20 NAT agro-écologie OGM 2013-11

C’est très involontairement que Pierre a rencontré le thème de l’agro-écologie. Un de ses élèves (qui s’appelle aussi Pierre) lui a proposé une discussion. Cette-ci était intéressante mais Pierre l’a jugée mal cadrée. Il lui en a proposé une autre centrée sur les OGM, les pesticides et l’agro-écologie. Voici l’ensemble du travail des deux Pierre.
Roger

1. Discussion Les manipulations génétiques sont-elles une solution d’avenir ?
Votre énoncé ajoute ..  « ou un danger » : c’est parfaitement inutile car le danger sera forcément évoqué dans la partie Non (contre). Donc c’est un ajout redondant et même dangereux à mon avis. D’où la formulation réduite que je vous propose. Ceci dit je vous donne la parole.

Introduction. Les avis divergent tant du côté scientifique que politique ainsi que des brèves de comptoir !
I. Oui, les OGM sont la solution pour l’avenir.
I.1 Grâce au génie génétique nous sommes en mesure de produire des organismes répondant à des problèmes de soin, de nutrition, voire de pollution.
I.2 En médecine, la création de nouvelles bactéries et cellules permettent de “fabriquer” des tissus humains.
I.3 Les OGM viennent à la rescousse de l’agriculture pour la rendre plus bio. Le paradoxe est de taille : le maïs modifié résiste au pyrale, d’où moins de pesticides.
II. Non aux OGM, ils sont un grave danger
II.1 L’homme joue à l’apprenti sorcier et risque de dérégler la planète. En effet une plante ou un animal pourrait ne plus avoir de parasites, exposant la nature à un envahissement.
II.2 La barrière des espèces est réputée infranchissable ! mais que penser après la fièvre aviaire et la maladie de la vache folle ?
Conclusion. Avant d’agir, l’homme doit savoir évaluer ce que la nature est capable de supporter comme modification dans ses règles millénaires. On peut se poser la question : est-ce que la nature ne s’est pas trompée en introduisant l’homme en son sein ?
(213 mots, 4.10 heures)
2. Remarques a) Votre introduction et votre conclusion sont fulgurantes. Je les verrai mieux dans un deux-cents-mots car la discussion demande un cadre plus formel.
b) “manipulations génétiques”,  “OGM” et “génie génétique” renvoient à trois notions légèrement dfférentes quoique liées.  Centrer le tout sur les OGM en agriculture simplifierait cette discussion, ce que je fais avec “Les OGM sont-ils une solution d’avenir ?”
c) Je reviens sur votre conclusion. Je la retouche très légèrement du point de vue stylistique : Avant d’agir, l’homme devrait évaluer ce que la nature peut supporter quand il veut modifier ses règles multimillénaires. D’ailleurs la nature s’est peut-être trompée en introduisant l’homme en son sein”. Gaïa, la terre et peut-être l’univers avec elle, est considérée par certains écologistes comme Vie consciente, en somme Dieu. L’homme émerge lentement dans un processus peut-être orienté (le “dessein intelligent”) dont nous ne savons rien. Mais l’humanité est appelée à disparaître dans environ 5,5 milliards d’années qui s’ajouteront aux 13,5 milliards déjà écoulés, soit 19 milliards d’années entre le Big bang et le Big Crunch. L’intelligence, la conscience de soi et de ses actes est peut-être un épiphénomène inscrit dans l’évolution mais transitoire.

3. Les OGM sont-ils une solution d’avenir ?

Introduction. Les OGM (organismes génétiquement modifiés) jouent en agriculture un rôle majeur et controversé. Sont-ils une solution d’avenir ?

I. Apparemment oui
I.1 On fait état de gains impressionnants dans tous les domaines. Des arbres génétiquement modifiés auraient un rendement de 20 % supérieur à celui des arbres normaux.
I.2 Déjà beaucoup d’animaux élevés en France sont nourris avec du maïs transgénique venu du Brésil
1.3 Les OGM permettront d’éliminer les pesticides qui appauvrissent la terre/
I.4 On peut envisager ainsi de nourrir l’ensemble de la population mondiale.

II. En fait non ou peut-être
II.1 Les plants transgéniques posent de multiples problèmes au Mexique en en Inde où les paysans commencent à les refuser.
II.2  Le semencier Monsanto utilise  tous les moyens de pression pour distribuer ses pesticides et aujourd’hui ses OGM.
II.3 Mais un célèbre écologiste, Mark Lynas, après avoir combattu les OGM pendant vingt ans, est passé dans le camp des pro-OGM : l’agriculture traditionnelle ne peut nourrir les terriens ; les militants anti-OGM ont entravé l’essor des start-up agroalimentaires.
II.4  Il faut passer à l’agro-écologie. Sans pesticides ni OGM, elle protège les plantes contre les ravageurs en s’aidant de l’environnement naturel. Les rendements sont doublés, voire décuplés.

Conclusion. On ne peut pas condamner entièrement les OGM mais l’agriculture traditionnelle appauvrit les sols. Il faut pousser la recherche dans le sens de l’agro-écologie.
(230 mots, 3 heures en plus)

4. Document Selon un rapport de l’ONU (Olivier de Schutter, 9 mars 2011) l’agro-écologie peut doubler en dix ans la production alimentaire mondiale  « L’agro-écologie associe le développement de l’agriculture à la  »protection-régénération » de l’environnement naturel. Les techniques agro-écologiques incluent le contrôle biologique (lutte contre les maladies et les indésirables par des prédateurs naturels), l’agroforesterie (arbres et cultures sur les mêmes parcelles de terre), le stockage naturel de l’eau, les cultures intercalaires, l’utilisation de fumier biologique ou encore le mélange culture-bétail. Toutes ces techniques ont pour caractéristique commune le faible- voire zéro- recours aux intrants extérieurs (engrais chimiques et pesticides). Ces techniques culturales, comme le semis direct, permettent notamment de renouveler les sols en encourageant l’usage de phytosanitaires naturels (neem, caelcedra, cassia amara, cendres de bois…). Ces méthodes favorisent aussi une fertilisation organique, la constitution de haies vives abritant la biodiversité ou encore le reboisement des surfaces. »
http://www.actu-environnement.com/ae/news/rapport-onu-agro-ecologie-rapporteur-alimentation-12110.php4

Roger, Pierre et Pierre
Retorica
(6.100 caractères)

Laisser un commentaire ?