22 POE Charles Aznavour Comme ils disent Etude 40 > 200 mots

22 POE Charles Aznavour Comme ils disent Etude 40 > 200 mots

 

J’habite seul avec maman / Dans un très vieil appartement rue Sarasate / J’ai pour me tenir compagnie / Une tortue deux canaris et une chatte. / Pour laisser maman reposer / Très souvent je fais le marché et la cuisine (38 mots) / Je range, je lave et j’essuie, / A l’occasion je pique aussi à la machine. / Le travail ne me fait pas peur / Je suis un peu décorateur un peu styliste / Mais mon vrai métier c’est la nuit / Que je l’exerce travesti, je suis artiste. / J’ai un numéro très spécial / Qui finit en nu intégral après strip-tease, / Et dans la salle je vois que / Les mâles n’en croient pas leurs yeux. /Je suis un homo comme ils disent./

 

Vers les trois heures du matin / On va manger entre copains de tous les sexes / Dans un quelconque bar-tabac / Et là on s’en donne à cœur joie et sans complexe / On déballe des vérités / Sur des gens qu’on a dans le nez, on les lapide. / Mais on le fait avec humour / Enrobés dans des calembours mouillés d’acide / On rencontre des attardés / Qui pour épater leurs tablées marchent et ondulent / Singeant ce qu’ils croient être nous / Et se couvrent, les pauvres fous, de ridicule / Ça gesticule et parle fort. / Ça joue les divas, les ténors de la bêtise. / Moi les lazzi, les quolibets / Me laissent froid puisque c’est vrai. / Je suis un homo comme ils disent.

 

A l’heure où naît un jour nouveau / Je rentre retrouver mon lot de solitude./ J’ôte mes cils et mes cheveux / Comme un pauvre clown malheureux de lassitude. / Je me couche mais je ne dors pas / Je pense à mes amours sans joie si dérisoires. /  A ce garçon beau comme un Dieu /Qui sans rien faire a mis le feu à ma mémoire. /Ma bouche n’osera jamais / Lui avouer mon doux secret mon tendre drame / Car l’objet de tous mes tourments / Passe le plus clair de son temps au lit des femmes (49 mots)

Nul n’a le droit en vérité / De me blâmer de me juger et je précise / Que c’est bien la nature qui / Est seule responsable siJe suis un « homme oh » comme ils disent./

 

Etude 40 > 200 mots

Pour cette étude j’ai hésité entre deux passages. J’ai finalement choisi le second, à mon avis plus complexe et peut-être plus riche.

 

A ce garçon beau comme un Dieu
Qui sans rien faire a mis le feu / à ma mémoire.
Ma bouche n’osera jamais
Lui avouer mon doux secret /mon tendre drame
Car l’objet de tous mes tourments
Passe le plus clair de son temps / au lit des femmes (49 mots)

La chanson est rédigée en vers de 8 syllabes, à rimes plates (aa, bb,cc) mais le second vers est suivi d’une triple relance : « à ma mémoire » , « mon tendre drame », « au lit des femmes ».  Ceci commente et prolonge la tragédie intime du narrateur.

Le « garçon beau comme un Dieu » est une image populaire.  « le feu / à ma mémoire » : on attendrait l’expression courante « le feu aux fesses » mais détournement de l’image et souci de dignité ;  tout est dans l’imagination et la souffrance. « Ma bouche n’osera jamais » Il est condamné au silence. Il vit une délectation morose « doux secret » est précisé par « tendre drame ».

On va avoir l’explication de cet amour condamné avant même de naître. « l’objet de tous mes tourments » est d’une facture très classique. On songe à une expression comme « digne objet de mes vœux » chez Corneille ou Racine.

Vient ensuite une litote remarquable où l’on « dit le moins pour faire comprendre le plus ». C’est un gigolo. « Passe le plus clair de son temps » crée un effet de suspense qui se résout dans « au lit des femmes ».

Roger, 209 mots, quatre heures, 2019-05-14

Roger et Alii – Retorica – 700 mots – 3 600 caractères – 2019-05-14

 

 

 

 

 

1 commentaire

Laisser un commentaire ?