 fév) : Oui. D’où la nécessité de faire preuve de curiosité les uns vis-à-vis des autres.  J’ai relevé ceci :

« Isaac et Ismaël : Se reparler ? » C’est la question que pose la revue

Tenou’a  (« mouvement » en hébreu), revue trimestrielle (n° 158, hiver 2014-2015)  de sensibilité juive libérale, à partir d’un passage de Genèse 25 : 9 « Abraham fut enterré par Isaac et Ismaël, ses fils. » Cet épisode se trouve à la fois dans la Bible et le Coran, d’où des échanges intéressants fondés sur une curiosité réciproque. La revue accueille la désormais célèbre « Lettre ouverte à mon cher monde musulman », de Abdemour Bidar philosophe de culture soufie :  « Il y a en Terre d’islam, et partout dans les communautés musulmanes du monde, des consciences fortes et libres. Mais elles restent condamnées à vivre leur liberté sans reconnaissance d’un véritable droit, à leurs risques et périls face au contrôle communautaire ou même parfois face à la police religieuse. Jamais pour l’instant le droit de dire « Je choisis mon islam », « J’ai mon propre rapport à l’islam » n’a été reconnu par « l’islam officiel » des dignitaires. Ceux-là au contraire s’acharnent à imposer que « La doctrine de l’islam est unique » et que « L’obéissance aux piliers de l’islam est la seule voie droite » (sirâtou-l-moustaqîm).

Ce refus du droit à la liberté vis-à-vis de la religion est l’une de ces racines du mal dont tu souffres, ô mon cher monde musulman, l’un de ces ventres obscurs où grandissent les monstres que tu fais bondir depuis quelques années au visage effrayé du monde entier. Car cette religion de fer impose à tes sociétés tout entières une violence insoutenable. Elle enferme toujours trop de tes filles et tous tes fils dans la cage d’un Bien et d’un Mal, d’un licite (halâl) et d’un illicite (harâm) que personne ne choisit mais que tout le monde subit. Elle emprisonne les volontés, elle conditionne les esprits, elle empêche ou entrave tout choix de vie personnel. Dans trop de tes contrées tu associes encore la religion et la violence – contre les femmes, les « mauvais croyants », les minorités chrétiennes ou autres, les penseurs et les esprits libres, les rebelles – de sorte que cette religion et cette violence finissent par se confondre, chez les plus déséquilibrés et les plus fragiles de tes fils, dans la monstruosité du jihad ! »

Mis sur site dans le fichier 23 POL antisémitisme baraka

36. André (2 fév) : La longue intervention de Gérard Prioul comporte un autre passage destiné à bien marquer la contradiction en raison de laquelle la Libre Pensée en tant qu’association libre et indépendante ne s’est pas laissée prendre au piège de l’union nationale. La petite phrase, en caractères gras, méritait mieux qu’un oubli. Je la cite : « Même l’assassin israélien Nettanyhou et le turque liberticide Erdogan étaient là, flanqués du chef de l’OTAN et de tous les cadors de l’union européenne, bref le club de ceux qui provoquent, conduisent ou soutiennent aujourd’hui comme hier les guerres américaines en Irak et partout dans le monde, avec la part de sang qu’ils ont désormais sur les mains ».

Roger (2 fév) : Je n’avais rien oublié. Simplement c’était à toi de relever cette phrase.

37. Claire-Marie (5 fév) : Voilà -ci-dessous et fort bien traduit- l’esprit que j’aimerais tant vouloir entendre sourdre des propos de nos ministres et Président actuels. Le service civique c’est très bien, mais bon…

Pour ce qui est de la formation des enseignants, c’est du vent que l’on nous propose si on n’intègre pas une éducation à l’altruisme, au respect de l’autre et de sa différence, quelle qu’elle soit, dans la formation initiale et continue, et dans les classes. L’enseignement du fait religieux ne résoudra rien sans ce fondement humaniste.

 » il importe de connaître et d’essayer de comprendre les motivations de ceux qui manifestent contre ce qu’ils considèrent comme un blasphème tout en étant instrumentalisés par des extrémismes. (…). II s’agit de mettre en situation les représentations, les frustrations, les sentiments d’injustice et le refoulé notamment des jeunes des banlieues ou des rues africaines tout en comprenant les manipulations par des religieux et politiques. (…). Sous quelles conditions les devises républicaines, nées de la Révolution et de la philosophie des Lumières prennent-elles un sens universel aujourd’hui dans un monde où s’universalisent l’information et les images mais où se renforcent des fractures identitaires ? « 

Dans la formation initiale, les Écoles Supérieures du Professorat et de l’Education (ESPE) sont la parfaite illustration de ce que peut-être une formation faite au mépris des gens, de leurs contraintes et de leurs aspirations, de leurs valeurs et de leurs engagements. Il ne s’agit pas tant des contenus enseignés que des modalités adoptées, et surtout, surtout de l’évaluation et de la validation du travail de formation.

Dans la formation continue, tous les stages de communication (PNL, analyse transactionnelle, gestion de conflits, communication non-violente, connaissance de soi) ont été supprimés ou presque. Le nombre de places y est de toute manière très restreint et les chefs d’établissement peu réceptifs à ces demandes. Il n’existe quasiment pas de formations d’équipes, jugées peu efficaces et performantes (« c’est du temps perdu sur l’enseignement »). Combien d’enseignants feront remonter ce besoin aux Rectorats afin que soient mises en place les formations nécessaires ?

Dans les classes, il ne devrait pas s’agir de rabâcher des principes de tolérance-liberté-laïcité, le tout composté sans discernement en un méli-mélo autour de la liberté de penser et du « vivre-ensemble » (encore un slogan creux), mais plutôt de faire et vivre l’expérience de la démocratie, de l’égalité, de la fraternité et de la liberté. Ce qui implique d’autres pédagogies, d’autres modèles d’autorité que ceux en place, d’autres dispositions des lieux (comment peut-on écouter qui que ce soit en lui tournant le dos dans une classe en « autobus »?…), de vrais lieux de parole et de décision (et non le simulacre de démocratie que représentent les CA notamment, ou des cours dialogués où le professeur détient 80 % du temps de parole, les 10 % restant à disposition de 30 à 35 élèves censés ingurgiter un discours qui les concerne plus ou moins -sans réfléchir le plus souvent…)

Bref, nous avons du travail devant nous… Comment faire pour avancer vraiment ?

Roger (5 fév) : Solution ? Echanger entre nous, encore et toujours… par petits textes de deux-cents mots soigneusement rédigés (deux heures d’écriture) portant sur des expériences concrètes et limitées.  J’ai l’impression de me répéter…Je peux retenir cet échange pour Retorica ? avec mise sur site immédiate ?  Marie-Claire (5 fév) : oui si tu veux. Mon idée était la diffusion… pour infusion…

38. Serge (9 fév) : le site de libé

http://www.liberation.fr/societe/2015/02/06/a-lille-le-lycee-averroes-attaque-un-prof-de-philo-en-diffamation_1197345

le site du lycée

http://www.lycee-averroes.com/

Amar Lasfar, président de Averroès: «Le terrorisme n’est pas notre religion» Le moment était attendu. Devant près de 2000 musulmans, le recteur de la mosquée de Lille-Sud s’est fendu d’un prêche limpide. «Nous soutenons Charlie Hebdo dans cette épreuve dramatique…».

avec des vidéos intéressantes

39. Stéphane (9 fév): Dans son livre  intitulé, Terrorism and Islam: The Historical Roots and  Contemporary Threat (Esclavage, terrorisme et Islam: racines  historiques et menace contemporaine), le Docteur Peter Hammond  émet quelques observations relatives à l’Islam qu’il considère  comme une menace :

>      « L’islamisation commence  lorsque, dans un pays, les Musulmans sont assez nombreux pour  revendiquer des privilèges religieux. Quand des sociétés  politiquement correctes, tolérantes et multiculturelles plient  devant les exigences des musulmans en leur accordant des  privilèges religieux, certains autres phénomènes tendent à  s’introduire dans la brèche », écrit-il, avant  d’expliquer comment cela fonctionne :

>

>   Tant que la population  musulmane ne dépasse  pas 2% dans un pays donné, ils  sont, pour la plupart, considérés comme une minorité pacifique et non comme une menace pour les autres  citoyens. C’est le cas dans les Etats suivants :

>     Etats-Unis : 0,6% de musulmans

>     Australie : 1,5%

>     Canada : 1,9%

>     Chine : 1,8%

>     Italie : 1,5%

>     Norvège : 1,8%

>

>    De 2 à  5%, ils  commencent à exercer un prosélytisme envers les autres  minorités ethniques et les mécontents, recrutant souvent essentiellement parmi les détenus et les bandes urbaines. C’est ce  qui se passe dans les pays suivants :

>     Danemark : 2%

>     Allemagne : 3,7%

>     Royaume Uni : 2,7%

>     Espagne : 4%

>     Thaïlande : 4,6%

>

>   Au-delà de  5%, ils exercent une influence démesurée, en  fonction du pourcentage de la population qu’ils représentent. Par  exemple, ils exigeront l’introduction de nourriture halal (pure  suivant critères islamiques), procurant ainsi des emplois aux  musulmans dans les métiers de l’alimentation. Ils aggraveront la  pression sur la grande distribution pour qu’elle fasse figurer des  produits halal dans ses rayons – assortie de menaces en cas de  refus d’obtempérer. Liste des pays où cela se produit :

>     Suisse : 4,3%

>     Philippines : 5%

>     Suède : 5%

>     Pays Bas : 5,5%

>     Trinidad et Tobago : 5,8%

>     France : 8%

>     A ce  stade, ils feront pression sur le gouvernement en place pour être  autorisés à s’autogérer (dans les limites de leurs ghettos), en  appliquant la limite de la Charia ou loi islamique.

>

>   L’objectif final des  Islamistes est d’instaurer la Charia dans le monde  entier.

>   Lorsque la proportion  de Musulmans approche ou dépasse  10% de la population, ils  tentent à protester  contre leurs conditions de vie par une recrudescence  des actes de  délinquance. A Paris, on voit déjà des incendies de  voitures.

>   Tout comportement non  musulman offense l’Islam et provoque soulèvements et menaces,  comme à Amsterdam, en représailles contre les caricatures de  Mahomet et les films sur l’Islam.

>   De telles tensions sont  constatées quotidiennement, particulièrement dans les quartiers  musulmans en :

>     Guyana : 10%

>     Inde :  13,4%

>     Israël : 16%

>     Kenya : 10%

>     Russie : 15%

>

>   Passé ce seuil de  20%, les  nations peuvent s’attendre à des émeutes sous le moindre  prétexte, la formation de milices djihadistes, des assassinats sporadiques  et des incendies d’églises chrétiennes et de synagogues, comme en  Ethiopie, où les musulmans représentent 32,8% de la  population.

>

>    A  40%, les  nations subissent des massacres à grande  échelle, des attaques terroristes chroniques, et une  guérilla permanente, comme en :

>     Bosnie :  40%

>     Tchad : 53,1%

>     Liban :  59,7%

>

>   A partir de  60%, ils font subir une persécution effrénée des  infidèles de toutes les autres religions (y compris  des musulmans non pratiquants), une purification ethnique  sporadique (génocide), la Charia comme arme de guerre et la Jizya  ou impôt sur les infidèles. C’est le cas dans les pays suivants  :

>     Albanie : 70%

>     Malaisie : 60,4%

>     Qatar : 77,5%

>     Soudan : 70%

>

>   Au-delà de  80%, attendez-vous quotidiennement à  des menaces et une djihad violente, des  opérations de nettoyage ethnique organisées  par l’Etat, même des génocides, puisque ces nations  expulsent les infidèles et tendent vers 100% de  musulmans. C’est ce qu’on a connu, et qui se poursuit dans  une certaine mesure dans ces pays :

>     Bangladesh  : 83%

>     Egypte : 90%

>     Gaza : 98,7%

>     Indonésie : 86,1%

>     Iran : 98%

>     Irak :  97%

>     Jordanie : 92%

>     Maroc : 98,7%

>     Pakistan : 97%

>     Palestine : 99%

>     Syrie : 90%

>     Tadjikistan : 90%

>     Turquie :  99,8%

>     Emirats Arabes Unis : 96%

>

>   Avec  100% commence une ère de paix : «  Dar-es-Salaam », la Maison Islamique de la Paix. Alors, on est  censé être en paix parce que tout le monde est  musulman, les  madrasas sont les seules écoles et le Coran la seule parole  divine :

>     Afghanistan : 100%

>     Arabie Saoudite : 100%

>     Somalie : 100%

>     Yémen : 100%

>

>   Malheureusement, la  paix n’est jamais effective car, dans ces Etats à 100%, les  musulmans les plus radicaux intimident, vomissent la haine et  assouvissent leur soif de sang en tuant les moins radicaux pour  toutes sortes de raisons.

>

>   De nos jours,  1,5 milliard de musulmans forment 22% de la population mondiale.  Mais leur taux de natalité écrase ceux des, des Indous, des  Bouddhistes, des juifs et autres  confessions.

>

>   Les musulmans  constitueront 50% de la population mondiale d’ici quelques  années.

Sources:

http://www.israel-flash.com/2013/06/esclavage-terrorisme-et-islam-les-racines-historiques-et-menace-contemporaine/

http://docteurangelique.forumactif.com/t14644-les-etapes-de-l-islamisation-d-un-pays

 En pièce jointe, j’ai ajouté le rapport Schwartz de (Juillet 2013), un historique développé par dates, de David A. Noebel et Peter Hammond.

Sorry !! C’est un fichier PDF en anglais.

http://www.schwarzreport.org/uploads/schwarz-report-pdf/schwarz-report-2013-07.pdf

40. Serge (9 fév) : Oui c’est bien le sens de cette étude chiffrée avec des %. Il y a des pays qui vont bien pour la démo et des pays qui ne vont pas !  C’est sérieux ?

..

Le % de modérés dans chaque religion fait appel a bien d’autres paramètres (historique, culturel, géographique, …) et montre bien que le % brut de musulmans par pays ne veut vraiment rien dire dans cette démonstration chiffrée. Les % bruts, sans toutes les degrés du soft au pur religieux de ses religions par pays n’est pas prise en compte.

..

On ne doit pas parler des chrétiens dans le sujet, mais c’est pourtant la meilleure manière de situer le propos par comparaison en France, un pays à majorité chrétienne.

Car, dans ce cas, serait-il possible de se servir du % de chrétiens par pays ? Et pour quelles démonstrations au bout du compte ?

Que penser des différences entre chrétiens Boers d’Afrique du Sud et chrétiens d’Irak ? http://www.diploweb.com/forum/dumont05124.htm

..

Rien qu’en regardant la diversité religieuse partout dans le monde, il est très dangereux de généraliser, de simplifier et de réduire une analyse. C’est cette erreur qui entame la marche vers l’amalgame.

Le % de musulman ne veut strictement rien dire et n’apportera rien à aucunes démonstrations pas plus pour les uns que pour les autres.

..

Il faut aussi savoir écarter l’entité religieuse parfois, parce qu’elle ne détermine pas tout ! Elle n’est pas et de loin la première cause des problèmes religieux dans le monde.

..

Par contre, le % d’idiots dans chaque religion est certainement aussi bien partagé que chez les athées.

Serge (9 fév) Diriez-vous que cela pose des problèmes aux français qui partent en vacances au Sénégal (94% de musulmans) ?

Roger (9 fév) : – Là où l’islam modéré l’emporte, comme au Sénégal, la situation est calme d’autant que le tourisme étant une ressource essentielle, le gouvernement tient les salafistes à distance. Ce qui montre que leur avancée n’est pas une fatalité. C’est un point qu’il faudrait réexaminer.

Roger (11 fév) : Vous avez parlé du Sénégal. J’ai tenté de donner une explication pour le Sénégal, rien de plus. Mais j’ai relu la statistique donnée par Stéphane. Elle ne parle que de l’islam et de son avancée en %  pays par pays. Là non plus rien de plus mais rien de moins.

Serge (11 fév) : C’est faux, beaucoup de pays n’y figurent pas, et si l’on choisit ce qu’on veut au départ pour dire ce qu’on veut avec, on ne prouve rien.

Roger (11 fév) : Heureusement que la terre entière n’est pas encore en voie d’islamisation !  Ce que souhaitent d’ailleurs les salafistes.  Il ne s’agit pas de prouver mais de constater ce qui est. « Je suis Charlie » n’a pas été partagé par tous les Français. C’est un fait que je n’ai pas choisi au départ pour soutenir une thèse !

41. Débat Jean-Luc Mélenchon – Alexandre del Valle  (France 5 28 jan)  L’échange très éclairant dure 16 mn. On le trouve sur www.youtube.com/watch?v=t6DjSCw6I9Y . Voici ce qu’en dit Europe-Israël : « Comme à chacun de ses passages dans des médias, Alexandre Del Valle ne mâche pas ses mots: répondant à une question de Giesbert sur «l’angélisme des politiques de droite et de gauche » en accusant les dirigeants français successifs d’être les responsables de l’islamisation radicale de nos cités de « non-droit » livrées en pâture depuis des décennies aux islamistes (frères musulmans, salafiistes ou tablighis).  L’auteur du « Complexe Occidental » et du « Chaos Syrien » rappelle, d’ailleurs à juste titre, à un M. Mélenchon devenu plus discret que le Front de Gauche, notamment Le Graouzec, avait refusé de voter la loi anti-Burqa proposée par l’UMP… Alexandre Del Valle rappelle aussi que les « 5 familles de jihadistes français » de Lunel partis récemment en Syrie rejoindre les coupeurs de tête de Da’ech ne sont pas le résultat de la « pauvreté », du « racisme » ou de « l’islam persécuté des caves », mais ont été fanatisés de la façon la plus officielle et « légale » du monde par la mosquée flambant neuve de Lunel.. Tenue par les fanatiques indo-pakistanais du mouvement indo-pakistanais Tabligh, par qui sont passés depuis les années 1980 moult futurs terroristes. Cette mosquée et l’islam moyenâgeux qu’elle distille aux jeunes désoeuvrés est en soi même un véritable scandale…

Del valle rappelle aussi «qu’aucun ministre de l’intérieur depuis Charles Pasqua n’a jamais fait interdire les ouvrages du maître spirituel de Tariq Ramadan, Youssouf al-Qardaoui, prédicateur des Frères musulmans mondialement célèbre pour ses fatwas pro-kamikazes anti-homos ou anti-mécréants ». Del Valle rappelle que l’ouvrage best-seller de Qardaoui « Le licite et l’illicite », à usage des musulmans d’Europe, est en vente libre alors qu’il incite explicitement à tuer les femmes adultères, les « blasphémateurs » et les « apostats »… Hélas, le fait est véritable… Valls devrait commencer par faire du ménage dans cet « islam officiel » intégré au CFCM avant de traquer des jihadistes qui ne font en fait que poursuivre la logique totalitaire des Qardaoui ou autres Djazaïri. (…) Alexandre del Valle déplore ainsi que « l’islam des Lumières », jadis incarné par les mutazilites ou des gens comme Abdel Razeq ou Mohamed Hussein (déclarés apostats ou assassinés entre temps…) n’est enseigné ni dans les pays musulmans ni en Europe, où l’islam officiel (même « respectable ») demeure dominé par des fondamentalistes sunnites qui n’ont jamais accepté la réforme de l’islam (bloquée depuis le 10ème siècle !) et qui justifient dans nos mosquées d’Europe les inégalités charismatiques (homme/femme; maître/esclave; musulmans/non-musulmans), puis hélas la violence du Jihad et la haine anti-juive et anti-chrétienne/anti-païenne contenue dans le Coran (versets médinois) et dans la Charia officielle…

Connu depuis des années pour ses thèses consacrées au terrorisme islamiste, Alexandre del Valle a également répondu aux questions de Mazarine Pingeot concernant la notion de « Totalitarisme islamiste » qu’il a forgée en 2001. Il répond que cette notion est bien plus adaptée que celle « d’intégrisme », laquelle met trop souvent sur un même pied d’égalité « tous des intégristes » traditionnalistes non violents (catholiques, protestants, juifs, bouddhistes, hamiches, etc) et des barbares totalitaires adeptes de la Charià qui poursuivent un projet théocratique de conquête-soumlission totale du genre humain par la violence et le prosélytisme. Pour Alexandre del Valle, les islamistes sont bien plus comparables aux totalitaires nazis et communistes qu’à des croyants « intégristes ».

Del Valle conclut son propos, approuvé par Mélenchon, en dénonçant la stratégie stupide des puissances occidentales au Moyen Orient qui consiste à renverser les derniers régimes arabes séculiers anti-islamistes tout en courtisant les pires monarchies islamistes du Golfe (Qatar, Arabie saoudite). Ceci est selon lui la cause des chaos syrien et libyen, eux-mêmes fruits du chaos irakien voulu par les obligés occidentaux de Riyad, de Koweït-City et de Doha… » (Pierre Renversez  Europe Israël)

Lire d’Alexandre Del Valle « Le complexe occidental. Petit traité de déculpabilisation ».

42. Une révision déchirante. La guerre d’Algérie : « C’est, en réalité, par la voix du cheik El Bachir el Ibrahimi, président de l’association des oulémas d’Algérie, que le 1er novembre 1954, au Caire, les islamistes ont déclaré, via la France, la guerre au monde occidental en ces termes : « Le combat est engagé sur le territoire algérien, contre la France, pour le triomphe de l’arabisme et de l’islam ». En clair, c’est le combat de l’arabisme universel et de l’islam qui fut engagé contre la France, l’Occident et la chrétienté, ce jour là, dans une totale incompréhension des analystes politiques et que l’Etat islamique (EI) ne fait que poursuivre aujourd’hui…

« Les Français qui n’ont pas voulu de l’Algérie française auront un jour la France algérienne » a écrit dans son livre, « d’une Résistance à l’autre », Georges Bidault, l’ancien chef du Conseil National de la Résistance. Il reprenait là, en quelque sorte, cette déclaration du redoutable chef du FLN qu’était Larbi ben M’Hidi, déclaration lancée à la face des parachutistes français venus l’arrêter en 1957 lors de la « bataille d’Alger » : « Vous voulez la France de Dunkerque à Tamanrasset ? Je vous prédis, moi, que vous aurez l’Algérie de Tamanrasset à Dunkerque ». » (José CASTANO pour Europe Israël)

43. Abdennour Bidar « Pour une réforme de l’islam » Télérama 21 janvier 2015

« (…) Le rire, nous a appris Bergson, est une catégorie de l’esprit critique ! Il en va non seulement de la liberté humaine, mais de la puissance d’affirmation de l’être humain face à ce qui le tétanise, le sacré et la mort.Si nous choisissons une transcendance qui nous écrase et ne nous laisse d’autre attitude possible que la prosternation et la soumission, et là, on arrête de rire. Ce qui est en jeu, c’est bien le choix qu’on fait de notre humanité. SI l’on considère, après Pascal, que l’homme n’est pas seulement « faible et misérable », mais qu’il y a aussi en lui quelque chose de l’infini, on n’a pas à se laisser impressionner par ce qui nous dépasse. Le sacré est à notre démesure; Donc « Charlie », qui les contestait, avait une fonction métaphysique. »

44. Philippe (3 fév) : Notre ami, le Docteur Valentin Oscar Groucho Duchmoll, est encore bien triste d’avoir perdu tant d’amis humoristes (même ceux qui ne le connaissaient pas mais dont il admirait le travail et où il y reconnaissait des sympathies profondes).

Le Docteur VOG Duchmoll est triste aussi de la mort de tant d’autres lointains cousins innocents, frères humains qui avec nous viviez. Chaque jour encore, sa tristesse ne guérit pas, tant les abominations et les massacres barbares se succèdent vite.

A quoi bon passer tant de temps à essayer d’oeuvrer modestement pour les autres et pour un peu plus de joie d’être ensemble ? Il faut trois secondes pour fracturer une jambe. Il faut un an pour la réparer. Il faut des siècles pour construire villes et venelles, mais seulement quelques heures de séisme pour les engloutir.

Alors, faites l’humour pas la guerre. Ou faites davantage l’amour et moins l’humour, si vous non plus, vous n’avez pas très envie de rire pour le moment.

En attendant, qu’allons-nous lire ? Entre quelques nouvelles lignes allons-nous pouvoir nous retrouver ?

* des blagues de Toto ?

* des histoires juives ?

  • * d’autres couvertures chocs de Charlie et d’Hara-Kiri, comme celles déjà publiées, comme très rarement, ici ?
  • * des histoires de Nahandin Bakshadan ?
  • * des histoires de Babayaga, la sorcière ?

Racontons quelques histoires de conteurs de partout et de tous les temps, choisies dans un délicieux, sage et profond recueil de Jean-Claude Carrière, pour nous réchauffer un peu le coeur de cet humanisme qui cherche à percer depuis si longtemps, si longtemps, à travers les larmes du monde.

Arrachons mot à mot le désir de nous aimer, différents et singuliers, au silence des armes, muettes et froides.

Arrachons mot à mot le désir au silence.

Qu’amour te relève du pire.

Philippe Dohy

Partir, se délester, apprendre une autre langue.

& > sommes toujours très tristes

http://www.docteurduchmoll.com/index.php?tag/actualité

Roger et Aii

Retorica

(7.780 mots, 47.900 caractères)

14 INF Charlie Continuum 7/7 (§ 23  à 44)

23 Nous avions six continuums, six comme les six jours de la création du monde. Le 7° est donc le jour du repos, de la réflexion. Ce continuum 7 clôt pour un temps notre réflexion mais elle peut se poursuivre sous l’objet « 14 INF Charlie » qui est  au carrefour de trois sections : 23 POL, 26 REL et surtout 28 RHE. L’information  c’est d’abord de la rhétorique.

Roger

24 Piero avait rédigé ce nouveau texte à ma demande, comme résumé de sa réflexion.  (18 jan).

Je reprends la plume pour rappeler qu’il ne faut pas confondre l’islam en tant qu’idéologie tirée directement du Coran et les musulmans. Cet amalgame est préjudiciable pour tout le monde (c’est portant le plus répandu avec l’assimilation musulman = arabe qui est encore moins vrai puisque la majorité des musulmans sont maintenant indonésiens). J’insiste : il serait absurde de prétendre que l’Oumma (la mythique Communauté des croyants) soit un ensemble parfaitement homogène, en faisant fi de la dispersion géographique, des nombreuses dissensions et différents courants ethnico-religieux. Tous les musulmans ne se ressemblent pas. Les adorateurs d’Allah du Nigeria n’ont pas la même culture ni les mêmes aspirations que les musulmans Bengalis, Allemands, Chinois ou Indonésiens. Un musulman richissime ne saurait être le même qu’un bédouin du désert ou un banlieusard de la Grande-Borne. Et comme le rappelle Roger il y a divers courants même si le sunnisme représente plus de 90 % des musulmans (les autres courants sont considérés comme hérétiques, en-dehors de l’islam véritable). Reste que chaque courant, sunnisme compris, est aussi divisé en plusieurs écoles, elles-mêmes divisées en diverses branches, elles-mêmes avec diverses interprétations suivant les périodes, les lieux, les individus. Ce qui est unique, c’est Dieu, le Coran, le Prophète, et non les croyants. Il est donc indispensable de ne pas confondre la pièce, le texte d’un côté, et, de l’autre, le spectacle vivant (et en général les acteurs-croyants connaissent assez peu la pièce et jouent uniquement ce qui les arrange). Pour moi, l’islam sunnite reste la référence.

1. « On ne peut pas dire […] que les musulmans trouvent normal de tuer les autres » ? Qui a voulu dire cela ? Pas moi en tout cas. Et c’est quelque peu insultant si on me prête ce genre de propos. Ça doit être un malentendu… Passons. Quant à la possibilité de tuer, elle existe bien évidemment dans le Coran mais sous certaines conditions que je n’ai pas ici le temps de vous expliciter.

2. On parle de réformer l’islam, mais d’une part l’islam n’est pas structuré en Église, d’autre part qui peut prétendre changer le Coran (qui est la parole d’Allah lui-même ! Chaque verset est un « miracle » !) ? Ce n’est pas l’islam qui changera mais les musulmans. Malek Chebel, dans son Dictionnaire amoureux de l’islam (Ed. Plon, 2004), lui aussi plein de bonnes intentions, écrit  : « l’islam attend son MLF ! ». Amalgame qui souligne une incapacité à raisonner véritablement sans référence religieuse. L’islam est un dogme basé sur le Coran incorruptible, ce n’est donc pas la religion qui « attend son MLF », mais la société civile. Les hommes et les femmes d’Algérie, d’Arabie Saoudite ou d’Iran attendent leur MLF, mais l’islam n’attend rien. L’islam est. Les Hommes changeront, du moins on peut l’espérer, mais le Coran non. Cela dit c’est vrai, seuls les musulmans pourront faire évoluer leur pratique « de l’intérieur ». Bonne chance.

3. « De nombreux spécialistes et penseurs musulmans, notamment égyptiens, sont d’avis de rendre caduc « le Coran de Médine », qui viole les droits de l’homme, et de ne retenir que « le Coran de la Mecque » ». En effet, certains, mais en réalité peu nombreux en pourcentage font cette distinction (elle n’existe que chez les modérés qui veulent absolument éviter de se plier au texte et espèrent que le texte se pliera à eux, quelle arrogance !). Evidemment, avec 1,3 milliards de musulmans dans le monde, il en existe pour défendre tout et n’importe quoi, quel que soit le sujet. D’autre part, si cette différence existe dans le réel (les révélations se sont étalées sur une vingtaine d’années donc pas toujours au même endroit ni dans les mêmes conditions ni avec les mêmes objectifs), rien n’indique dans le Coran une quelconque distinction (bien au contraire le Coran est à l’image de Dieu et son unité absolue est rabâchée jusqu’à l’écœurement). Bref, de quel droit diviser, de quel droit écarter tels ou tels versets ? Qui peut prétendre « corriger » Dieu ? (670 mots 3700 caractères, 15 mn)

25. Pierre  (19 jan) : Sur le plateau du Grand journal de Canal +, la jeune actrice du film « la famille Bélier » déclarait avoir eu « mal à la France » lors des attentats à Charlie hebdo; phrase belle et vraie, ressentie par énormément de gens sans doute ,et largement libérée par l’unanimité historique du rassemblement.. ;

pensée pourtant ressentie à nouveau depuis quelques jours par des millions de Français,et des dizaines de millions d’étrangers face aux accès de violence dans le monde à l’égard de la publication du nouveau numéro de l’hebdomadaire sauvé de ses cendres par le soutien populaire;et la joie de se retrouver, toutes catégories confondues, derrière le drapeau national, accompagné de beaucoup d’autres, a été lourdement ternie par le spectacle de ce même drapeau conspué et brûlé devant des foules en colère de plusieurs pays d’Afrique et du Moyen-Orient,même si souvent la spontanéité des manifestations peut être soumise à caution…on a l’impression qu’en quelques heures le capital d’autorité et de sympathie dont le pays bénéficiait pour son action étrangère récente autant que pour la symbolique de ses valeurs, a été durablement ébranlé et remis en cause..!

et cela parce que, sous l’effet d’une émotion et d’une fierté compréhensible, la nouvelle équipe de cette petite publication s’est laissée emporter, de manière sympathique mais peu responsable,par la tentation de renouer avec la provocation par là où elle en avait fait le plus mal, à commencer par sa propre sécurité, confondant ainsi (ou feignant de confondre ) l’affirmation ferme de la liberté de dire (et de vivre),et un chèque en blanc à ses propos, ce qui n’a jamais été le cas ni des pouvoirs publics ni de la majorité de la population envers un journal anarchisant de 50 000 lecteurs, fait que ne doit pas faire oublier son achat ponctuel à des millions d’exemplaires, dicté probablement par autant de snobisme et de jeu que de soutien

mais il vient un moment ou un élan spontané, et d’une qualité unique, doit se prolonger de manière concrète dans une réalité non réductible à de seuls principes pas toujours compris comme tels par la masse de ceux qui n’en ont ni l’éducation ni les conditions de vie concrète, ici et ailleurs…

il serait grave et désolant que faute de prendre la mesure de cet enjeu à long terme,notre pays et sa société se privent d’un rôle qui lui reviendrait de façon privilégiée, celui d’un médiateur ferme et patient entre des valeurs incontournables et les attentes, incompréhensions ou angoisses de peuples entiers qui seraient disposés à nous entendre si nous ne nous complaisons pas outre mesure dans le sectarisme à rebours de la laïcité

26 André (15 jan) : Je te joins un texte de J-M-G Le Clezio que j’ai trouvé aujourd’hui dans Le Monde des Livres et  que j’aime bien en même temps qu’il apporte un point de vue incitateur et serein au débat. Au cas où tu ne l’aurais pas encore lu. Peut-être pourras-tu l’insérer à ton « Continuum  » que je suis avec grand intérêt. Roger : Bien. Merci. Je le garde sous forme de lien :

http://www.lemonde.fr/livres/article/2015/01/14/lettre-a-ma-fille-au-lendemain-du-11-janvier-2015-par-jmg-le-clezio_4556225_3260.html

27. Pour protester contre la présence de Netanyaou en tête du défilé  pour la défense de la liberté d’expression, Christiane m’envoie (11 janv) un extrait tronqué d’un article Wikipédia qui attribue aux seuls Israéliens la responsabilité de 500 enfants morts à Gaza pendant la guerre de  l’été 2014. Mais l’article complet (« Guerre de Gaza de 2014 ») évoque la responsabilité du Hamas et de sa politique des boucliers humains dans cette tragédie.  Il y a bien sûr les boucliers humains et la volonté du Hamas d’avoir le maximum de pertes humaines pour les brandir aux yeux du monde. Opération de communication efficace s’il en est. Les secours arrivent à Gaza mais une très faible partie est consacrée à la reconstruction. Le reste va à l’achat de missiles, à la construction de nouveaux tunnels et à la corruption. Il y a aussi quelques beaux quartiers semble-t-il. Mais on ne les montre pas.  Voici ce que je pense en 200 mots :

L’hommage du vice à la vertu

1. Sur la cinquantaine de chefs d’Etat présents à la grande manifestation du dimanche 11 janvier 2015 on en comptait presque la moitié de despotes opposés à la liberté de la presse. En somme c’était l’hommage du vice à la vertu.

2. Netanyahou et Abbas étaient là. Netanyahou a le soutien de 80 % des Israéliens, lesquels ont une bonne expérience du terrorisme et des moyens d’y faire face. En ce sens il était à sa place dans la manifestation. 

3. Abbas aussi. Outre les exactions et la corruption dont il faudra bien parler un jour, le chef de l’Autorité palestinienne est pris au piège. En anglais il dit vouloir négocier et en arabe il dit vouloir jeter les Israéliens à la mer. Mais négocier ce serait connaître le sort de Sadate.

4. Golda Meïr disait autrefois : « Je peux vous pardonner d’avoir tué mes enfants mais je ne vous pardonnerai jamais de m’avoir forcé à tuer les vôtres. » On ne peut pas dire que le Hamas avec ses boucliers humains de toute nature épargne ses enfants.

5. Seule une collaboration franche et loyale comparable à celle du monde gallo-romain permettra aux Israéliens et aux Palestiniens de sortir de l’impasse. Vœu pieux.

Roger   (210 mots, 1170 caractères, 2 heures)

Colette (17 jan) :  « GAZA (Reuters) – Le mouvement islamiste palestinien Hamas et le Hezbollah libanais ont condamné l’attaque par deux djihadistes du siège de l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo qui avait publié des caricatures du prophète. Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, « condamne les agressions contre le magazine Charlie Hebdo et insiste que le différend d’opinion et de pensée ne saurait justifier le meurtre », écrit le mouvement dans un communiqué publié samedi en français et en arabe. (…) Vendredi, le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah, le cheikh Hassan Nasrallah, a également condamné les attentats de Paris, affirmant qu’ils faisaient plus de mal à l’islam que des caricatures ou des livres contre le prophète Mahomet. (…)» Roger (18 jan) : OK.

28. Jany signale (16 jan) :  Olivier Roy « La communauté musulmane n’existe pas ». Roger (16 jan) : L’article est réservé aux abonnés de Médiapart. Mais il est accessible librement sur le site : http://www.millebabords.org/spip.php?article27307 Il y a des communautés musulmanes. Certains musulmans s’en sortent bien ou très bien, sans faire de bruit. On peut penser que beaucoup d’autres le feront, à condition que l’égalité des droits devienne effectif en France.

29. Pape François. Liberté d’expression « Si M. Gasbarri (responsable des voyages pontificaux, assis à côté du Pape pendant l’interview), qui est un grand ami, dit un gros mot sur ma mère, il doit s’attendre à recevoir un coup de poing ! C’est normal… On ne peut pas provoquer, on ne peut pas insulter la foi des autres, on ne peut pas se moquer de la foi ! ». Et le Pape de rajouter : « J’ai pris exemple de la limite pour dire qu’en matière de liberté d’expression, il y a des limites, d’où l’exemple choisi de ma mère». Beau sujet de discussion en deux-cents-mots : « La liberté d’expression a-t-elle des limites ? »

30. Serge  (12 jan) propose cette citation : « Toute religion, quelle qu’elle soit ou fut, sécrète ses propres égarements. Bien sûr qu’il ne faut pas limiter la religion à ses seuls dévoiements mais la religion c’est aussi cela. L’islamisme et les djihadistes font bien partie de l’Islam à l’instar des intégristes de l’Opus Dei, de Saint-Nicolas du Chardonnet ou autres Civitas, factions activistes du catholicisme actuel. Certes, aujourd’hui, Jésus déchaîne moins de violence que Mahomet mais la roue tourne continuellement.  Imaginez la civilisation musulmane, au sommet de son rayonnement, entre les Xe et XVIe siècles, et son regard porté sur notre civilisation chrétienne et les exactions de notre église catholique (croisades, inquisition, conquistadors, massacres protestants,…). Les chrétiens que nous étions alors étaient perçus comme de furieux et sanguinaires prosélytes. Nous portons dans nos gènes le souvenir de nos propres barbaries. Les leçons que nous donnons et le regard que nous portons sur l’Islam se nourrissent, certes, aux sources de notre propre maturation historique mais doivent être humblement relativisés. Quatre cents ans d’évolution, depuis la Saint-Barthélemy, n’ont pas suffi à gommer totalement nos travers et nous possédons toujours quelques îlots d’extrémistes enragés. »  extrait de http://sismiose.blogspot.fr

Roger (14 jan) :  N’imaginons rien. Lisons Amin Maalouf « Les croisades vues par les Arabes » (1983, puis éd J’ai lu)  :Consulter  http://sismiose.blogspot.fr pour découvrir ce que le professeur Choron pense de l’amalgame.

31. André de Laval (19 jan)  «(…)  Roger, profondément ému par l’acte barbare qui vient d’être commis, pense qu’il serait utile d’échanger nos appréciations. Le discours confié à un ami militant comme nous de la libre pensée et auquel Claudine et moi avons collaboré ainsi que d’autres amis libres penseurs, par nos échanges d’idées, traduit bien notre dégoût, notre colère et nos inquiétudes. Gérard aura été notre très bon interprète. (…) »  Roger (24 jan) : Il ne s’agit pas d’échanger des « appréciations » mais des informations. (…) voici un lien qui peut aider à réfléchir :

http://www.la-croix.com/Articles-du-Forum/L-islam-radical-et-le-regne-de-la-quantite-2015-01-22-1271282

Ne pas mettre tous les croyants dans le même sac métonymique. « L’homme ne vit pas seulement de pain… » (Matthieu 4,4).

Voir aussi pour un éloge intelligent de l’incroyance :  http://tenoua.org/hommage-elsa-cayat/

De la longue intervention de Gérard Prioul pour la Libre Pensée 53 (Laval 24 jan) je retiens ceci :

« (…) La réaction populaire de millions de citoyens dans les rues de France le 11 janvier, avait cela de noble et remarquable, qu’au-delà de sa spontanéité et de l’émotion qu’elle exprimait en partage, elle incarnait l’attachement du peuple à la démocratie et aux libertés, principalement la liberté d’expression sans laquelle il n’est pas de démocratie. Sitôt connu le premier carnage, caméras et micros, y compris ceux des services publics, ont fait tourner le manège médiatique des pleureuses de tous bords et des chefs religieux, principalement ceux du culte musulman. Quant à la LIBRE PENSEE et tous les courants les plus laïcs du pays, ils ont été systématiquement et scandaleusement réduits à la portion congrue des accès aux antennes et à la presse. (…)  »

32.   Serge (30 jan) : Charlie m’a inspiré des extractions spéciales:

1- J’ai bien aimé « On est tous des frères! » rappelé dans le discours de John Kerry et ce qu’il a dit; Je n’ai gardé que l’audio, (la video est laide) en tout cas, je remarque que son hommage à Lassana Bathily est construit avec des remarques simples que personne ne sait reprendre à son compte en France chez nos dirigeants, alors même qu’ils ont besoin de symboles et d’exemples clairs!

https://drive.google.com/file/d/0B5GaUtAw_cHxbGlGQWJuVEFvZ0E/view?usp=sharing

2 – Contre-Courant Badiou-Wahnich:

Après les attentats, après la réaction des manifestants du 11 janvier, quel regard portent-ils sur ces événements ?

Sophie Wahnich est historienne de la révolution, chercheuse au CNRS, membre de la revue Vacarme. Elle apporte un excellent éclairage sur les trous de nos livres d’histoires..

https://drive.google.com/file/d/0B5GaUtAw_cHxOWlVTjhjei16TTA/view?usp=sharing

3 – La République l’Islam et la Laïcité:

Jocelyne Dakhlia, historienne et anthropologue, directrice d’études à l’EHESS, spécialiste de l’histoire du monde musulman et de la Méditerranée. Régis Debray, écrivain, philosophe, Edgar Morin, sociologue et philosophe et Benjamin Stora, historien, spécialiste de l’histoire du Maghreb contemporain, dirige le Musée de l’histoire de l’immigration.

– part 1: 15 jours après les attentats, premières leçons:

https://drive.google.com/file/d/0B5GaUtAw_cHxVXNlY1ItX3Awb1k/view?usp=sharing

– part 2: Rééduquer les éducateurs:

https://drive.google.com/file/d/0B5GaUtAw_cHxZDE4SHJoSzhRbDQ/view?usp=sharing

– part 3:Modernité et archaïsmes:

https://drive.google.com/file/d/0B5GaUtAw_cHxRkpIVDBreEdLMW8/view?usp=sharing

33.  Emmanuel (16 jan) : Philippe Watrelot, sur Facebook, a mis un lien sur le blog « Sacré Charlemagne » (j’ignore de qui il s’agit), mais son texte est très émouvant. Je crois que tu peux le garder . Roger (30 jan) : Oui.  Il s’agit de « La question qui fait pleurer ». Voici le lien :

http://www.sacrecharlemagne.com/la-question-qui-fait-pleurer

On comparera avec le lien suivant dont le contenu est proprement scandaleux :

http://www.les-crises.fr/ahmed-8-ans-convoque-pour-apologie-du-terrorisme/

34. Marie-Françoise (16 jan) : Merci à Piero pour son article très documenté sur les musulmans le coran et l’islam mais je persiste à penser que l’on ne peut dire à une enfant de six ans élevée (sans son consentement d’ailleurs) dans la religion musulmane d’un père algérien musulman convaincu et d’une mère athée qui s’est convertie, que les musulmans trouvent normal de tuer les autres.

Cette enfant a déjà de la difficulté à accepter sa double appartenance est-ce le moment de la troubler un peu plus ?

 Ne faut il pas attendre qu’elle ait un peu plus grandi et soit capable d’analyser tout cela par elle même pour discuter de tout cela avec elle.

Elle n’est pas un cas isolé tous les enfants de son âge élevés dans cette croyance doivent percevoir cela aussi pour peu qu’on leur laisse la liberté de penser… Ce dont je ne suis pas certaine.

Comment appréhender le vivre ensemble dans ce contexte terrible ? Par le rire ? Je ne m’en sens pas vraiment capable !

Marie-Françoise transmet (23 jan) « Après les attentats : le triomphe du parti de l’ordre » d’Olivier Le Cour Grandmaison.

URL source: http://blogs.mediapart.fr/blog/olivier-le-cour-grandmaison/240115/apres-les-attentats-le-triomphe-du-parti-de-l-ordre

Roger (24 jan) : Cet article est peu satisfaisant. Et je ne sais pas quel bout le prendre. Quelques remarques éparses.

1. Il y a évidemment du désordre. Il y a quelques années déjà Mireille Delmas-Marty expliquait que la notion de « terroriste » n’était pas une notion juridique car le « terroriste »   de l’un est le « résistant »  ou le «  martyr »  de l’autre. Comment remédier au désordre en restant dans le droit ? Ou quels contre-pouvoirs, quels contrôles instaurer ? où  ? et quand ? L’auteur de l’article ne se pose même pas la question. Heureusement que d’autres le font… (je pense aux experts israéliens) mais avec de la casse pour les libertés publiques et individuelles, casse qu’il faut limiter.

2. Gilles Kepel a eu raison de parler d’un « 11 septembre culturel » . Peu de morts comparés au 11 septembre 2001 et surtout aux massacres de Boko Haram mais une charge culturelle et mondiale énorme. Il y a évidemment un choc de civilisations. Les djihadistes le disent : «   Il faut venger Poitiers 732 » même et surtout  si c’est une date mythique. Ce qui m’étonne ce n’est pas l’avancée musulmane qui combinait quatre éléments : tuer les plus décidés, mettre en esclavage les femmes et les enfants, convertir les mous, réserver le statut payant de dhimmis aux juifs et aux chrétiens. Ce qui m’étonne c’est qu’on ait pu les arrêter et les faire reculer (Grenade 1492) les bloquer à Vienne (1685)  mais avec la perte irréparable de Constantinople (1453) et la naissance d’un empire Ottoman puis d’une Turquie moderne au comportement ambigu.  Ce qu’on a fait alors il faut le refaire et pour le refaire il faut le connaître et le faire connaître. Je parle comme un Identitaire bien que je ne sois pas un Identitaire !

3. Le 11 septembre 2001 a coûté finalement moins cher que l’évaluation proposée mais Daesch dispose de ressources infiniment plus importantes que Ben Laden. Inversement parler de « citoyens français fanatisés » c’est un peu court pour évoquer des gens bien armés, surentraînés et décidés à mourir pour des raisons qui relèvent de la métaphysique et d’une spiritualité dévoyées certes mais auxquelles il faut rendre hommage si on veut comprendre et lutter efficacement contre elles.

4. On ne saura jamais combien la défense américaine, pout discutable qu’elle soit, a épargné de  vies humaines. L’attentat de Boston n’a pu être évité et il faut peut-être recourir à cette phrase de Pascal : « Je ne crois que les témoins qui se font égorger » … ajoutons « après avoir égorgé leurs ennemis » . Un accès d’enthousiasme métaphysique, une nécessité intérieure suicidaire peut expliquer cet élan. Enthousiasme = être possédé par un dieu. Les Israéliens estiment que le mur a évité 90 % des attentats, pas les 10 % restants…

5.  L’auteur a raison d’évoquer un élan « politico-médiatique » inquiétant. Déjà la grande manif a vu coïncider les chiffres de la police et ceux des organisateurs. L’élan populaire était indéniable mais il y a eu aussi une manipulation souhaitée par le pouvoir et les médias. Et cela va continuer… Ceci dit dans mes réflexions je ne me demande plus si « je suis Charlie » ou pas. Il y a un phénomène général politico-médiatique que je nomme simplement « Charlie » (14 INF Charlie)

6. La « rétention de sûreté » pose problème. Prenons un détenu qui fait ses cinq ans de prison sans remise de peine et avec un accompagnement sérieux de « re-conversion » comment être sûr qu’il n’a pas simulé pendant ces années ? comment établir une mise à l’épreuve efficace ? sinon par une «  rétention de sûreté » avec un accompagnement social sérieux qui signifie que toute la population est partie prenante dans cette reconquête des esprits…

Marie-Françoise (25 jan) : Merci pour ton analyse. Cet article pose en effet bien des questions mais c’est en cela qu’il me semble intéressant et son analyse ne me paraît pas si mauvaise : une hâte a prendre des mesures de répressions plutôt que de rechercher un moyen de diminuer les causes de ce radicalisme croissant dans les quartiers populaires et d’en donner les moyens à ceux qui agissent depuis toujours dans ces quartiers.

Dénoncer les mesurettes prises pour faire croire que le fait de chanter la marseillaise ou des cours de morale éradiqueront les problèmes de fond ne me semble pas si mal.Il brosse un tableau bien noir de tous ceux qui veulent tout dramatiser tout en les critiquant.  Il oublie de faire de réelles propositions cela je te l’accorde mais c’est un bavard comme beaucoup non ?

35. Colette (31 jan) :  Oui Piero a raison mais seulement en partie car il n’y a pas que le Coran qui régit la vie des musulmans, il y a aussi la SUNNA, la vie du prophète, les Hadiths, actes et paroles de Mahomet et de ses compagnons  et l’interprétation laissée aux docteurs de la loi…tout cela étant aussi important que le Coran. Parler du coran seul reviendrait, pour le christianisme, à ne parler que des évangiles…et idem dans la religion juive si on ne parlait que de la Bible.

ce qui explique les grandes différences entre pays musulmans.

Roger (3 fév) : Oui. D’où la nécessité de faire preuve de curiosité les uns vis-à-vis des autres.  J’ai relevé ceci :

« Isaac et Ismaël : Se reparler ? » C’est la question que pose la revue

Tenou’a  (« mouvement » en hébreu), revue trimestrielle (n° 158, hiver 2014-2015)  de sensibilité juive libérale, à partir d’un passage de Genèse 25 : 9 « Abraham fut enterré par Isaac et Ismaël, ses fils. » Cet épisode se trouve à la fois dans la Bible et le Coran, d’où des échanges intéressants fondés sur une curiosité réciproque. La revue accueille la désormais célèbre « Lettre ouverte à mon cher monde musulman », de Abdemour Bidar philosophe de culture soufie :  « Il y a en Terre d’islam, et partout dans les communautés musulmanes du monde, des consciences fortes et libres. Mais elles restent condamnées à vivre leur liberté sans reconnaissance d’un véritable droit, à leurs risques et périls face au contrôle communautaire ou même parfois face à la police religieuse. Jamais pour l’instant le droit de dire « Je choisis mon islam », « J’ai mon propre rapport à l’islam » n’a été reconnu par « l’islam officiel » des dignitaires. Ceux-là au contraire s’acharnent à imposer que « La doctrine de l’islam est unique » et que « L’obéissance aux piliers de l’islam est la seule voie droite » (sirâtou-l-moustaqîm).

Ce refus du droit à la liberté vis-à-vis de la religion est l’une de ces racines du mal dont tu souffres, ô mon cher monde musulman, l’un de ces ventres obscurs où grandissent les monstres que tu fais bondir depuis quelques années au visage effrayé du monde entier. Car cette religion de fer impose à tes sociétés tout entières une violence insoutenable. Elle enferme toujours trop de tes filles et tous tes fils dans la cage d’un Bien et d’un Mal, d’un licite (halâl) et d’un illicite (harâm) que personne ne choisit mais que tout le monde subit. Elle emprisonne les volontés, elle conditionne les esprits, elle empêche ou entrave tout choix de vie personnel. Dans trop de tes contrées tu associes encore la religion et la violence – contre les femmes, les « mauvais croyants », les minorités chrétiennes ou autres, les penseurs et les esprits libres, les rebelles – de sorte que cette religion et cette violence finissent par se confondre, chez les plus déséquilibrés et les plus fragiles de tes fils, dans la monstruosité du jihad ! »

Mis sur site dans le fichier 23 POL antisémitisme baraka

36. André (2 fév) : La longue intervention de Gérard Prioul comporte un autre passage destiné à bien marquer la contradiction en raison de laquelle la Libre Pensée en tant qu’association libre et indépendante ne s’est pas laissée prendre au piège de l’union nationale. La petite phrase, en caractères gras, méritait mieux qu’un oubli. Je la cite : « Même l’assassin israélien Nettanyhou et le turque liberticide Erdogan étaient là, flanqués du chef de l’OTAN et de tous les cadors de l’union européenne, bref le club de ceux qui provoquent, conduisent ou soutiennent aujourd’hui comme hier les guerres américaines en Irak et partout dans le monde, avec la part de sang qu’ils ont désormais sur les mains ».

Roger (2 fév) : Je n’avais rien oublié. Simplement c’était à toi de relever cette phrase.

37. Claire-Marie (5 fév) : Voilà -ci-dessous et fort bien traduit- l’esprit que j’aimerais tant vouloir entendre sourdre des propos de nos ministres et Président actuels. Le service civique c’est très bien, mais bon…

Pour ce qui est de la formation des enseignants, c’est du vent que l’on nous propose si on n’intègre pas une éducation à l’altruisme, au respect de l’autre et de sa différence, quelle qu’elle soit, dans la formation initiale et continue, et dans les classes. L’enseignement du fait religieux ne résoudra rien sans ce fondement humaniste.

 » il importe de connaître et d’essayer de comprendre les motivations de ceux qui manifestent contre ce qu’ils considèrent comme un blasphème tout en étant instrumentalisés par des extrémismes. (…). II s’agit de mettre en situation les représentations, les frustrations, les sentiments d’injustice et le refoulé notamment des jeunes des banlieues ou des rues africaines tout en comprenant les manipulations par des religieux et politiques. (…). Sous quelles conditions les devises républicaines, nées de la Révolution et de la philosophie des Lumières prennent-elles un sens universel aujourd’hui dans un monde où s’universalisent l’information et les images mais où se renforcent des fractures identitaires ? « 

Dans la formation initiale, les Écoles Supérieures du Professorat et de l’Education (ESPE) sont la parfaite illustration de ce que peut-être une formation faite au mépris des gens, de leurs contraintes et de leurs aspirations, de leurs valeurs et de leurs engagements. Il ne s’agit pas tant des contenus enseignés que des modalités adoptées, et surtout, surtout de l’évaluation et de la validation du travail de formation.

Dans la formation continue, tous les stages de communication (PNL, analyse transactionnelle, gestion de conflits, communication non-violente, connaissance de soi) ont été supprimés ou presque. Le nombre de places y est de toute manière très restreint et les chefs d’établissement peu réceptifs à ces demandes. Il n’existe quasiment pas de formations d’équipes, jugées peu efficaces et performantes (« c’est du temps perdu sur l’enseignement »). Combien d’enseignants feront remonter ce besoin aux Rectorats afin que soient mises en place les formations nécessaires ?

Dans les classes, il ne devrait pas s’agir de rabâcher des principes de tolérance-liberté-laïcité, le tout composté sans discernement en un méli-mélo autour de la liberté de penser et du « vivre-ensemble » (encore un slogan creux), mais plutôt de faire et vivre l’expérience de la démocratie, de l’égalité, de la fraternité et de la liberté. Ce qui implique d’autres pédagogies, d’autres modèles d’autorité que ceux en place, d’autres dispositions des lieux (comment peut-on écouter qui que ce soit en lui tournant le dos dans une classe en « autobus »?…), de vrais lieux de parole et de décision (et non le simulacre de démocratie que représentent les CA notamment, ou des cours dialogués où le professeur détient 80 % du temps de parole, les 10 % restant à disposition de 30 à 35 élèves censés ingurgiter un discours qui les concerne plus ou moins -sans réfléchir le plus souvent…)

Bref, nous avons du travail devant nous… Comment faire pour avancer vraiment ?

Roger (5 fév) : Solution ? Echanger entre nous, encore et toujours… par petits textes de deux-cents mots soigneusement rédigés (deux heures d’écriture) portant sur des expériences concrètes et limitées.  J’ai l’impression de me répéter…Je peux retenir cet échange pour Retorica ? avec mise sur site immédiate ?  Marie-Claire (5 fév) : oui si tu veux. Mon idée était la diffusion… pour infusion…

38. Serge (9 fév) : le site de libé

http://www.liberation.fr/societe/2015/02/06/a-lille-le-lycee-averroes-attaque-un-prof-de-philo-en-diffamation_1197345

le site du lycée

http://www.lycee-averroes.com/

Amar Lasfar, président de Averroès: «Le terrorisme n’est pas notre religion» Le moment était attendu. Devant près de 2000 musulmans, le recteur de la mosquée de Lille-Sud s’est fendu d’un prêche limpide. «Nous soutenons Charlie Hebdo dans cette épreuve dramatique…».

avec des vidéos intéressantes

39. Stéphane (9 fév): Dans son livre  intitulé, Terrorism and Islam: The Historical Roots and  Contemporary Threat (Esclavage, terrorisme et Islam: racines  historiques et menace contemporaine), le Docteur Peter Hammond  émet quelques observations relatives à l’Islam qu’il considère  comme une menace :

>      « L’islamisation commence  lorsque, dans un pays, les Musulmans sont assez nombreux pour  revendiquer des privilèges religieux. Quand des sociétés  politiquement correctes, tolérantes et multiculturelles plient  devant les exigences des musulmans en leur accordant des  privilèges religieux, certains autres phénomènes tendent à  s’introduire dans la brèche », écrit-il, avant  d’expliquer comment cela fonctionne :

>

>   Tant que la population  musulmane ne dépasse  pas 2% dans un pays donné, ils  sont, pour la plupart, considérés comme une minorité pacifique et non comme une menace pour les autres  citoyens. C’est le cas dans les Etats suivants :

>     Etats-Unis : 0,6% de musulmans

>     Australie : 1,5%

>     Canada : 1,9%

>     Chine : 1,8%

>     Italie : 1,5%

>     Norvège : 1,8%

>

>    De 2 à  5%, ils  commencent à exercer un prosélytisme envers les autres  minorités ethniques et les mécontents, recrutant souvent essentiellement parmi les détenus et les bandes urbaines. C’est ce  qui se passe dans les pays suivants :

>     Danemark : 2%

>     Allemagne : 3,7%

>     Royaume Uni : 2,7%

>     Espagne : 4%

>     Thaïlande : 4,6%

>

>   Au-delà de  5%, ils exercent une influence démesurée, en  fonction du pourcentage de la population qu’ils représentent. Par  exemple, ils exigeront l’introduction de nourriture halal (pure  suivant critères islamiques), procurant ainsi des emplois aux  musulmans dans les métiers de l’alimentation. Ils aggraveront la  pression sur la grande distribution pour qu’elle fasse figurer des  produits halal dans ses rayons – assortie de menaces en cas de  refus d’obtempérer. Liste des pays où cela se produit :

>     Suisse : 4,3%

>     Philippines : 5%

>     Suède : 5%

>     Pays Bas : 5,5%

>     Trinidad et Tobago : 5,8%

>     France : 8%

>     A ce  stade, ils feront pression sur le gouvernement en place pour être  autorisés à s’autogérer (dans les limites de leurs ghettos), en  appliquant la limite de la Charia ou loi islamique.

>

>   L’objectif final des  Islamistes est d’instaurer la Charia dans le monde  entier.

>   Lorsque la proportion  de Musulmans approche ou dépasse  10% de la population, ils  tentent à protester  contre leurs conditions de vie par une recrudescence  des actes de  délinquance. A Paris, on voit déjà des incendies de  voitures.

>   Tout comportement non  musulman offense l’Islam et provoque soulèvements et menaces,  comme à Amsterdam, en représailles contre les caricatures de  Mahomet et les films sur l’Islam.

>   De telles tensions sont  constatées quotidiennement, particulièrement dans les quartiers  musulmans en :

>     Guyana : 10%

>     Inde :  13,4%

>     Israël : 16%

>     Kenya : 10%

>     Russie : 15%

>

>   Passé ce seuil de  20%, les  nations peuvent s’attendre à des émeutes sous le moindre  prétexte, la formation de milices djihadistes, des assassinats sporadiques  et des incendies d’églises chrétiennes et de synagogues, comme en  Ethiopie, où les musulmans représentent 32,8% de la  population.

>

>    A  40%, les  nations subissent des massacres à grande  échelle, des attaques terroristes chroniques, et une  guérilla permanente, comme en :

>     Bosnie :  40%

>     Tchad : 53,1%

>     Liban :  59,7%

>

>   A partir de  60%, ils font subir une persécution effrénée des  infidèles de toutes les autres religions (y compris  des musulmans non pratiquants), une purification ethnique  sporadique (génocide), la Charia comme arme de guerre et la Jizya  ou impôt sur les infidèles. C’est le cas dans les pays suivants  :

>     Albanie : 70%

>     Malaisie : 60,4%

>     Qatar : 77,5%

>     Soudan : 70%

>

>   Au-delà de  80%, attendez-vous quotidiennement à  des menaces et une djihad violente, des  opérations de nettoyage ethnique organisées  par l’Etat, même des génocides, puisque ces nations  expulsent les infidèles et tendent vers 100% de  musulmans. C’est ce qu’on a connu, et qui se poursuit dans  une certaine mesure dans ces pays :

>     Bangladesh  : 83%

>     Egypte : 90%

>     Gaza : 98,7%

>     Indonésie : 86,1%

>     Iran : 98%

>     Irak :  97%

>     Jordanie : 92%

>     Maroc : 98,7%

>     Pakistan : 97%

>     Palestine : 99%

>     Syrie : 90%

>     Tadjikistan : 90%

>     Turquie :  99,8%

>     Emirats Arabes Unis : 96%

>

>   Avec  100% commence une ère de paix : «  Dar-es-Salaam », la Maison Islamique de la Paix. Alors, on est  censé être en paix parce que tout le monde est  musulman, les  madrasas sont les seules écoles et le Coran la seule parole  divine :

>     Afghanistan : 100%

>     Arabie Saoudite : 100%

>     Somalie : 100%

>     Yémen : 100%

>

>   Malheureusement, la  paix n’est jamais effective car, dans ces Etats à 100%, les  musulmans les plus radicaux intimident, vomissent la haine et  assouvissent leur soif de sang en tuant les moins radicaux pour  toutes sortes de raisons.

>

>   De nos jours,  1,5 milliard de musulmans forment 22% de la population mondiale.  Mais leur taux de natalité écrase ceux des, des Indous, des  Bouddhistes, des juifs et autres  confessions.

>

>   Les musulmans  constitueront 50% de la population mondiale d’ici quelques  années.

Sources:

http://www.israel-flash.com/2013/06/esclavage-terrorisme-et-islam-les-racines-historiques-et-menace-contemporaine/

http://docteurangelique.forumactif.com/t14644-les-etapes-de-l-islamisation-d-un-pays

 En pièce jointe, j’ai ajouté le rapport Schwartz de (Juillet 2013), un historique développé par dates, de David A. Noebel et Peter Hammond.

Sorry !! C’est un fichier PDF en anglais.

http://www.schwarzreport.org/uploads/schwarz-report-pdf/schwarz-report-2013-07.pdf

40. Serge (9 fév) : Oui c’est bien le sens de cette étude chiffrée avec des %. Il y a des pays qui vont bien pour la démo et des pays qui ne vont pas !  C’est sérieux ?

..

Le % de modérés dans chaque religion fait appel a bien d’autres paramètres (historique, culturel, géographique, …) et montre bien que le % brut de musulmans par pays ne veut vraiment rien dire dans cette démonstration chiffrée. Les % bruts, sans toutes les degrés du soft au pur religieux de ses religions par pays n’est pas prise en compte.

..

On ne doit pas parler des chrétiens dans le sujet, mais c’est pourtant la meilleure manière de situer le propos par comparaison en France, un pays à majorité chrétienne.

Car, dans ce cas, serait-il possible de se servir du % de chrétiens par pays ? Et pour quelles démonstrations au bout du compte ?

Que penser des différences entre chrétiens Boers d’Afrique du Sud et chrétiens d’Irak ? http://www.diploweb.com/forum/dumont05124.htm

..

Rien qu’en regardant la diversité religieuse partout dans le monde, il est très dangereux de généraliser, de simplifier et de réduire une analyse. C’est cette erreur qui entame la marche vers l’amalgame.

Le % de musulman ne veut strictement rien dire et n’apportera rien à aucunes démonstrations pas plus pour les uns que pour les autres.

..

Il faut aussi savoir écarter l’entité religieuse parfois, parce qu’elle ne détermine pas tout ! Elle n’est pas et de loin la première cause des problèmes religieux dans le monde.

..

Par contre, le % d’idiots dans chaque religion est certainement aussi bien partagé que chez les athées.

Serge (9 fév) Diriez-vous que cela pose des problèmes aux français qui partent en vacances au Sénégal (94% de musulmans) ?

Roger (9 fév) : – Là où l’islam modéré l’emporte, comme au Sénégal, la situation est calme d’autant que le tourisme étant une ressource essentielle, le gouvernement tient les salafistes à distance. Ce qui montre que leur avancée n’est pas une fatalité. C’est un point qu’il faudrait réexaminer.

Roger (11 fév) : Vous avez parlé du Sénégal. J’ai tenté de donner une explication pour le Sénégal, rien de plus. Mais j’ai relu la statistique donnée par Stéphane. Elle ne parle que de l’islam et de son avancée en %  pays par pays. Là non plus rien de plus mais rien de moins.

Serge (11 fév) : C’est faux, beaucoup de pays n’y figurent pas, et si l’on choisit ce qu’on veut au départ pour dire ce qu’on veut avec, on ne prouve rien.

Roger (11 fév) : Heureusement que la terre entière n’est pas encore en voie d’islamisation !  Ce que souhaitent d’ailleurs les salafistes.  Il ne s’agit pas de prouver mais de constater ce qui est. « Je suis Charlie » n’a pas été partagé par tous les Français. C’est un fait que je n’ai pas choisi au départ pour soutenir une thèse !

41. Débat Jean-Luc Mélenchon – Alexandre del Valle  (France 5 28 jan)  L’échange très éclairant dure 16 mn. On le trouve sur www.youtube.com/watch?v=t6DjSCw6I9Y . Voici ce qu’en dit Europe-Israël : « Comme à chacun de ses passages dans des médias, Alexandre Del Valle ne mâche pas ses mots: répondant à une question de Giesbert sur «l’angélisme des politiques de droite et de gauche » en accusant les dirigeants français successifs d’être les responsables de l’islamisation radicale de nos cités de « non-droit » livrées en pâture depuis des décennies aux islamistes (frères musulmans, salafiistes ou tablighis).  L’auteur du « Complexe Occidental » et du « Chaos Syrien » rappelle, d’ailleurs à juste titre, à un M. Mélenchon devenu plus discret que le Front de Gauche, notamment Le Graouzec, avait refusé de voter la loi anti-Burqa proposée par l’UMP… Alexandre Del Valle rappelle aussi que les « 5 familles de jihadistes français » de Lunel partis récemment en Syrie rejoindre les coupeurs de tête de Da’ech ne sont pas le résultat de la « pauvreté », du « racisme » ou de « l’islam persécuté des caves », mais ont été fanatisés de la façon la plus officielle et « légale » du monde par la mosquée flambant neuve de Lunel.. Tenue par les fanatiques indo-pakistanais du mouvement indo-pakistanais Tabligh, par qui sont passés depuis les années 1980 moult futurs terroristes. Cette mosquée et l’islam moyenâgeux qu’elle distille aux jeunes désoeuvrés est en soi même un véritable scandale…

Del valle rappelle aussi «qu’aucun ministre de l’intérieur depuis Charles Pasqua n’a jamais fait interdire les ouvrages du maître spirituel de Tariq Ramadan, Youssouf al-Qardaoui, prédicateur des Frères musulmans mondialement célèbre pour ses fatwas pro-kamikazes anti-homos ou anti-mécréants ». Del Valle rappelle que l’ouvrage best-seller de Qardaoui « Le licite et l’illicite », à usage des musulmans d’Europe, est en vente libre alors qu’il incite explicitement à tuer les femmes adultères, les « blasphémateurs » et les « apostats »… Hélas, le fait est véritable… Valls devrait commencer par faire du ménage dans cet « islam officiel » intégré au CFCM avant de traquer des jihadistes qui ne font en fait que poursuivre la logique totalitaire des Qardaoui ou autres Djazaïri. (…) Alexandre del Valle déplore ainsi que « l’islam des Lumières », jadis incarné par les mutazilites ou des gens comme Abdel Razeq ou Mohamed Hussein (déclarés apostats ou assassinés entre temps…) n’est enseigné ni dans les pays musulmans ni en Europe, où l’islam officiel (même « respectable ») demeure dominé par des fondamentalistes sunnites qui n’ont jamais accepté la réforme de l’islam (bloquée depuis le 10ème siècle !) et qui justifient dans nos mosquées d’Europe les inégalités charismatiques (homme/femme; maître/esclave; musulmans/non-musulmans), puis hélas la violence du Jihad et la haine anti-juive et anti-chrétienne/anti-païenne contenue dans le Coran (versets médinois) et dans la Charia officielle…

Connu depuis des années pour ses thèses consacrées au terrorisme islamiste, Alexandre del Valle a également répondu aux questions de Mazarine Pingeot concernant la notion de « Totalitarisme islamiste » qu’il a forgée en 2001. Il répond que cette notion est bien plus adaptée que celle « d’intégrisme », laquelle met trop souvent sur un même pied d’égalité « tous des intégristes » traditionnalistes non violents (catholiques, protestants, juifs, bouddhistes, hamiches, etc) et des barbares totalitaires adeptes de la Charià qui poursuivent un projet théocratique de conquête-soumlission totale du genre humain par la violence et le prosélytisme. Pour Alexandre del Valle, les islamistes sont bien plus comparables aux totalitaires nazis et communistes qu’à des croyants « intégristes ».

Del Valle conclut son propos, approuvé par Mélenchon, en dénonçant la stratégie stupide des puissances occidentales au Moyen Orient qui consiste à renverser les derniers régimes arabes séculiers anti-islamistes tout en courtisant les pires monarchies islamistes du Golfe (Qatar, Arabie saoudite). Ceci est selon lui la cause des chaos syrien et libyen, eux-mêmes fruits du chaos irakien voulu par les obligés occidentaux de Riyad, de Koweït-City et de Doha… » (Pierre Renversez  Europe Israël)

Lire d’Alexandre Del Valle « Le complexe occidental. Petit traité de déculpabilisation ».

42. Une révision déchirante. La guerre d’Algérie : « C’est, en réalité, par la voix du cheik El Bachir el Ibrahimi, président de l’association des oulémas d’Algérie, que le 1er novembre 1954, au Caire, les islamistes ont déclaré, via la France, la guerre au monde occidental en ces termes : « Le combat est engagé sur le territoire algérien, contre la France, pour le triomphe de l’arabisme et de l’islam ». En clair, c’est le combat de l’arabisme universel et de l’islam qui fut engagé contre la France, l’Occident et la chrétienté, ce jour là, dans une totale incompréhension des analystes politiques et que l’Etat islamique (EI) ne fait que poursuivre aujourd’hui…

« Les Français qui n’ont pas voulu de l’Algérie française auront un jour la France algérienne » a écrit dans son livre, « d’une Résistance à l’autre », Georges Bidault, l’ancien chef du Conseil National de la Résistance. Il reprenait là, en quelque sorte, cette déclaration du redoutable chef du FLN qu’était Larbi ben M’Hidi, déclaration lancée à la face des parachutistes français venus l’arrêter en 1957 lors de la « bataille d’Alger » : « Vous voulez la France de Dunkerque à Tamanrasset ? Je vous prédis, moi, que vous aurez l’Algérie de Tamanrasset à Dunkerque ». » (José CASTANO pour Europe Israël)

43. Abdennour Bidar « Pour une réforme de l’islam » Télérama 21 janvier 2015

« (…) Le rire, nous a appris Bergson, est une catégorie de l’esprit critique ! Il en va non seulement de la liberté humaine, mais de la puissance d’affirmation de l’être humain face à ce qui le tétanise, le sacré et la mort.Si nous choisissons une transcendance qui nous écrase et ne nous laisse d’autre attitude possible que la prosternation et la soumission, et là, on arrête de rire. Ce qui est en jeu, c’est bien le choix qu’on fait de notre humanité. SI l’on considère, après Pascal, que l’homme n’est pas seulement « faible et misérable », mais qu’il y a aussi en lui quelque chose de l’infini, on n’a pas à se laisser impressionner par ce qui nous dépasse. Le sacré est à notre démesure; Donc « Charlie », qui les contestait, avait une fonction métaphysique. »

44. Philippe (3 fév) : Notre ami, le Docteur Valentin Oscar Groucho Duchmoll, est encore bien triste d’avoir perdu tant d’amis humoristes (même ceux qui ne le connaissaient pas mais dont il admirait le travail et où il y reconnaissait des sympathies profondes).

Le Docteur VOG Duchmoll est triste aussi de la mort de tant d’autres lointains cousins innocents, frères humains qui avec nous viviez. Chaque jour encore, sa tristesse ne guérit pas, tant les abominations et les massacres barbares se succèdent vite.

A quoi bon passer tant de temps à essayer d’oeuvrer modestement pour les autres et pour un peu plus de joie d’être ensemble ? Il faut trois secondes pour fracturer une jambe. Il faut un an pour la réparer. Il faut des siècles pour construire villes et venelles, mais seulement quelques heures de séisme pour les engloutir.

Alors, faites l’humour pas la guerre. Ou faites davantage l’amour et moins l’humour, si vous non plus, vous n’avez pas très envie de rire pour le moment.

En attendant, qu’allons-nous lire ? Entre quelques nouvelles lignes allons-nous pouvoir nous retrouver ?

* des blagues de Toto ?

* des histoires juives ?

  • * d’autres couvertures chocs de Charlie et d’Hara-Kiri, comme celles déjà publiées, comme très rarement, ici ?
  • * des histoires de Nahandin Bakshadan ?
  • * des histoires de Babayaga, la sorcière ?

Racontons quelques histoires de conteurs de partout et de tous les temps, choisies dans un délicieux, sage et profond recueil de Jean-Claude Carrière, pour nous réchauffer un peu le coeur de cet humanisme qui cherche à percer depuis si longtemps, si longtemps, à travers les larmes du monde.

Arrachons mot à mot le désir de nous aimer, différents et singuliers, au silence des armes, muettes et froides.

Arrachons mot à mot le désir au silence.

Qu’amour te relève du pire.

Philippe Dohy

Partir, se délester, apprendre une autre langue.

& > sommes toujours très tristes

http://www.docteurduchmoll.com/index.php?tag/actualité

Roger et Aii

Retorica

(7.780 mots, 47.900 caractères)

Laisser un commentaire ?