17 LIT Malraux La Condition humaine résumé 2011

MALRAUX (1901-1976) LA CONDITION HUMAINE (1933) résumé

LA CHINE EN 1927

La dynastie mandchoue s’écroule en 1912 sous l’action du Kuomintang (« parti nationaliste du peuple ») fondé par Sun-Yat-Sen. Mais il ne peut triompher des « seigneurs de la guerre », les généraux qui dominent, gèrent et pillent les provinces tandis que les Occidentaux exploitent le reste de la Chine à partir de leurs concessions de Shangaï, Canton et Hong-Kong.

Sun-Yat-Sen meurt en 1925 et le Kuomintang est conduit par son gendre, Chang-Kaï-Shek. Le Parti Communiste Chinois, fondé en 1921, appartient au Kuomintang pour des raisons purement tactiques car il veut le noyauter pour le contrôler et faire la révolution. De son côté Chang-Kaï-Shek le supporte mais il veut, une fois la révolution faite, éliminer les communistes et s’allier avec les Occidentaux. (Pour une approche de l’ambiance, lire Hergé « Le Lotus Bleu »).

En mars 1927 Shangaï est aux mains des « gouvernementaux », les troupes du général Chang-Tsung-Chang, le « seigneur » local. En février une insurrection communiste a été écrasée sans que Chang-Kaï-Shek intervienne. Cette fois, réorganisée par Chou-En-Laï, l’insurrection maîtrise la ville le 23 mars. Mais la municipalité est aux mains du Kuomintang qui, par ailleurs, se trouve aux portes de la ville.

Or l’URSS (qui fête le 10° anniversaire de la révolution d’Octobre) a écarté la thèse de la « révolution permanente » à exporter dans tous les pays, thèse soutenue par Trotsky, au profit de la thèse soutenue par Staline, la « construction du socialisme dans un seul pays », l’URSS. Donc l’Internationale ne soutient pas le P.C chinois et lui demande de poursuivre l’alliance avec Chang-Kaï-Shek. Et celui-ci fait massacrer les dirigeants communistes avec l’appui de la bourgeoisie chinoise et des Occidentaux. C’est cette phase tragique de l’histoire du P.C chinois que raconte le roman de Malraux. Le personnage de Kyo emprunte un certain nombre de traits à Chou-En-Laï.

Les débris du P.C chinois se réfugient dans les montagnes du Sud, réexamine l’ensemble de la situation et entreprend à partir de 1934, sous la direction de Mao-Tsé-Tung et de Chou-En-Laï, la fameuse Longue Marche vers le Nord. Il s’appuie sur les paysans pauvres puis redescend victorieusement vers le Sud et triomphe en 1949. Chang-Kaï-Shek se refugie alors à Formose (Taïwan) tandis que Mao-Tsé-Tung règne sans partage sur la Chine.

 

RESUME DU ROMAN (PRIX GONCOURT 1933)

  1. 21 MARS 1927. Tchen est resté bouleversé par son premier meurtre qui donne aux communistes de Shangaï une lettre qui leur permettra d’obtenir des armes. Il rejoint Kyo et Katow, ancien militant de la révolution de 1917 chez Hemmelrich le disquaire. Ils préparent l’attaque prochaine mais ne comprennent pas les états d’âme de Tchen. Kyo retrouve sa femme, May, docteur dans un hôpital clandestin et lui pardonne difficilement une brève passade avec un collègue. Tchen essaie en vain d’oublier son meurtre près de Gisors, son professeur qui est aussi le père de Kyo. Mais Gisors calme ses propres angoisses par l’opium.
  2. 22 MARS. Ferral, homme d’affaires audacieux et amateur de femmes, a convaincu les banquiers européens et chinois d’aider financièrement Chang-Kaï-Shek pour écraser les communistes. L’insurrection éclate. Tchen se bat en désespéré.

23 MARS. Les communistes ont gagné mais le gouvernement municipal, dominé par le Kuomintang leur demande de remettre leurs armes.

III.29 MARS Kyo part à Han-Kéou consulter Vologuine, le représentant de Moscou. Celui-ci lui confirme qu’il faut vraiment remettre les armes. Kyo est désespéré et Tchen décide de tuer Chang-Kaï-Shek.

  1. 11 AVRIL Tchen échoue une première fois : la voiture de Chang-Kaï-Shek roulait trop vite. Il décide que la prochaine fois il se jettera sur elle avec sa bombe pour être certain de réussir. Pendant ce temps Chang-Kaï-Shek ordonne d’arrêter les chefs communistes et de les exécuter. Kyo s’est réconcilié avec May. Katow n’arrive pas à joindre Tchen pour le prévenir que Chang-Kaï-Shek possède plusieurs voitures semblables. Et c’est inutilement que Tchen saute avec sa bombe.
  2. Clappique, le farfelu courtier en armes et trafics en tous genres, se laisse prendre une fois de plus par la passion du jeu et ne prévient pas Kyo. La répression s’abat. Kyo est arrêté. Hemmelrich absent, sa femme chinoise et son enfant sont massacrés à la grenade dans le magasin de disques. Hemmelrich n’a plus de raison de vivre et pourtant il vivra.
  3. 12 AVRIL En prison Kyo protège un fou inhumainement battu. Clappique échappe miraculeusement à la répression en montant sur un paquebot, déguisé en marin. Les militants communistes arrêtés sont brûlés vifs dans la chaudière d’une locomotive. Kyo absorbe son cyanure tandis que Katow donne le sien à deux jeunes révolutionnaires que cette mort terrorise. Le corps de Kyo est rendu à son père. Gisors, cette fois, renonce à l’opium et affronte sa souffrance.

VII.JUILLET Paris : Ferral a perdu car les banquiers ne croient pas à une victoire durable de Chang-Kaï-Shek et lui refusent tout crédit. Kobé, Japon : May exhorte en vain Gisors à rejoindre Moscou avec elle pour continuer la lutte et venger Kyo. Gisors se réfugie dans l’art.

 

Laisser un commentaire ?