26 REL sectes gourou 2012 – 2016-03

1. Etymologie : Le mot secte vient du latin secta “ligne de conduite, manière de vivre, principes politiques, parti, principes philosophiques, secte” et verbe sequi “suivre”. Dérivés : sectaire : “Il a vraiment un esprit sectaire”, sectarisme : “En politique il fait preuve de sectarisme.” Synonymes : fanatique, fanatisme. Les dérivés sectaire, sectarisme s’emploient souvent dans le domaine politique pour désigner des gens qui manquent de tolérance, qui ne veulent pas écouter les autres. Le mot secte s’emploie surtout dans le domaine religieux.

2. Définition. Selon le dictionnaire de Robert une secte est un “groupe organisé de personnes qui ont la même doctrine au sein d’une religion”. Cette définition ne rend pas compte de trois éléments fondamentaux qui relèvent de la peur :

– peur des sectes dangereuses confondues avec les autres

– peur de tout ce qui ressemble au religieux, à la foi, aux croyances, à la transcendance et à Dieu ; à la limite on traite de secte n’importe quel phénomène religieux, ceci par manque de mots.

– finalement les gens ont au fond peur d’eux-mêmes et de leur faiblesse vraie ou supposée.

3. Métaphysique. L’homme cherche à savoir pourquoi il est sur terre et si sa vie est limitée par sa naissance et par sa mort : qu’ y avait-il avant ? qu’il y aura-t-il après ? La science ne peut donner qu’une infime partie de la réponse. A chacun de chercher, pour son propre compte, la réponse totale qui lui convient. Quand la question devient vitale pour une personne et qu’elle n’y a pas réfléchi avant, elle ne trouve pas les mots pour traduire son inquiétude. D’où un profond malaise puisqu’elle ne sait pas de quoi elle souffre. Elle se refuge dans les idoles, c’est-à-dire les faux dieux : la consommation, le sexe, l’alcool, la drogue ou les sectes dangereuses.

4. Une secte est dangereuse quand :

a). Elle repose sur un gourou qui par sa doctrine et ses pratiques entretient l’état de dépendance, donc la fragilité psychique de ceux qui le suivent.

b). Le gourou et ses proches, donc l’équipe dominante à l’intérieur de la secte va étendre son pouvoir : extorsion d’argent, quelquefois abus sexuels, marginalisation des disciples, travail physique excessif menant à une véritable exploitation, pratiques ascétiques excessives (manque de sommeil, répétitions inlassables de mantras – formules sacrées – tout ceci menant à un véritable lavage de cerveau.

c). La secte s’enrichit car les gens en état de manque affectif spirituel sont très généreux. Elle devient un but en elle-même et sait faire fructifier les sommes d’argent très importantes qu’elle reçoit. Très souvent la secte dangereuse s’en tient là. Elle est dangereuse pour l’équilibre psychique, affectif, familial et financier de ses membres.

d). Mais il y a pire. La secte est mal considérée à l’extérieur, elle se marginalise de plus en plus, elle croit à une fin du monde très proche. Elle nourrit une véritable paranoïa à l’égard des autorités, elle s’arme. Un délire collectif s’empare du groupe et du gourou. Et la fin du monde arrive… pour la secte : suicide collectif accompagné d’exécutions sommaires de ceux qui ne voulaient pas disparaître.

5. Quelques sectes dangereuses ont disparu après un phénomène de paranoïa collective aigüe :

– 1987. Les bûchers de Faaité : en Polynésie française, à Papeete, une “chasse aux démons” mène au bûcher une douzaine de personnes dans un atoll devenu religieusement fou pendant quatre jours…. Un fils tue sa mère, un frère deux de ses sœurs… Ceci sur un arrière-fond de problèmes professionnels, de conflits de voisinage, d’adultères etc. établis en 1990, lors du procès. Un des responsables du massacre, âgé de 24 ans, déclare : “Les morts sont au Paradis. Ils me remercieront de les y avoir envoyés le jour du jugement dernier”.

– 1993. La secte de Waco aux Etats-Unis (Texas). La ferme-forteresse des Davidiens (groupe dissident des Adventistes du Septième jour) menés par David Koresh est prise d’assaut par le F.B.I. 90 morts. Il était possible d’agir autrement que par la violence, d’où polémique énorme. Deux ans après, à la date anniversaire, deux militants d’extrême-droite, proches de la secte (qui comportait 2000 personnes aux Etats-Unis) provoquent l’attentat d’Oklahoma (environ 200 morts)

– 1995 La secte d’Aum au Japon. Conduite par des scientifiques japonais de haut niveau, la secte tente d’empoisonner des milliers de personnes à l’aide de gaz sarin diffusé dans le métro de Tokyo.

1994 – 1995 l’Ordre du Temple Solaire, implanté en Suisse, en France et au Canada provoque un massacre de 53 morts en 1994 puis un autre de 16 personnes en 1995 et enfin un troisième de 5 personnes en 1997.

6. Quelques sectes controversées :

Les Témoins de Jéhovah. En 1985 ils étaient plus de 2,5 millions dans le Monde, en France 1/598 habitants, 1/155 en Martinique, 1/72 en Guadeloupe. Ils pensent que la fin du monde est proche et qu’il faut se tenir prêt car les signes annonciateurs sont là : déséquilibre de l’environnement, famines, tremblements de terre, terrorisme… Il faut prendre la Bible à la lettre : ils en déduisent, le refus du sang, le refus de tuer, le refus de s’expliquer devant un tribunal car il n’est qu’une institution humaine et qu’on ne doit d’explication qu’à Dieu – d’où de très nombreux objecteurs de conscience ; l’âme n’est pas immortelle ; le Christ n’est pas Dieu, il n’est pas ressuscité : la Trinité chrétienne est une invention de Satan (car les chrétiens croient en trois dieux).

Les Mormons ou “Saints du dernier jour” ont fondé Salt Lake City en Utah. Ils ont renoncé à la polygamie en 1890 pour permettre l’entrée de l’Utah dans l’Union. Des spécialistes jugent que c’était une manière pratique d’assurer la survie des veuves et des orphelins dans les dures conditions de vie des pionniers. Ils se sont donné une Bible particulière.

La Scientologie fondée par le romancier de science-fiction Ron Hubbard a constamment défrayé la chronique : elle est considérée comme religion par certains Etats et comme secte par d’autres comme la France. Elle est fondée sur la “Dianétique : la science moderne de la santé mentale” (1950). La Scientologie (1953) met au point de redoutables méthodes de manipulation mentale. En 1977, suite à des enquêtes approfondies du FBI, elle est condamnée pour divers délits dont obstruction à la justice, escroqueries, cambriolages et menaces sur la sécurité de l’Etat fédéral. En France, les dossiers judiciaires constitués contre la Scientologie sont régulièrement “égarés”, ce qui prouve de multiples complicités de membres restés secrets. Ce fanatisme souterrain s’explique par les idéaux de la Scientologie qui prétend construire une société parfaite où l’homme travaille à son propre salut spirituel en se soumettant aux règles et aux demandes de cette organisation. En 2009, la Scientologie est condamnée en France pour “escroquerie en bande organisée” avec une amende de 600.000 €, condamnation confirmée en appel (2012).

7. Quelques sectes jugées sympathiques et utiles :

Les Quakers. Il s’agit d’une secte non-violente qui a beaucoup lutté contre l’esclavage aux Etats-Unis au XIX° siècle et qui poursuit énergiquement son œuvre sociale. cf film de William Wyler “La loi du Seigneur” (1956, palme d’or du festival de Cannes en 1957) : Une famille quaker est prise dans la guerre de Sécession et doit se défendre.

Les Amish : cf film de Peter Weir “Witness” (1984) : enquête policière chez les Amish qui vivent à la campagne en respectant totalement les principes bibliques, opposant au progrès un refus poli et catégorique.

8. En conclusion. Les sectes ont toujours existé. A ses débuts, le christianisme est une des nombreuses petites sectes juives. Il s’ouvre aux non-juifs et attire tous ceux que le polythéisme laissait insatisfaits. (Voir Bible, Le Nouveau Testament : les Evangiles et surtout les Actes des apôtres). Ensuite le christianisme connaît de nombreuses “hérésies” dont le protestantisme qui s’est divisé en de très nombreux groupes religieux. Voir l’essor du Renouveau charismatique. Le judaïsme a ses Loubavitch. L’islam connaît les confréries soufies très respectables mais aussi des groupes intégristes et fanatiques (comprenant des scientifiques et des universitaires…). Le yoga (d’origine hindoue), le bouddhisme tibétain, le zen etc. se sont répandus en occident… Ce sont généralement des groupes ouverts, peu coûteux et sans emprise psychologique. Sur l’emprise néfaste d’un directeur de conscience, lire Tartuffe (1669) de Molière. Comment Orgon qui était un homme sage, a-t-il pu être aveuglé par Tartuffe, cet individu louche qui prétend n’obéir qu’au Ciel ? Cette pièce du XVII°s garde toute son actualité.

9. Post-conclusion Roger (2016-03-12) « La conjuration » (Fayard 208 p) de Philippe Vasset décrit dans une cavalcade aussi brève qu’échevelée le Paris des sectes : « Son personnage dont on ne connaît pas le nom, travaille pour un écrivain raté qui veut fonder une secte comme on crée une entreprise. Nul élan ici, nulle croyance, il ne s’agit bien que de faire de l’argent. Et donc d’aller chercher dans les groupes qui existent déjà , les idées les plus efficaces la nouvelle doctrine efficace. Le narrateur se charge de ce travail. Et là, tout est possible. (…) Du livre ressort l’image d’un monde déboussolé, peuplé d’hommes et de femmes en recherche, mais comme vidés de l’intérieur.» (A.G) Vasset est journaliste et spécialisé dans l’énergie et le renseignement. « Journal d’une prédatrice » (2010) : l’exploitation commerciale du pôle Nord/ « Journal intime d’un marchand de canons » (2009) : le commerce des armes. (D’après A.G : Alain Guillemoles, La Croix, 22 août 2013)

Daesh offre un autre cas intéressant d’une secte mortifère que je traite dans la section 12 GUE Daesh

Roger et Alii

Retorica

1 600 mots, 9 900 caractères, 2016-03-12

Laisser un commentaire ?