22 POE quête mystique A / Rimbaud 1996

 

L’édition “Rimbaud, Poésies, Une Saison en enfer, Les Illuminations”, préface de René Char, édition établie par Louis Forestier (n.r.f Poésie/Gallimard) septembre 1994 est la meilleure et la plus commode avec ses appendices et ses commentaires (notes, chronologie)

Cette étude avait été donnée aux élèves avant l’étude de Rimbaud. Mais vingt ans après, un film me paraît reposer le problème de la quête mystique. D’où les deux études :

22 POE quête mystique : A / Rimbaud

22 POE quête mystique : B / film : L’institutrice

On n’oubliera pas de consulter l’article

22 POE Rimbaud Verlaine – amours tumultueuses

Roger 2018-02-21

 

(1) Rimbaud s’intéresse à l’occultisme (par Eliphas Lévi “Dogme et rituel de haute magie” 1859) à l’alchimie et à d’autres traditions ésotériques. Et il s’engage, sans maître spirituel, en se fiant à ses seules perceptions et sensations, dans une dangereuse quête mystique. Avant lui (des romantiques comme Nerval), en même temps que lui (des symbolistes), après lui (des surréalistes) d’autres tentent la même aventure dans les mêmes conditions, en s’aidant ou non de stupéfiants, avec les risques que cela comporte : hallucinations, folie, suicide, overdose. L’attirance pour les stupéfiants s’explique par cette recherche sauvagement désespérée de l’inconnu. En ce sens elle est de nature mystique. Malheureusement le dealer n’est pas exactement le maître spirituel approprié…

(2) Distinguer : mystique, occulte, ésotérique :- mystique : foi religieuse intense et intuitive ; – occulte : volontairement caché, pratique secrète et magique ; – ésotérique : caché par nature, se révèle au terme d’une recherche personnelle assidue. On confond souvent “occulte” et “ésotérique” mais les deux termes ne sont pas exactement synonymes. Ainsi la recherche de Rimbaud n’a rien d’occulte, rien de magique mais elle est profondément ésotérique et mystique : “Rimbaud, mystique à l’état sauvage” (Claudel)

(3) La quête de Rimbaud dure quatre ans. Il en consigne la méthode (voir les deux lettres du Voyant), les étapes et les résultats, passant alternativement des vers à la prose pour traduire au plus près ses découvertes adolescentes et métaphysiques. Descente dramatique : “Maintenant je m’encrapule le plus possible” p.200). Le fond est atteint avec une trentaine de pages qu’il réunit et intitule ’”Une saison en enfer”. Il se sent damné, vraiment damné. Il fait imprimer le texte à Bruxelles mais ne cherche pas à le vendre. Et ensuite il se désintéresse totalement de tout ce qu’il a pu écrire. Les lecteurs, critiques en ont été étonnés et ont créé le mythe de Rimbaud, génie incompris, maudit, se fuyant etc. Esotériquement c’est normal. Cette expérience a été une révélation, une élimination, une purgation. Il était malade, il sort épuisé mais guéri. Il a franchi la “barrière sans porte”. Ce qu’il laisse derrière lui n’est plus lui : “Alcide Bava” Le petit Hercule a fini de baver p. 87)

(4) Il était devenu Voyant (au sens ésotérique), ce qui est déjà rare et les Voyants-poètes sont encore plus rares. Un vrai Voyant est poète et un vrai poète est forcément Voyant. Pour Rimbaud les Voyants ne commencent qu’avec le Romantisme : Hugo un peu, Th. Gautier, Leconte de Lisle, Théodore de Banville, Baudelaire : “Baudelaire est le premier voyant, roi des poètes, un vrai Dieu. Encore a-t-il vécu dans un milieu trop artiste, et la forme si vantée chez lui est mesquine. Les inventions d’inconnu réclament des formes nouvelles.”, Verlaine “un vrai poète” . Il oublie Nerval. (2° lettre du Voyant, p.201)

(5) Chronologie de la quête mystique

Janvier 1870 rencontre G. Izambard, publie “Les étrennes des orphelins”

février 1871 abandonne le collège : début de la quête mystique

13 et 15 mai 1871 lettres du Voyant

10 juillet 1873 Verlaine tire sur lui deux coups de révolver.

Point le plus bas de la descente.

octobre 1873 impression d’”Une saison en enfer”

février 1875 revoit une dernière fois Verlaine : fin de la quête mystique .

1886 Verlaine publie les “Illuminations” (Rimbaud est quelque part entre l’Ehiopie et Aden, engagé dans un sombre trafic d’armes).

 

(6) Lectures méthodiques possibles

Ces lectures méthodiques portaient chacune sur une cinquantaine de mots.

A mon avis c’était une erreur. Je propose aujourd’hui de se limiter à 40 mots que l’on étudie en 200 mots, soit 2 heures, selon la formule 40 > 200.

Roger 2018-02-21

Car Je est un autre (p.202-203)

Poésies

Les étrennes des orphelins (p.19)

Roman (p.49)

Le Mal (p.51)

Le dormeur du val (p.53)

Au Cabaret-vert (p.53)

Ma Bohème (p.56)

Voyelles (p.78)

Ce qu’on dit au poète. à propos de fleurs (p.81)

Le bateau ivre (p.94)

Une saison en enfer

Mauvais sang (p.124)

Alchimie du verbe (p.139)

La vieillerie poétique (p.141)

Oui, l’heure nouvelle (p.152)

Illuminations

Conte (p.160)

Départ (p.165)

Royauté (p.165)

Aube (p.178)

 

(7) Questions d’ensemble possibles

  1. Définissez quelques images de la mort chez Rimbaud
  2. Que pense Rimbaud de la religion ?
  3. Comment Rimbaud présente-t-il les premiers émois amoureux ?
  4. Comment Rimbaud présente-t-il ses fugues ?
  5. Comment Rimbaud présente-t-il ses hallucinations ?
  6. Définissez l’attitude anti-religieuse de Rimbaud.
  7. Commentez cette affirmation d’Eliphas Lévi : “La vie rayonnante va donc toujours du noir au rouge en passant par le blanc ; et la vie absorbée redescend du rouge au noir en passant par le même milieu.”
  8. Comment s’opère la trajectoire mystique de Rimbaud ?
  9. Comment Rimbaud voit-il la culture populaire ?
  10. Analysez la cruauté chez Rimbaud.
  11. Analysez quelques images frappantes de Rimbaud.
  12. Jugez-vous que Rimbaud a pu consigner l’essentiel de sa quête mystique ?

 

Roger et Alii – Retorica – 910 mots – 5 700 caractères – 2018-02-21

 

Laisser un commentaire ?