32 THE Molière Tartuffe résumé + libertins 1996

Résumé

Acte I. Mme Pernelle, mère d’Orgon et vieille dame colérique sort de la maison de son fils en disant son fait à tout le monde, sa belle-fille Elmire , Cléante le frère de cette dernière, Damis et Mariane ses petits enfants et surtout Dorine, la suivante de Mariane. Objet de sa colère ? Tartuffe, le saint homme qu’Orgon protège et qui surveille tout dans la maison , spécialement les visites que reçoit Elmire. Damis et Mariane sont les enfants d’un premier mariage. Précisément voici qu’Orgon arrive et fait un vif éloge de Tartuffe devant Cléante. Celui-ci est inquiet : le mariage de Mariane et de Valère semble menacé.

Acte II. En effet Orgon veut absolument que Mariane renonce à Valère pour épouser Tartuffe. Dorine essaie en vain de lui montrer, de lui prouver son erreur. Mariane est désespérée. Là-dessus Valère arrive, prévenu par Cléante. Après un petit malentendu qui donne lieu à une scène de dépit amoureux entre les deux jeunes gens, Dorine décide d’organiser la résistance.

Acte III. Dorine calme difficilement la colère de Damis car lui-même devait épouser la sœur de Valère ! Elmire a convoqué Tartuffe  pour lui demander de renoncer à Mariane. Et leur rencontre est surprenante : Tartuffe a beau être dévôt, il est amoureux d’Elmire ! Damis qui a surpris l’intéressante déclaration fait un esclandre. Orgon arrive mais Tartuffe retourne habilement la situation. Damis est mis à la porte tandis qu’Orgon renouvelle ses marques d’amitié envers Tartuffe : celui-ci verra Elmire autant qu’il voudra pour continuer à la surveiller…et Orgonl lui donne tous ses biens.

Acte IV. Cléante voudrait que Tartuffe réconcilie Damis et son père : Tartuffe refuse. Orgon est plus que jamais décidé à donner Mariane à Tartuffe malgré le désespoir de sa fille. Excédée par l’aveuglement de son mari, Elmire lui propose de lui montrer qui est Tartuffe : elle va jouer une scène de séduction, Orgon étant caché sous une table. Orgon accepte. Tartuffe arrive, se montre d’abord méfiant puis s’abandonne à sa passion. Orgon s’interpose et le chasse de sa maison. Tartuffe s’éloigne en proférant des menaces touchant une “certaine cassette”

Acte V. Orgon avoue à sa famille que cette cassette appartient à son ami Argas. L’affaire remonte à la Fronde, il y a vingt ans (1648). Argas était du côté des insurgés (aristocratie et Parlement de Paris), Orgon du côté du roi, alors tout petit. Argas a dû s’exiler et a confié des papiers importants (titres de propriété etc.) à son ami. Orgon les a confié à Tartuffe par prudence !. Que va-t-il en faire ? La famille est accablée. Un huissier vient signifier son expulsion à la famille puisque la maison appartient à Tartuffe. Valère arrive affolé : Orgon va être arrêté sous peu : ildoit fuir immédiatement et il lui offre son carrosse et mille louis (à 200 frs le louis, ceci présente 200.000 frs…). Trop tard la police est amenée par Tartuffe qui jouit de son triomphe : Orgon est devenu un criminel d’Etat promis à la prison ou pire… Mais soudain, coup de théâtre ! C’est Tartuffe que l’exempt arrête. Le roi, qui est très habile, a tout de suite compris que Tartuffe était un imposteur. Une enquête rapide a permis d’identifier un escroc célèbre. C’est lui qui ira en prison et la donation imprudente est annulée. La famille respire. Mariane et Damis pourront épouser l’une Valère et l’autre la sœur de ce dernier.

Problèmes de forme

Le nom de Tartuffe. Nom emprunté à la comédie italienne, où Tartuffo signifie “truffe” (XV°s). “Tartuffe” apparaît en français dès 1609 avec le sens de  “simulateur”. En ancien français “trufer” signifiait déjà “tromper”. Le lien avec la truffe, le tubercule n’est pas très clair. En tout cas en italien un tartufo est aujourd’hui une glace enrobée de chocolat, donc qui trompe celui qui la mange… Par contre “truffer” c’est garnir de truffes, puis disséminer des éléments (“cette copie est truffée de fautes d’orthographe”, familier dans ce sens figuré).

Les noms des autres personnages. Comme dans les autres pièces de Molière, ce sont des noms conventionnels qui viennent des comédies grecques antiques.

La division en actes Elle vient de la tradition antique (par Aristote) mais la longueur des actes est déterminée au XVII° par la durée des bougies : on ne fait pas l’obscurité dans la salle et il faut descendre les lustres environ toutes les vingt ou trente minutes.

L’emploi de l’alexandrin  C’est une tradition qui remonte au XVI° siècle. L’alexandrin donne de la tenue au texte et permet de mettre en valeur des nuances importantes.

La comédie suit globalement les règles de la tragédie : unité de temps, de lieu, d’action, respect des bienséan ces et de la vraisemblance.

Problèmes de fond

 La pièce jouée en 1664 est un échec à cause de la campagne (la “cabale”)menée par la Compagnie du Saint-Sacrement. Elle ne s’imposera qu’en 1669, grâce à l’appui de Louis XIV. . Les Dévots de la Compagnie du Saint-Sacrement (fondée en 1629) était une association pieuse qui prétendait surveiller les mœurs et stimuler la foi Elle s’était donné pour buts  “Recevoir les malheureux, les pestiférés, les galériens, (…) réformer la toilette des Marseillaises qui montrent leurs seins, traquer les libraires libertins, (…) combattre le jeu, abolir le duel, (…) poursuivre les juifs, les protestants, les illuminés.” En 1656 pour remédier à la misère qui avait suivi la Fronde (1648) on avait fondé l’Hôpital général qui accueillait dans ses maisons “les pauvres, les oisifs, les fous, les libertins, les vénériens…”. Les plus fanatiques de ces dévots se font directeurs de conscience. Certains comme “Tartuffe” sont de purs escrocs.

Leur grande affaire était de lutter contre les libertins, ainsi appelés parce qu’ils prenaient des libertés avec les mœurs, la morale et la religion. Au prix de gros risques. Le poète Théophile de Viau est jeté en prison pour ses poèmes et son homosexualité après avoir été condamné à mort (1623). Vanini est exécuté en 1619, Claude Le Petit en 1662 (à 23 ans), brûlé sur le bucher après avoir eu la main tranchée pour des vers hostiles au pouvoir et à la religion.

Les libertins tournent en dérision le sacrement de mariage et l’autorité paternelle. Ils vantent l’union libre, le droit à l’amour et à l’inconstance. On trouve parmi eux des grands seigneurs comme le prince de Conti qui prtège un moment Molière. Sa vie privée fait scandale. Il avait participé à la Fronde dans le camp des rebelles (1648) et les libertins risquent de passer pour des opposants politiques. Mais les dévots critiquent le jeune Louis XIV trop ami des plaisirs.

Chez les libertins on trouve des philosophes  rationalistes comme Gassendi. Ils poursuivent la tradition matérialiste antique d’Epicure et de Démocrite, préférant l’esprit de libre examen aux vérités révélées. Pour eux, les lois mathématiques et physiques sont plus crédibles que les récits de la Bible. Ils adoptent les thèses de Copernic et de Galilée : la terre tourne autour du soleil et l’homme n’est pas le centre du monde.

L’adjectif libertin sert à définir une attitude contestataire : “Un écolier est libertin quand il ne veut pas obéir à son maître. Une fille est libertine quand elle ne veut pas obéir à sa mère, une femme à son mari.” (Dictionnaire de Furetière).

Les libertins vont marquer profondément la littérature : Théophile de Viau, Cyrano de Bergerac, Saint-Evremond, Molière, La Fontaine, Bayle, Fontenelle…Ils contribuent à fonder le classicisme et l’idéal de “l’honnête homme” courtois, tolérant et sceptique.

Il faut convertir les libertins ! C’est le projet de Blaise Pascal quand il commence son “Apologie du christianisme” (inachevée, devenue “Les Pensées”) . Ami des Jansénistes il s’en prend aux Jésuites, coupables à ses yeux d’être trop tolérants pour les libertins (cf “Les Provinciales”).

Dans “Tartuffe” Cléante est un “honnête homme”  mais ne tient pas à être confondu avec les libertins. Il fait la distinction entre les vrais et  les faux dévots. Pour lui les vrais dévots s’en prennent au péché mais non aux pécheurs. Donc attitude modeste, pas de médisances ni de calomnies.

Orgon a besoin d’un directeur de conscience et croit l’avoir trouvé en la personne de Tartuffe, escroc de haut vol d’autant plus dangereux qu’il a reçu une solide formation théologique. Aujourd’hui Orgon serait probablement victime d’une secte et Tartuffe serait son gourou.

La famille est divisée à cause deTartuffe. Seul Orgon et sa mère Mme Pernelle le soutiennent. Pourquoi ? par besoin d’ordre moral ? Tous les autres sont contre lui : Dorine, Elmire,  Cléante, Damis et Mariane : ils sont tous jeunes, ils aiment la vie et un certain luxe. Ce qu’ils ne supportent pas c’est l’hypocrisie, le manque d’authenticité. Tartuffe proclame l’amour du Ciel et la dévotion. Mais il ne respecte pas ces principes. Et même il pratique ce que certains Jésuites avaient appelé la “direction d’intention”.

La “direction d’intention” s’énonce ainsi : il est permis de pécher si l’intention est bonne ! Trois exemples empruntés à Pascal (“Les Provinciales”). 1. Un jeune prêtre va convertir une jeune et belle prostituée : s’il succombe à la tentation, il n’a pas péché parce que l’intention était bonne. 2. Le duel est interdit mais on peut tourner l’interdiction : “Je ne veux pas me battre avec vous mais je me promènerai demain matin à 5 heures derrière l’église de Saint-Germain des Prés. Si je vous rencontre je me défendrai” (figure de style : la prétérition, je donne un rendez-vous en disant que je ne le donne pas). 3. Mon honneur est plus cher que ma vie. Ma vie vaut plus cher que celle de mon voisin. Si mon voisin m’insulte, il s’en prend à mon honneur. Je puis donc le tuer sans pécher.

Lectures méthodiques sur “Tartuffe”

Lecture en classe de toute la pièce en imaginant les problèmes qui se posent aux comédiens et au metteur en scène.

Acte I. Dix vers au choix ou au hasard

Acte II. Dix vers au choix ou au hasard

Acte III Dix vers au choix ou au hasard

Acte IV Dix vers au choix ou au hasard

Acte  V Dix vers au choix ou au hasard.

Questions d’ensemble

1. « Tartuffe » est-elle une pièce comique ?

2. Le dénouement de « Tartuffe » vous paraît-il satisfaisant ?

3. Comment se posent les problèmes religieux du XVII° s à travers « Tartuffe » ?

4. Quels sont les soucis d’ Orgon et de sa famille ?

5. Quel est pour vous le personnage le plus intéressant de la pièce (procédez par élimination) ?

6. Appliquez le schéma de Greimas à Tartuffe

7. Comparez les comportements de Mme Pernelle, d’Orgon et de Damis ?

8. Quels sont les rapports de Dorine avec les différents personnages.

9. En quoi Tartuffe est-il un personnage mystérieux ? 10. Orgon est-il un mauvais homme ?

11. Molière respecte-t-il les règles du théâtre classique dans « Tartuffe » ?

12. Analysez les diverses formes de comique dans « Tartuffe » (gestes, mots, caractères, situation)

13. Par qui et surtout comment l’idéal de « l’honnête homme » est-il représenté dans « Tartuffe ».

14. “Tartuffe” est-elle une pièce actuelle ?

Laisser un commentaire ?