29 SCI Sérendipité lampadaire NDE – EMI 2015_05

1. Bonne lecture Retorica selon la méthode Sérendip. On farfouille dans le site. On cherche quelque chose et on en trouve une autre, puis une autre… La recherche de la lumière va très loin comme le montre l’objet complété plus tard avec les NDE – EMI.

Claire Marie (22 mars 2015) : Un livre est sorti à ce sujet : Sylvie Catellin Sérendipité. Du conte au concept Préface de Laurent Loty. Seuil, 270 pp., 21 €.

voir un commentaire : http://www.liberation.fr/livres/2014/01/22/le-mythe-de-serendip_974774

2. Roger (30 avril) : Je complète l’effet Sérendip par son contraire : « Le Théorème du lampadaire », de Jean-Paul Fitoussi (Les Liens qui Libèrent) Voir Le Monde Economie 25 2013. On cherche sous un lampadaire un objet perdu parce que c’est le seul endroit éclairé. Et pas seulement en économie ! C’est très fréquent. Il faut apprendre à chercher dans l’obscurité et à classer soigneusement ses découvertes. D’où cet objet 29 SCI Sérendip – lampadaire 2015_05.

Amazon.fr – Le théorème du lampadaire – Jean-Paul Fitoussi …

www.amazon.fr › … › Economie › Essais et documents

Le théorème du lampadaire – France Culture

www.franceculture.fr/oeuvre-le-theoreme-du-lampadaire-de-jean-paul-

Jean-Paul Fitoussi, LE THÉORÈME DU LAMPADAIRE – Cairn

www.cairn.info/revue-projet-2014-1-page-96.htm

3. Roger (12 mai 2015) : Les deux effets se combinent et m’ont plongé dans un abîme de réflexions. Nous sommes dans l’obscurité de l’invisible et nous cherchons à en sortir, soit en faisant confiance au hasard (Serendip) soit en décidant de nous enfoncer dans l’inconnu (s’éloigner du lampadaire). Mais l’obscurité est en nous et dans nos représentations mentales. Ce que montre le double exemple de Semmelweis et de l’abbé Lemaître.

4. Ignace Philippe Semmelweis (1818 – 1865) était un médecin obstréticien austro-hongrois. « Il démontra l’utilité du lavage des mains après la dissection d’un cadavre, avant d’effectuer un accouchement. Il démontra également que le lavage des mains diminuait le nombre des décès causés par la fièvre puerpérale des femmes après l’accouchement. Jusqu’alors les médecins accoucheurs essayaient en vain de comprendre d’où venaient les fièvres puerpérales en faisant de nombreuses autopsies. Ce fut un coup terrible pour ceux qui furent finalement convaincus par les idées de Semmelweis : il s’avérait qu’eux-mêmes transmettaient involontairement la maladie. » (Wikipédia) La suite fut dramatique . Le corps médical refusa de prendre en compte ses idées provoquant ainsi la mort de milliers de jeunes mères. Semmelwies en fit une profonde dépression nerveuse. « (Il) fut confié à un asile privé de Vienne. Là il devint violent au point de se faire battre par le personnel de l’asile ; si bien qu’il mourut de ses blessures quinze jours plus tard. » (Wikipédia) Ses collègues reprochaient à Semmelweis de proposer des pratiques de « purification », donc, de nature magique, religieuse et anti – scientifique. Là était, in fine, la résistance à ses idées. La bonne hypothèse était celle de l’existence des microbes découverts notamment par Pasteur (1822 – 1895). Semmelweis a fini par triompher post-mortem, grâce notamment au docteur Destouches qui lui consacra sa thèse, mieux connu sous le nom de l’écrivain Céline.

5. Georges Lemaître (Belgique, 1894 – 1966) était prêtre et astro-physicien. Tous ses collègues, dont Einstein, pensaient que l’univers était statique. Lemaître jugeait au contraire que l’univers venait d’un atome primitif et qu’il était en expansion continue. Cette idée paraissait tellement invraisemblable que Fred Hoyle l’appela ironiquement Big Bang (« Gros boum » en anglais) lors d’une émission de radio en 1949. Mais les preuves s’accumulèrent et Albert Einstein lui-même reconnut qu’il s’était lourdement trompé. Il le regretta toute sa vie. Le Big Bang existe bien et le nom resta. Les résistances venaient du fait que Georges Lemaître étant prêtre, sa théorie pouvait apparaître comme une confirmation du récit biblique de la Création du monde. Mais Lemaître avait toujours pris soin de distinguer le domaine de la science du domaine de la foi.

6. Sommes-nous condamnés à vivre dans l’obscurité ? à n’en sortir que par de brefs éclairs que nous appelons la recherche scientifique ? Il est possible que seule la mort nous fournisse la lumière que nous cherchons tant. C’est ainsi qu’une rescapée d’une NDE – EMI voit la chose :

« Je sais maintenant qu’il existe bien autre chose que ce dont nous avons conscience, et que nous ne sommes pas capables de comprendre. Tous les jours depuis l’EMI [expérience de mort imminente] j’acquiers de plus de plus de compréhension . Je découvre que j’ai maintenant le sentiment de «savoir» ou de «comprendre» certaines choses,  pour  lesquelles ce n’était pas le cas auparavant. La meilleure image que je pourrais donner est : Imaginez un immense entrepôt obscur, vous vivez dans cet entrepôt avec une  torche électrique. Tout ce que vous connaissez , c’est ce qui est visible dans le faisceau de la petite torche. Lorsque vous désirez un objet, peut-être  allez-vous le trouver, peut-être pas, mais cela  ne veut pas dire qu’il n’existe pas. Il est là, mais vous ne l’avez pas éclairé avec la torche. Vous ne pouvez voir que sur quoi votre lampe est braquée. Puis, un jour, quelqu’un allume la lumière et, pour la première fois, vous voyez l’intégralité de l’entrepôt. Les dimensions en sont presque écrasantes, vous n’arrivez même pas à voir jusqu’au fond, vous savez qu’il y existe bien autre chose que ce que vous voyez. Par contre, vous vous rendez bien compte de la manière dont les produits sont alignés dans les rayons, vous remarquez juste le nombre d’objets différents présents dans l’entrepôt et que vous n’aviez jamais aperçus, vous n’en aviez même pas imaginé l’existence, pourtant ils existaient bel et bien, parallèlement à ceux que vous saviez exister (c’est à dire ceux que votre torche avait pu révéler). Plus tard, même si la lumière est éteinte, rien ne peut vous enlever la compréhension du texte et la netteté de votre expérience. Même si vous n’avez qu’une torche à nouveau, vous savez maintenant comment rechercher des articles. Vous savez ce qui est possible, vous savez même ce qu’il faut rechercher. Vous commencez à envisager la situation différemment, c’est à partir de ce nouveau tremplin que vos expériences démarrent. Ainsi, je me rend compte que dans ma vie quotidienne, je me réfère à différents aspects de mon expérience, à des moments différents. Je comprends que je les choisis aussi d’une façon différente, sachant maintenant des choses que j’ignorais avant. »

(Anita Moorjani “Diagnostic incurable / mais revenue guérie / à la suite d’une NDE. Mon voyage de guérison des frontières de la mort aux portes de la vie.“ (Ed. Trédaniel 2012, 240 pages) traduit de l’anglais “Dying to be me” avec une préface du dr Wayne W. Dyer.

7. Ericca (2 fév 2015 ) Aux mêmes éditions Trédaniel on peut lire « La Preuve du Paradis » du dr Eben Alexander. Il s’agit d’un neurochirurgien américain, scientifique matérialiste. Il fit une méningite bactérienne, tomba dans le coma, fut considéré comme mort et revient à la vie, guéri. Il dit avoir vécu « quelque chose qui est le principe du créateur de l’univers et lui a fait comprendre l’Amour infini » . Son expérience rejoint totalement celle d’Anita Moorjani.

8. Roger (oct 2010) : Le docteur Jean-Jacques Charbonier est anesthésiste-réanimateur. Comme d’autres professionnels de santé, confronté à des phénomènes bizarres accompagnant NDE et fins de vie, il a approfondi la question. D’où l’un de ses livres  » Les preuves scientifiques d’une Vie après la vie » (Editions Exergue, 2008). Cet ouvrage reprend les données de Moody et de Kübler-Ross et les approfondit à la lumière de sa pratique et des multiples témoignages qu’il a pu recueillir. Il ne cache rien des controverses qu’il a pu rencontrer à mesure qu’il avançait dans sa recherche. L’ouvrage est audacieux : je le retiens non pour son audace mais parce que ses conclusions recoupent des informations que j’ai pu recueillir par ailleurs pour mon propre compte.

Roger et Alii

Retorica

(1.300 mots, 8.100 caractères)

Laisser un commentaire ?