30 SEX femme – littérature – sujet III 1994

 

FEMME – SUJET III Dans les œuvres poétiques et romanesques, une femme est souvent la figure centrale ou de premier plan. Estimez-vous que la place occupée par les femmes dans la littérature correspond à l’idée qu’elles se font d’elles- mêmes ou que la société leur renvoie ? Vous essayerez de répondre à cette question dans un devoir composé en vous référant à des œuvres littéraires que vous avez lues ou étudiées au cours de vos études et spécialement cette année.

 

Classe de première, bac de français

Code : 0 = introduction(s) et 9 = conclusion(s)

Corrrection s.g.d.g (sans garantie du gouvernemen)

  1. Introduction. La place des femmes dans la littérature correspond- elle à l’idée qu’elles se font d’elles-mêmes ou que la socité leur renvoie ?

1.0 On est tenté de répondre par la négative.

1.1 Très souvent la femme est vue simplement comme l’objet du désir : Ronsard « Quand vous serez… », Elvire dans « Dom Juan », Corneille « Marquise… ».On l’aime puis on l’abandonne quand elle ne plaît plus, quand elle a vieilli.

1.2 On la voit sainte (Elvire), courtisane (Manon) ou follement amoureuse au point d’en paraître idiote (Vanina). Les femmes ne se reconnaissent pas dans de tels portraits.

1.3 Sois belle et tais-toi ! Ne t’occupe pas de politique semble dire la littérature. Le bon sens, la responsabilité reviennent aux hommes (Pietro dans « Vanina Vanini », Des Grieux et Tiberge dans « Manon Lescaut »).

1.9 Objet de désir, sainte ou courtisane, privée de responsabilité réelle, la femme dans la littérature semble être une grande incomprise.

2.0 Et pourtant ce jugement est superficiel.

2.1 « Dom Juan » est une exception dans l’œuvre de Molière. Dans ses autres pièces comme « Tartuffe » le problème est différent. Au début de la pièce Orgon a toute l’initiative et fait le malheur de sa famille mais à la fin de la pièce c’est le bon sens féminin qui triomphe.

2.2 Manon est une victime. Elle est belle. Des libertins riches et libidineux la désirent. Elle a besoin d’argent, elle aime le luxe. Elle estime qu’il est normal qu’elle les escroque. Quand elle vit dans une société calme, dans un état proche de la nature, elle devient une femme honnête, aimante et respectée. Cet état heureux ne dure que quelques mois, quelques pages mais il est présent dans le roman.

2.3 Vanina est assez riche, audacieuse et intelligente pour jouer le rôle politique qu’une société d’hommes lui refuse. Grâce à elle, Pietro pourrait accéder à de hautes charges. Elle pourrait le conseiller puisqu’elle adhère to- talement à l’idée de libérer l’Italie du joug autrichien.

2.9 La littérature nous montre des situations où potentiellement l’image de la femme est valorisée. Quelquefois, comme chez Molière, c’est elle qui détient le vrai pouvoir de décision.

  1. Conclusion L’évolution actuelle de la condition féminine nous rend sévères à l’image apparente qu’en donne la littérature. Mais les femmes sont aussi des écrivains (Marie de France, Louise Labbé, Mme de La Fayette, George Sand etc.). Et elles ont toujours joué un rôle social fondamental.

 

Roger et Alii – Retorica – 500 mots – 3 200 signes – 2017-12-08

 

Laisser un commentaire ?