32 THE Racine Britannicus Pallas 1994

Racine (1639 – 1699) Britannicus (1669)

Qui est Pallas ?

Pourquoi choisir Pallas pour traiter du problème du personnage principal dans Britannicus ? Simplement par goût du paradoxe… Roger.

A. Résumé et montage de lecture

Acte I. C’est l’aube dans le palais et Agrippine veut rencontrer de toute urgence son fils, l’empereur Néron. Elle explique à sa confidente Albine que son pouvoir lui échappe. En effet, sans la consulter, Néron vient de faire enlever Junie, la fiancée de son demi-frère Britannicus. (I, 1 v. 31 à 70, 90 à 110). Or Sénèque, le philosophe, précepteur de Néron est loin de Rome et Burrhus, le général, l’autre gouverneur de Néron est présent mais il n’est pas aimé d’Agrippine : pourtant il essaie d’apaiser cette dernière (I,2 175 à 190). Britannicus survient, très inquiet. Narcisse, son gouverneur, l’incite à réagir et à se révolter (I,4 315 à 342)

Acte II. En fait Narcisse est le véritable confident mais secret de Néron. Et celui-ci lui avoue qu’il aime Junie (II,2 373 à 525). Néron déclare sa flamme à la jeune fills (II,3 325 à 582).Elle le repousse. Furieux, il lui ordonne de décourager Britannicus, sinon il le tuera (664 à 684). Junie lui obéit, malgré elle (II,6 693 à 742). Britannicus est désespéré. Pourtant Néron n’est pas satisfait (II,8 747 à 760).

Acte III. Agrippine s’en prend à Burrhus qu’elle trouve trop loyal à l’égard de l’empereur. Narcisse ne peut empêcher Britannicus de rencontrer Junie et de comprendre enfin la manœuvre de Néron (III,1 971 à 1005). Néron survient et une explication orageuse éclate entre les deux jeunes gens au sujet du trône dont Britannicus était l’héritier légitime (III,8 1025 à 1068). Au comble de la fureur Néron fait arrêter Junie, Britannicus et Agrippine.

Acte IV. Néron, un peu calmé, accepte de recevoir sa mère et Burrhus conseille la prudence à Agrippine. Mais au contraire elle rappelle à son fils la longue suite de forfaits accomplis pour lui, prétend-elle (IV,2 1119 à 1194). Lassé, Néron semble tout accorder à sa mère : Junie et Britannicus peuvent s’aimer. En fait, resté seul avec Burrhus, Néron lui révèle qu’il a décidé de tuer son demi-frère (IV,3 1310 à 1320). Burrhus réussit à le faire changer d’avis (1339 à 1390). Burrhus sort, Narcisse arrive et persuade Néron que sa sécurité exige la mort de Britannicus (IV,4 1391 à 1480).

Acte V. Un banquet doit sceller la réconciliation de Néron et de Britannicus. Agrippine est confiante et Junie très inquiète. Burrhus arrive accablé et raconte la mort de Britannicus empoisonné en plein festin (V,6 1619 à 1646). Agrippine interpelle Néron et lui prédit un avenir sanglant (V,6 1675 à 1694). Junie se réfugie chez les Vestales et Narcisse qui voulait l’en empêcher est lynché par la foule.

B. Les sources. Annales de Tacite.

Né dans une famille de chevaliers (fonctionnaires de petite noblesse), Cornelius Tacite (55 – 117) avait fait des études oratoires avant de passer par toutes les charges publiques jusqu’à celle de consul. Il explique que la décadence de l’éloquence est venue de la perte des libertés publiques. Il essaie de comprendre comment les empereurs ont pu confisquer les pouvoirs de la République et ceci sans réaction de la part du peuple. Il mène pour cela des enquêtes très sérieuses. C’est un chroniqueur plus qu’un historien. Il n’étudie pas les problèmes mais raconte les événements en dénonçant les faiblesses, les abus et les crimes.

L’histoire de Néron est racontée dans les Annales livres XII à XVI (vers 115). Vers 50 après notre ère, l’empereur Claude a résolu de faire exécuter son épouse Messaline, vraiment trop débauchée. L’affranchi Narcisse la tue. Parmi les candidates au titre d’impératrice Agrippine l’emporte sur les autres : elle est la nièce et déjà la maîtresse de Claude (Livre XII, 5 – 6, édition Garnier-Flammarion p. 302 – 303). Elle intrigue pour imposer son fils Néron comme héritier du trône à la place de Britannicus, successeur légitime de Claude, son père (XII, 41-42 p. 319-320). Claude meurt, empoisonné (XII, 66 à 69 p. 332 à 334). Puis Agrippine fait disparaître Narcisse.

Burrhus et Sénèque retiennent Néron sur la mauvaise pente. Agrippine sent que son pouvoir lui échappe et elle agite la possibilité d’un retour de Britannicus (XIII, 14 p. 345). Néron prend peur et fait disparaître Britannicus (15-16 p. 346). En 59 Néron imagine pour sa mère une promenade en bateau dont elle ne devrait pas réchapper (XIV 3 à 7 p.378 à 381). Finalement il a fait poignarder (XIV 8-9 p. 381 – 382). Désormais presque libre, Néron aime conduire des chars dans le cirque et participer à des représentations théâtrales ou poétiques. Il exige qu’il soit toujours proclamé vainqueur (XIV 14 p. 384). Il épouse Poppée, répudie et fait exécuter en 62 sa femme Octavie (XIV 64 p. 411). Burrhus meurt et Sénèque est en disgrâce.

En 64 un gigantesque incendie dévaste Rome (XV 39 p. 436). Néron en rend responsables les chrétiens (44 p. 439). En 65 la conspiration de Pison contre Néron est un échec. La répression est impitoyable. Sénèque, déjà exilé, est invité à s’ouvrir les veines (XV 61 à 64 p. 448 à 450). Finalement, en 68, à la suite d’une révolte des légions, Néron doit se tuer à son tour, aidé par un esclave. D’après Suétone, autre historien romain, Néron se serait exclamé avant de mourir : Qualis artifex pereo : littéralement : “Quel artiste je meurs” ou “Quel artiste meurt avec moi !”

C. Corpus des citations concernant Pallas.

Acte I. Burrhus à Agrippine :

201 Rome, à trois affranchis si longtemps asservie… (Pallas, Narcisse, Calliste)

Agrippine à Britannicus :

304Suivez-moi chez Pallas où je vais vous attendre.

Britannicus à Narcisse :

355 Cependant de Néron je vais trouver la mère

Chez Pallas, comme toi l’affranchi de mon père.

Acte II. Néron à Burrhus :

363 Pallas de ses conseils empoisonne ma mère ;

Il séduit chaque jour Britannicus mon frère.

Ils l’écoutent tout seul et qui suivrait leurs pas

Les trouverait peut-être assemblés chez Pallas.

C’en est trop. De tous deux il faut que je l’écarte.

Narcisse à Néron :

375 Vos ennemis déchus de leur vaine espérance

Sont allés chez Pallas pleurer leur impuissance.

494 Vous venez de bannir le superbe Pallas,

Pallas dont vous savez qu’elle soutient l’ audace.

Acte III. Burrhus à Néron :

761 Pallas obéira Seigneur.

Néron : Et de quel œil

Ma mère a-t-elle vu confondre son orgueil ?

Burrhus : Ne doutez point Seigneur que ce coup ne la frappe,

Qu’en reproches bientôt sa douleur ne s’échappe.

Ses transports dès longtemps commencent d’éclater.

Agrippine à Burrhus :

811 On exile Pallas dont le crime peut-être

Est d’avoir à l’Empire élevé votre maître.

Vous le savez trop bien. Jamais sans ses avis,

Claude qu’il gouvernait n’eût adopté mon fils.

Burrhus à Agrippine :

823 N’imputez qu’à Pallas un exil nécessaire :

Son orgueil dès longtemps exigeait ce salaire.

Agrippine à Burrhus :

835 Pallas n’emporte pas tout l’appui d’Agrippine.

Le ciel m’en laisse assez pour venger ma ruine.

Acte IV. Agrippine à Néron :

1129 Je fléchis mon orgueil, j’allais prier Pallas. (pour épouser Claude).

1145 De ce même Pallas j’implorais le secours. (pour que Claude adopte Néron)

1217 Je vois Pallas banni

(Junie enlevée, Octavie répudiée, Britannicus arrêté).

Néron à Agrippine :

1251 Avec Britannicus contre moi réunie,

Vous le fortifiez du parti de Junie :

Et la main de Pallas trame tous ces complots.

Néron à Agrippine :

1290 Quoi que Pallas ait fait, il suffit, je l’oublie ;

Avec Britannicus je me réconcilie.

Narcisse à Néron :

1445 Moi-même, revêtu d’un pouvoir emprunté,

Que je reçus de Claude avec la liberté,

J’ai cent fois dans le cours de ma gloire passée,

Tenté leur patience et ne l’ai point lassée. (la patience des Romains)

C) Exposé Plan de la prise de parole

Introduction : Personnage absent évoqué dans 39 vers sur1768 (soit 2,2%). Quel intérêt ?

1. [Lieux, milieux, mentalités LMM] : Situation sociale et politique de Pallas

1.1 situation parallèle à celle de Narcisse : esclave affranchi, devenu conseiller de Claude puis d’Agrippine.

1.2 c’est le stratège d’Agrippine : voir l’analyse aux vers 811 – 814

1.3 pour Agrippine c’est une pièce maîtresse, un enjeu fondamental. L’exiler c’est la rendre impuissante.

1.4 donc situation apparemment forte mais il est absent à l’acte V !

2. [Comportements, caractères, conflits CCC] Les relations de Pallas avec les autres personnages

2.1 Agrippine lui doit tout ; il est son amant : « la pudeur n’était pas moins outragée par celle qui avait Pallas pour amant : elle témoignait assez que la décence, l’honneur, son corps, tout passait pour elle après le pouvoir » dit d’elle Narcisse (dans Tacite, Annales 12, 65) Allusion discrète de la part d’Agrippine. (au vers 1129)

2.2 Narcisse n’en parle pas : ami ? complice ? rival ? il a compris sa stratégie et a joué la carte Néron en devenant le confident de ce dernier. Pallas est orgueilleux comme Narcisse.

2.3 Britannicus le fréquente et il a tort puisqu’il a renoncé au pouvoir. Pallas se plaît à lui rappeler ce qu’il pourrait être d’où l’ éclat de Britannicus avec Néron.

2.4 Néron préfère oublier que c’est l’amant de sa mère, il l’exile pour asseoir son pouvoir. Quand il accuse tout ce monde de comploter contre lui, il a raison… mais l’analyse est de Narcisse.

2.5 Pallas est un personnage orgueilleux et craint, il exerce une influence souterraine comme Narcisse dont il est le double et le rival.

3. [Ecrivain, narrateur, lecteur E.N.L] Les enjeux du personnage de Pallas

3.1 Pourquoi Pallas est-il absent ? Théâtralement c’est le double de Narcisse, comme Sénèque est le double de Burrhus, inutile de les montrer. En faire le confident d’Agrippine ? ce serait indécent et conrraire aux bienséances.

3.2 Pallas donne de la profondeur à la tragédie : arrière-plan douteux des manœuvres occultes dont est victime l’imprudent Britannicus.

3.3 Il illustre avec Narcisse la décadence de Rome. Le pouvoir est livré à des affranchis sans scrupule : critique sociale et politique très forte.

3.4 Pallas est un personnage trop encombrant pour apparaître. Pallas, comme Narcisse, illustre l’influence maléfique des affranchis dans la Rome impériale.

Conclusion. On finirait par croire que Pallas est le personnage le plus important de la pièce : conseiller politique d’Agrippine, obstacle au pouvoir de Néron. Britannicus le fréquente encouragé par Narcisse… Ceci inquiète Néron et lui donne un motif supplémentaire d’éliminer son rival. Pallas est la plaque tournante de la tragédie.

Roger

Retorica

(10.500 caractères)

Mots-clés

Laisser un commentaire ?