26 REL méditation vie Présence 2016-02-14

(1) La méditation est vie et Présence. Elle permet à l’homme de n’être pas un homme persuadé. Car « un homme persuadé est un homme mort ». Ce qu’avait découvert Carlo Michelstaeder (1887 – 1910) avant de mourir.

Voir 28 RHE Persuasion mort rhétorique 2016-02-13

(2) Mais la méditation – vie peut et doit prendre bien des visages. Souvent on l’assimile au silence et à l’immobilité de la posture zazen du zen qui laisse passer les pensées sans les retenir. Mais on peut aussi pratiquer la méditation à travers la lecture, la poésie lue ou chantée, la musique et dans tout art contemplé ou pratiqué.

C’est la seule réponse cohérente à Daesh. Elle permet à l’homme « persuadé » de retrouver sa singularité dans la re-création de sa personnalité profonde.

Voir 12 GUE Daesh jeunes chair à djihad 2016-02-12

(3) Présence. « Pour apaiser des migraines tenaces un chef d’entreprise accepte de suivre les recommandations de son médecin : vingt minutes de “relaxation-méditation” quotidienne pendant lesquelles il se concentre uniquement sur le va-et-vient de sa respiration et sur quelques mots de son choix comme “calme” et “paix”. Un mois plus tard ses migraines sont fortement atténuées. Cette technique est efficace contre les formes multiples du stress et elle remonte à la plus haute antiquité. Curieusement elle est plus efficace sur les femmes que sur les hommes. Enfin notre chef d’entreprise croit, pendant cette expérience, sentir près de lui une force invisible, proche et personnelle, émanant de lui-même et de partout autour de lui. Cette présence le fait accéder à un calme intérieur qu’il ne connaissait pas. »

(d’après David Servan Schreiber, professeur en psychiatrie et sciences neuro-cognitives, revue Psychologies, sept 2000.)

(4) Ce sentiment d’une Présence est signalée par de nombreux mystiques. J’ai pu et surtout vu en faire l’expérience dans un groupe de yoga particulièrement avancé. Songeons que ce que nous appelons la « réalité » que nous connaissons ne représente que 4 % de l’univers.  Donc 96 % de la réalité vraie est faite d’autre chose : énergie quantique inconnue, énergie noire, matière noire … Présence… Tout cela nous reste actuellement inaccessible. La recherche scientifique nous donnera quelques clés dans l’avenir. Il est possible que la méditation nous y fasse entrer comme par effraction. Dès lors le sentiment de la Présence renverrait à une Réalité que certains appellent Dieu, Allah etc. Certaines civilisations ou groupes sociaux se sont fait une spécialité de cette recherche. Je pense au bouddhisme tibétain mais aussi au hassidisme. Je relève une remarque intéressante de Martin Buber dans  « Gog et Mogog. Chronique de l’époque napoléonienne » (Idées / Gallimard 1958) : « Chekhina, présence de Dieu en exil dans le monde et, en particulier dans le peuple d’Israël, mais séparée de la source première par la faute de ce monde et à cause de son destin. L’unir à son « Epoux » est la tâche suprême de l’homme ; et c’est là-dessus que se fonde le caractère secret des actes humains. » (note 1, p. 22). Cet « exil de Dieu » est de même nature que le « Dieu caché » de Pascal, Dieu caché mais vivant. Pour la kabbale, Dieu, après la création, s’est retiré du monde. C’est ce retrait qui donne à l’homme sa liberté. Dieu finira par décréer le monde sans que la vie cesse.

(5) Des circonstances éprouvantes font accéder à cette expérience. C’est ce qu’explique Claude Vigée dans « La lutte avec l’ange » rédigé en 1941 et publié seulement en 2005. Il avait 18 ans en 1939 (Il est né en 1921). Comme juif et comme résistant il affronte un destin dangereux et comprend que notre vraie et seule patrie c’est la vie. Il lit la Bible en français puis en hébreu. Il a vécu grâce à la Présence qu’il sentait en lui et à laquelle il est resté constamment fidèle et attentif dans son “élan en avant”. Dans ce texte il évoque la lutte de Jacob avec l’ange. Celui-ci est appelé tantôt « ich » (c’est un homme) et tantôt « samaël » (« dieu-poison » ou « ange de la mort ». Quand Jacob ( triomphe il reçoit un nouveau nom Israël (« fort contre Dieu » ou « Dieu est fort »). Nouveau nom, nouvelle personnalité qui n’efface pas la précédente mais qui l’enrichit. Même expérience de la Présence lors du Buisson ardent où Dieu révèle son nom à Moïse : « Je suis celui qui est »(Exode 3,14). De nombreux commentaires conduisent Henri Meschonnic à traduire ainsi : « Je me ferai être qui je me ferai être. » Ce futur traduit le mouvement en avant de la méditation dans le fleuve du temps, le fleuve de la vie.

(6) On trouve aussi l’expérience du Sod (« secret » kabbale) dans « Dialogues avec l’ange. Edition intégrale », document recueilli par Gitta Mallasz, Aubier, 1990 : « Dialogues avec l’ange est la transcription d’une expérience spirituelle vécue pendant la Seconde Guerre mondiale par quatre amis hongrois. Pendant dix sept mois, de juin 1943 à novembre 1944, alors que les nazis envahissent leur pays et déportent les juifs en masse, Hanna Dallos transmet au cours de 88 entretiens des paroles qu’elle dit ne pas émaner d’elle (qu’elle dit provenir d’« autre part », d’un maître intérieur ou d’un ange). Ces paroles sont retranscrites par Gitta Mallaaz et Lili Strausz. Seule survivante (les trois autres, juifs, périront en déportation), Gitta Mallasz, réfugiée en France en 1960, traduira ces entretiens en français. Une première édition a été publiée en 1976, suivie en 1990 d’une seconde édition, intégrale. » (Wikipedia).

(7) 26 REL Findhorn Caddy 2007_01_07

Eileen Caddy et la “petite voix”

Eileen Caddy (1917 – 13 déc 2006) est l’une des co-fondateurs de la communauté de Findhorn (Écosse). Elle mena sa vie selon les messages personnels d’une “petite voix” qui émanait d’une source qu’elle nommait le Dieu intérieur. Ce qui la conduisit, entre autres, à deux divorces, huit enfants, au mysticisme et à l’action communautaire.

En 1953 elle entendit pour la première fois cette “petite voix” qui lui “ouvrit les portes du dedans”. “Opening doors within”, série de 365 méditations quotidiennes fut publié en 1986 puis, en français, sous le titre “la petite voix” en 1989 par Le Souffle d’Or.

La “petite voix” d’Eileen lui dit et nous dit : ”Très doucement et avec beaucoup d’amour, je continue sans cesse de te rappeler les choses qui comptent réellement dans la vie, jusqu’à ce qu’elles finissent par faire partie intégrante de ta vie, et qu’elles vivent et se meuvent et aient leur être en toi”.

Elle dit aussi :

Laisse hier derrière toi

et entre avec grâce

dans ce merveilleux jour nouveau !
Sache qu’il contient seulement

le meilleur pour toi !

Alors, attends-en le meilleur !

Vois ma main en toute chose,

et visualise la naissance

du nouveau ciel et de la nouvelle Terre !”

Ces 365 méditations quotidiennes contiennent le meilleur du Nouvel Âge et la “petite voix” peut résonner dans toutes les spiritualités.

Référence : Eileen Caddy “La petite voix, méditations quotidiennes”, collection Findhorn, éditions Le Souffle d’Or, environ 380 p, 2006, 12,50 €

Roger et Alii

Retorica

1 200 mots, 5 900 caractères, 2016-02-15

Laisser un commentaire ?